Comme on dit sur CNews, « halala madame Kelly, notre civilisation est en plein déclin depuis qu'elle se féminise, où sont passés les vrais hommes qui savaient à la fois bâtir leur base et attaquer dans un STR ? ». Je ne sais pas, mais je dois reconnaître que si l'arrivée de DwarfHeim est un signe supplémentaire de l'effondrement des mœurs, elle a de quoi réjouir les amateurs d'un genre moribond comme le STR. Dans « conquête », le mode multi le plus mis en avant par les développeurs, une équipe de plusieurs joueurs devra collaborer pour vaincre les camps adverses. Chaque joueur appartenant à une classe (guerrier, bâtisseur ou mineur – une quatrième, le diplomate, devrait bientôt arriver) disposant de capacités uniques, les alliés devront unir leurs forces pour mener leur clan à la victoire. Si le guerrier est bien sûr expert en combat, le bâtisseur pourra également fabriquer des boissons qui aideront les combattants, tandis que le mineur sera en charge de fournir les ressources (bois, roches récupérées dans les mines abandonnées sous la carte...) nécessaires à la construction et à l'effort de guerre. On trouvera aussi un mode « survie » dans lequel le ou les joueurs font face à des hordes de trolls venant régulièrement saccager leur ville, ainsi que bien d'autres, Pineleaf Studio ayant l'intention de satisfaire tous les publics, qu'ils soient amateurs de jeu en solitaire ou en groupe. Un dernier petit mot concernant la direction artistique qui comme le jeu ne cache pas ses influences, avec un look cartoon et des unités aux démarches de sauteurs de haies constipés qui ne dépayseront pas les vétérans de Warcraft III.