J'étais accoudé au comptoir de mon salon de thé favori, sirotant une verveine brûlante, quand l'hurluberlu du tabouret voisin se pencha vers moi et déclara : « La façon dont les gens perçoivent les choses, ça fait tout, mon bonhomme. Prends le démineur : tout le monde s'en moque par principe, parce que c'était inclus gratuitement dans Windows et moche comme tout. Mais en même temps, tous les bêcheurs dans ton genre adorent Picross, alors que c'est la même chose ! Triste monde, quand même... » Après quoi il termina son infusion au tilleul et nous n'en parlâmes plus.

Comment rendre le démineur à nouveau cool ? En le mélangeant à un rogue-like, pardi ! Forcément, dans les grandes lignes, Radical Dungeon Sweeper, c'est du classique : on choisit un héros, un petit Childéric ou une brave Mélisande, et on l'envoie nettoyer, étage après étage, les profondeurs de l'antre du Mal, à la recherche d'un graal quelconque (bon, là, les « saintes reliques » sont les testicules pourris d'un roi croisé, mais dans l'univers débile du jeu, ça passe). On progresse, on gagne des capacités et de l'équipement, on meurt bêtement, on recommence... bref, un rogue-like. Ce qui change, ce n'est pas le « quoi », c'est le « comment ». Chaque étage est une grille dont le sol est parsemé de chiffres. Dans la plus pure tradition du démineur, quand une case affiche un 2, c'est qu'il y a deux monstres dans des cases adjacentes. Deux cases à éviter, donc, mais lesquelles exactement ? En utilisant ses petites cellules grises, il faut donc déduire quelles cases sont dangereuses et quelles autres peuvent être dévoilées sans risque. Surtout que (et c'est là que Radical Dungeon Sweeper récompense la logique, l'intelligence et la patience), une fois qu'un ennemi est entouré de cases dévoilées, il devient plus fragile, si jamais vous décidez de l'attaquer.

Optique démine.

Radical Dungeon Sweeper n'est cependant pas un simple démineur : à chaque étage, il faut trouver la sortie et la clé (ou les clés) qui va avec... ce qui requiert d'explorer une bonne partie du niveau tout en évitant les monstres. Et en même temps, le jeu vous met une petite pression, sous la forme d'un démon qui se rapproche à chaque tour et ne fera guère preuve de pitié s'il vous rattrape. Il faut donc en permanence jongler entre l'envie d'explorer tout l'étage (pour trouver des coffres, récupérer de l'or, gagner de l'expérience en écrasant des bestioles...) et la nécessité de ne pas s'attarder, sous peine de le regretter. Et en même temps, si on va trop vite, on se retrouve pratiquement à poil dans des niveaux remplis de trolls ultra-costauds. Résultat : on relance une partie en tentant une autre stratégie, juste pour voir. Et puis une autre.

Delete

Si Radical Dungeon Sweeper ne vous suffit pas, ou à l'inverse si vous trouvez qu'il pervertit la pureté du démineur, vous pouvez vous tourner vers Delete, un démineur 3D. Pour deux euros, on y trouve une cinquantaine de casse-tête tordus (mais dans une ambiance reposante, qui rappelle des jeux comme Klocki ou Push) et quelques variations bienvenues par rapport à la version fournie avec Windows 95.

Radical Dungeon Sweeper | Notre avis : 7

| Modifié le 5 mai 2021
Alors voilà, il ne faut pas avoir peur de subir l'opprobre quand on déclare publiquement jouer à un démineur, et puis il reste encore des petits bugs de-ci de-là, mais si on aime les jeux de logique, Radical Dungeon Sweeper est tout à fait recommandable.