On m'a conseillé La Plateforme parce que je cherchais des films qui ressemblent à Cube : en huis-clos, avec un concept simple et un scénario qui tient sur un bout de papier. Pari tenu : La Plateforme rentre parfaitement dans toutes ces cases. Des gens vivent par deux dans des cellules trouées en haut et en bas. Chaque jour, une plateforme chargée de nourriture descend les étages. Ceux qui sont en haut se servent, et ceux qui sont en bas mangent les restes. Deux choses qui m'ont plu : le film se permet une critique sociale, une sorte de variation sur la théorie du ruissellement assez bien vue, et c'est un film espagnol, donc avec quelques codes qui changent du cinéma américain habituel, même indépendant. Deux choses à prendre en compte tout de même : j'ai trouvé les cinq dernières minutes un peu décevantes, et j'ai conseillé le film à un ami qui n'a pas pu le voir parce qu'il était trop dégoûté par le fait de voir des gens manger des restes avec leurs doigts. Du coup, j'ai évité de lui décrire comment Izual mange les croutes des pizzas de Kahn Lusth.