Il y a quatre ans, Hades avait, à sa manière, jeté un joli pavé dans le Styx. Sans rien apporter de révolutionnaire au roguelite, il avait religieusement coché toutes les cases pour être addictif, et dire que son successeur était attendu comme le messie par les fans est donc un sacré euphémisme.

Dans cette suite, on incarne Mélinoé, fille d’Hadès, et donc sœurette de Zagreus, la chair à canon du premier opus. Il n’est plus question cette fois-ci de fuir les Enfers, mais d’y retourner afin d’apprendre les bonnes manières à Cronos, le Titan du temps, qui a décidé de reprendre du service et de mettre un sacré zbeul sur la terre comme au ciel. Sur le fond, la formule demeure inchangée : on choisit une arme, une combinaison d’atouts, et on part botter frénétiquement des fesses dans des tableaux remplis d’ennemis, glanant çà et là de la vie, des avantages offerts par notre divine famille ou encore des ressources à utiliser à la maison, avant d’inévitablement succomber face à un boss trop coriace ou à une horde trop insistante. La routine donc. Sauf que pas tout à fait.
La Croisée des chemins, un nom qui prend ici tout son sens.

Comment tuer le temps

Sur la forme, SuperGiant Games a clairement vu les choses en grand. En très grand même, à commencer par la bagarre. En sus de la barre de vie, on trouve désormais une jauge de magie. Chaque arme possède deux types d’attaques distinctes, que l’on peut renforcer en utilisant ladite magie, pour des effets généralement aussi spectaculaires que douloureux. Le génie de ce parti pris apparaît au bout de quelques runs, quand on prend la mesure des possibilités que cela offre, et surtout des dégâts absolument monstrueux de certaines combinaisons. Les builds sont non seulement conditionnés par les Marteaux de Dédale, qui peuvent radicalement altérer les effets d’une attaque, mais aussi par les bienfaits des Dieux, qui viennent encourager telle ou telle stratégie. Les armes ayant toutes un comportement de base radicalement différent, le potentiel est tel que chaque joueur trouvera forcément chaussure à son pied. C’est tout simplement vertigineux, et tout n’a pas encore été dévoilé.

Le superlatif SuperGiant s’applique également à la taille des environnements que l’on est amené à parcourir. Le premier Hades en comptait quatre : attendez-vous au moins au double pour cette suite. Sans trop en révéler, Mélinoé n’est plus cantonnée aux Enfers et finit par crapahuter joyeusement à la surface, avec son lot de défis caramélisés. Je me garderai bien de vous gâcher la surprise, mais la variété est au rendez-vous.

Est-ce qu’on s’amuse ? C’est mieux que ça, nom de Zeus, on s’Hécate carrément.

Une avancée Cronos logique

Hades ne serait pas Hades sans sa narration hors pair, son doublage impeccable et sa progression finement mesurée. Sur ce point, il est encore un peu difficile de se prononcer, accès anticipé oblige. Toutefois, le contenu est déjà bien fourni. On retrouve des gueules connues, mais aussi pléthore de petits nouveaux, issus pour la plupart de la large galerie de la mythologie grecque. Entre deux runs, on prend un vrai plaisir à aller causer aux divers résidents de la Croisée ou à faire trempette dans les sources chaudes pour tailler le bout de gras.

En jeu, on souffle deux minutes en échangeant avec les notables des différentes zones. Certains dialogues m’ont arraché un sourire, voire un franc éclat de rire. Et même si l’attitude de première de la classe de Mélinoé tranche singulièrement avec la délicieuse insolence de son frère et peut parfois agacer, notre héroïne n’en demeure pas moins attachante. Et que dire des dialogues avec certains antagonistes, ou de la musique, notamment celle du deuxième boss qui… rhaaaa, non, chut, vous verrez par vous-mêmes. Sachez juste que le fabuleux Darren Korb est à nouveau aux manettes, et ça s’entend. Il faudra encore attendre de voir ce que les mises à jour successives apporteront, mais tout cela s'annonce déjà bougrement prometteur.

Quand je vous disais que l'action pouvait devenir frénétique...
Reste une question fondamentale : est-ce qu’on s’amuse ? C’est mieux que ça, nom de Zeus, on s’Hécate carrément. Chaque ascension est l’occasion de retrouver des environnements familiers, mais aussi de découvrir de nouvelles stratégies ou de tenter des combinaisons improbables. Chaque passage par la maison est une opportunité pour améliorer une bricole ou débloquer une nouvelle chambre. Chaque affrontement contre un boss est une expérience grisante, que ce soit par sa difficulté à le terrasser ou par le plaisir de lui rouler dessus avec un build complètement fou.

Alors, bien sûr, tout n’est pas parfait. Il reste quelques petits bugs pas bien méchants et en rien rédhibitoires. L’équilibrage de certaines armes et autres ennemis sera vraisemblablement revu et corrigé. Et la difficulté des débuts pourra sans doute en rebuter quelques-uns. Mais je pinaille. Parce que vu la générosité du contenu proposé par cette première version grand public, ces quelques tergiversations sont minus. Ou Minos, c’est vous qui voyez.
Genre : roguelite
Développeur : SuperGiant Games (États-Unis)
Éditeur : SuperGiant Games
Plateforme : Windows
Téléchargement : 15 Go
Sortie prévue : 2025
Langue : français
Prix actuel : 30 €

En l'état

Tisseur de rêves le 14 mai 2024
Malgré un contenu logiquement incomplet, Hades 2 est bien le digne successeur de son aîné, et offre déjà une expérience de jeu convaincante, à même de vous occuper plusieurs dizaines d’heures. Si l’on se base sur le contenu final du premier épisode et l’expérience acquise par SuperGiant Games depuis, il y a largement de quoi espérer un très grand jeu.
Sans danger