Netsabes

166 articles
Sabrina, une bande dessinée (200 pages) en anglais de Nick Drnaso éditée par Drawn & Quarterly (24 €). Une édition en français sort le 13 septembre (et au même prix) chez l’éditeur Presque Lune.
Sabrina

Tennis World Tour manque peut-être un peu de variété dans les visages.
Tennis World Tour et AO International Tennis - Double faute

Nous sommes en 2006 et Nintendo atomise à tout jamais le jeu de tennis avec Wii Sports, qui restera indépassable. Ça donne une idée du niveau... Depuis des années, plus personne n’ose se présenter sur le court. 2K a abandonné ses Top Spin (pourtant pas les pires du genre). Quant à EA, s’il a bien tenté un jeu de tennis au PS Move en 2012, euh... voilà. Seul Nintendo sort encore tous les trois ans des Mario Tennis (le prochain est d’ailleurs pour ce mois-ci), jusqu’à présent tous dénués d’intérêt. Et puis cette année, par un hasard cosmique, Bigben et Big Ant (ça ne s’invente pas) sortent en même temps deux jeux concurrents : Tennis World Tour (TWT) et AO International Tennis (AOIT). C’était l’occasion rêvée pour renfiler un short.

Pocket-Run Pool - Au doigt et à l’œil

Zero/Sum - Au doigt et à l’œil

Shift Quantum - Drôle d'envers pour une rencontre

Normalement, si vous aviez Internet en 2008 (c’est l’année où le rickroll est devenu populaire, autant dire la meilleure année pour avoir Internet), le nom du jeu et les images de cette page doivent vous faire dire quelque chose comme « ah mais si, j’y ai joué à ça ! C’était avant ma retraite ! ».

Shape of the World - Les rêveries du promeneur solitaire

Il y a des dates qui comptent dans une vie. Le jour où l’on se fait sa première fracture (le 27 octobre 1987), le jour où l’on paie sa première facture (22 avril 1999)... et le jour où l’on joue pour la première fois à Shape of the World. Pour moi c’était le 16 octobre 2017, j’avais pu m’essayer à la version complète (mais pas finale) durant la sélection des jeux d’un festival, et depuis j’attendais que le titre sorte pour enfin écrire à son sujet.

Minesweeper Genius - Au doigt et à l’œil

Stunfest 2018 - La Rennes Games Week

D’habitude, quand je croise des amis ou des connaissances dans un salon ou un festival, la première chose qu’ils me demandent c’est si j’ai vu des jeux intéressants, déniché une petite perle indé coincée sous un rocher. Mais pas au Stunfest (qui, pourtant, ne manquait pas de perles cette année). À Rennes, ce qu’on vous demande, c’est « tu t’es inscrit à quel tournoi ? », sous-entendu « t’es plutôt DBFZ ou SF5 ? Windjammers sinon ? ». En fait non, moi j’avais pris l’option « Endurance ».

À dada sur mon fier destrier, dont le choc des sabots sur le sol fait trembler d'effroi mes ennemis apeurés. Allez, hue cocotte !
Paladins : Champions of the Realm - Overdose d'héros

« Je suis un FPS compétitif avec un personnage à jetpack et lance-roquette... Je suis un jeu en ligne avec un chevalier en armure qui tient un grand bouclier devant lui... Je suis... Je suis... Mais non Yvette, pas Overwatch ! On pose la question tous les ans et tout le monde fait la même erreur, c’est tout de même incroyable. Je suis bien sûr Paladins : Champions of the Realm. »

Tiny Bubbles - Au doigt et à l'œil