Cher journal,

Aujourd'hui, je dois encore tester un jeu à faire pleurer dans les chaumières. Mais en réalité, je l'ai un peu cherché : je me suis jetée dessus, même après avoir appris qu'il s'agissait d'un « conte touchant » sur une jeune fille qui traverse une période compliquée. Pourquoi je fais ça, journal ? Qu'est-ce qui me pousse invariablement vers ces jeux ?

Dans Lost Words, les mots sont partout. Ils sont dans le journal intime d’Izzy, une jeune fille pleine d'imagination qui noircit chaque page de ses souvenirs, de ses états d'âme et de ses contes merveilleux. Ils se cachent aussi dans les environnements sublimes d'Estoria, le village où évolue l'héroïne qu'elle a créée. Dans la vraie vie, Izzy vit une période difficile, et elle se réfugie dans ses plus beaux souvenirs – comme le jour où elle est partie en vacances avec sa grand-mère, et qu’elles ont observé les étoiles se refléter dans l'océan. Quand cela ne suffit pas à lui remonter le moral, elle continue d’écrire son histoire, sur la gardienne d’un village qui doit protéger ses proches des attaques impitoyables d’un dragon. Le joueur avance directement dans son journal intime, où les mots deviennent des plateformes sur lesquelles il faut grimper pour accéder à la page suivante. Parfois, il faut déplacer certains mots pour accéder à une partie plus difficile d’accès, dévoiler un message caché ou faire évoluer le contenu du journal – par exemple, faire glisser le mot « magie » laissera une traînée de poussière d’étoiles sur les deux pages affichées à l’écran.

Comment tourner la page.

Dans l’histoire qu’Izzy a inventée, on incarne son héroïne, qui dispose d’un livre magique rempli de mots. Celui-ci contient des verbes que l’on peut déplacer à travers le décor, pour réparer des ponts en ruine, surélever des plateformes ou casser des blocs de pierre. Le jeu comporte aussi des choix, qui permettent de faire évoluer l’histoire – est-ce que l’héroïne s’appellera Grace, Robyn, ou Georgia ? Est-ce qu’elle valorisera avant tout la connaissance, l'intelligence ou le courage ? Ce sont des choix mineurs, qui n’ont pas beaucoup d’influence sur le jeu, mais qui suffisent à nous impliquer. Pour le reste, il y a bien quelques énigmes assez simplettes et un peu de plateforme, mais le jeu se démarque surtout par son scénario (signé Rhianna Pratchett), ses doublages et la beauté de ses décors. Il comporte des moments extrêmement touchants, et une belle manière d’aborder les différentes étapes du deuil, qui parlera aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Mais son gameplay, pourtant imaginatif, s’avère plutôt répétitif au bout de quatre heures, et provoque quelques baisses de rythme.

Lost Words: Beyond the Page | Notre avis : 7

| Modifié le 5 mai 2021
Lost Words rassemble deux très belles histoires : celle d’Izzy, qui noircit les pages de son journal intime pour oublier ses malheurs, et celle de l’héroïne qu’elle a inventée, qui doit protéger son village à tout prix. C’est un jeu joli et touchant, qui traite habilement du pouvoir de l’écriture, mais qui se révèle un poil linéaire et répétitif par moments.