Mais Izual n'est pas le seul. Prenez Ivan Le Fou, notre patron de gauche bien aimé, qui n'a pas levé la voix une seule fois depuis le congrès d'Épinay en 1971 (il avait défendu la motion de Guy Mollet). Eh bien, en apprenant l'annonce de Baldur's Gate 3, ni une ni deux, le voilà qui s'emporte et qui blasphème : « Franchement, je ne vois pas pourquoi les gens en font tout un foin, les deux premiers n'étaient pas terribles. » Vous savez quoi ? Ivan n'a pas tort, et pas seulement parce que c'est le patron. Comme nous l'avait cruellement appris le remaster HD sorti en 2013, Baldur's Gate n'était pas un si bon jeu que ça. L'histoire était du D&D pur jus, les combats très mal équilibrés, l'interface égale à ce que les années 1990 ont produit de pire. Seulement voilà, comme le disait déjà Jean Poperen à Alain Savary en 1971, au moment de fusionner leurs motions pour faire barrage à celle de François Mitterrand : « Il faut regarder vers l'avenir, pas vers le passé. »