Electronic Arts cherche à se caser

Vous le savez, dans le futur, toutes les entreprises capitalistes du monde auront fusionné les unes avec les autres. Il n'en restera qu'une seule, elle pourra ainsi racheter la planète et nous vivrons dans la paix et l'harmonie. Ce futur se rapproche. Après des rumeurs similaires concernant Ubisoft, c'est désormais Electronic Arts qui souhaiterait fort-fort-fort se marier ou se faire bouffer par un géant, comme le rapporte le site Puck. L'éditeur a ainsi mené des discussions très sérieuses avec Disney, Apple, Amazon et NBC Universal en vue d'une fusion ou d'une acquisition, et aurait même redoublé d'efforts depuis le récent rachat d'Activision par Microsoft. A.

Dernières news jeu vidéo

Sous les ruines, les jeux Nintendo

Vous serez sans doute ravis d'apprendre que Nintendo a un plan en cas de tremblement de terre qui dévasterait ses locaux à Kyoto, comme précisé pendant une réunion des actionnaires : « Même si notre business devait être mis en danger par une catastrophe naturelle, par exemple un tremblement de terre ou une maladie contagieuse avec des conséquences médicales graves, nous avons un plan écrit et nous avons pris des mesures pour pouvoir continuer nos opérations le plus rapidement possible », explique tranquillement Shuntaro Furukawa, le président de la boite, depuis son bunker ultra militarisé, devant des centaines d'écrans qui ressemblent à une partie de Plague Inc. Soyez donc rassurés : même en train de cracher du sang au milieu des décombres, sous un nuage radioactif et entouré de rats mutants, vous pourrez toujours vous lancer une petite partie de Mario pour décompresser. N.M. 

Le diable est dans la vente au détail

« Ouin ouin, Diablo Immortal aurait dû s'appeler Diablo Immoral parce que c'est dégueulasse de faire un jeu basé sur les microtransactions et un système prédateur dont on sait très bien à quel point des ressorts psychologiques peuvent être dévastateurs et insidieux comme tous les jeux d'argent ». Alors oui, vous avez raison, mais savez-vous quel est le prix de l'immoralité ? Un million de dollars par jour. Diablo Immortal, qui est un jeu free-to-play, rapporte à Blizzard un million de dollars par jour. Le pic a été atteint une semaine après la sortie, avec 2,4 millions de dollars générés en une journée et, depuis un mois, les revenus sont à peu près stables. Tout ça, évidemment, pendant que le jeu caracole sur Metacritic avec une note utilisateur de 0,2/10. Vous voyez ce mème du type qui essuie ses larmes avec des liasses de billets ? C'est à peu près l'attitude des dirigeants de Blizzard en ce moment. N.M. 

Cette mienne de guerre

Pendant qu'en France, les jeunes préfèrent claquer leur pass culture dans Naruto plutôt que dans une réédition de la Pléiade des œuvres de Flaubert, le gouvernement polonais (décidément l'autre pays du jeu vidéo) refourgue ses productions vidéoludiques locales aux jeunes et aux enseignants. This War of Mine, le jeu qui regarde la guerre par la lunette de son effet sur les populations civiles, est disponible gratuitement en téléchargement sur le site du gouvernement polonais pour tous les étudiants et professeurs, accompagné d'un guide pédagogique, et le jeu figure maintenant au programme des lectures recommandées pour les élèves. On pourrait donc imaginer que les étudiants puissent être interrogés sur l'œuvre de 11Bits studio à l'avenir et, si vous voulez mon avis, il était grand temps que le jeu vidéo et ce qu'il peut raconter quand il s'en donne la peine soit considéré comme une matière à penser tout à fait valable, au même titre que Dragon Ball et la Princesse de Clèves. N.M.  

Alerte, Ron Gilbert a tweeté : « Ce serait marrant de faire un remake de Maniac Mansion, avec la même histoire mais 50% de puzzles en plus et peut-être un nouveau personnage jouable ». Traduction : attendez vous à jouer vite à un remake de Maniac Mansion avec la même histoire mais 50% de puzzles en plus et un nouveau personnage jouable ». N.M. 
La question à 40 000 balles

Comme les journalistes de Canard PC, les gens de chez Nintendo ont su rester simples et accessibles malgré le succès. Il n'y a pas de passe-droit, de traitement de faveur : arrosez-le simplement de billets, comme ce fan qui a acheté 40 000 dollars d'actions pour pouvoir participer à la réunion des actionnaires et poser sa petite question. L'actionnaire anonyme, qui se décrit comme un fan hardcore - tu m'étonnes - voulait savoir si l'entreprise envisageait de faire une suite à la licence F-Zero, une série dont aucun nouvel épisode n'a vu le jour depuis 15 ans. Les dirigeants de Nintendo lui ont répondu dans la foulée : « Merci d'avoir posé la question mais non. C'est vraiment difficile de développer des nouveaux jeux et des suites pour chaque titre Nintendo demandé par les joueurs ».  Si jamais vous avez 40 000 balles a claquer, est-ce que vous pourriez leur demander si un remake de Xenogears est envisageable un jour sur Switch aussi ? C'est pas pour un ami. N.M.

Marche ou crève

« Tu devrais installer Google Feet, il y a un compteur de pas », m'a-t-on dit il y a quelques mois, et il m'a fallu un mois de plus pour que je comprenne qu'il s'agissait de « Google Fit » et non de « Google Feet », qui pourtant était un nom beaucoup plus rigolo. Toujours est-il qu'un type du nom d'Andy a créé une appli Android, STEPL, qui utilise la fonctionnalité comptage de pas du téléphone comme contrôleur de jeu. Comme le dit très bien le slogan, dont on sent qu'il a été trouvé par un développeur solitaire plutôt que par une équipe marketing, « Marchez sur place et votre personnage marchera en avant ». Voilà qui intéressera sans doute les amateurs de jeux en réalité virtuelle ainsi que les heureux possesseurs d'un bureau debout, qui, en changeant la configuration des touches, pourront enfin ajouter des espaces à leurs textes en piétinant. LFS

Si vous voulez une preuve objective, quantifiable, que le monde va de mal en pis, en voilà une : les bundles Itch.io sont de plus en plus nombreux. Après celui en soutien à Black Lives Matter, pour la Palestine puis pour l'Ukraine, le site est en train d'organiser un bundle en défense des droits reproductifs des Américaines, dont les bénéfices iront à des fonds d'aide à l'avortement : http://cpc.cx/itchioavortement. LFS
A tari

Dans un remake touchant de Sunset Boulevard, Atari s'est exclamé « Fêtons cinquante belles années de souvenirs avec vous ! » sur son compte officiel, ce qui fera sans doute naître chez les plus âgés de beaux souvenirs des machines qui ont fait la gloire du Atari Inc. original dans les années 1970 et 80 et beaucoup moins des dernières décennies, faites de rachats successifs d'une marque plus ou moins devenue une coquille vide, d'une console rétro Atari VCS décevante et d'un partenariat foireux avec ICICB pour le lancement d'une cryptomonnaie et d'hôtels sous marque Atari. Ainsi vieillissent les stars. LFS

Les chevaliers de l'an un

Un an après sa sortie sur l'Epic Games Store, Chivalry 2 est enfin arrivé sur Steam, où il s'est écoulé (beuh) à 300 000 exemplaires en dix jours. Oui, je ne sais pas pourquoi, l'usage de la voix passive avec le verbe « écoulé » me semble dégoûtante. Un chiffre non seulement respectable mais très intéressant lorsqu'on apprend que, durant les trois premiers mois où leur jeu était vendu exclusivement sur l'EGS, les développeurs n'avaient écoulé (vous voyez, à la voix active ça fait tout de suite moins crade) qu'un million de copies. Faut-il en déduire que 30 % des clients potentiels des jeux se refusent à acheter ailleurs que sur Steam quitte à attendre encore un an ? Qu'ils sont prêts à l'acheter plusieurs fois ? Eh bien écoutez, je n'en sais rien, arrêtez de me regarder avec ces gros yeux. LFS

Doom RPG, l'excellente adaptation en jeu de rôle/aventure du FPS de 1993 dont vous avez peut-être entendu parler, n'avait jamais été porté sur aucune plateforme moderne. C'était bien dommage, car aucun jeu ne mérite d'être jouable que sur iPod et Blackberry. Sonnez hautbois, résonnez musettes, un portage PC non officiel vient de faire son apparition. Les instructions pour l'installer sont disponibles ici : http://cpc.cx/doomrpg. LFS
Voir plus de News

Vous pouvez lire aussi

Midnight Fight Express - Rage tendre et tête de bois

Le sida, le Covid. Les catastrophes nucléaires, le réchauffement climatique. Robocop, le nouveau Batman. Les yuppies, les cryptobros. Bernard Tapie, Elon Musk. Le punk, la synthwave. Streets of Rage, Midnight Fight Express.

Metal: Hellsinger - Promenade dans les chants

Je vais être honnête : Hellsinger a bien failli passer sans me faire réagir. Direction artistique peu inspirée, gameplay de Rhythm-FPS classique et... Attendez, c'est pas White-Gluz au chant là ?

Endless Dungeon - Mon quart d'heure de gloire

En 2012, les Français d’Amplitude sortaient Dungeon of the Endless, un fascinant petit roguelike tout en pixel art auquel je dois une partie de mes notes catastrophiques à la fac. Aujourd’hui, le studio reprend le chouette concept de son jeu de jadis dans une suite spirituelle plus moderne, plus vaste et plus ambitieuse.

Nivalis - Blade Runner pour auto-entrepreneur

Voici donc (pour moi en tout cas, et les autres ont tort) la plus belle surprise de ces annonces de printemps. Résumons la situation.

Warhammer 40,000: Boltgun - Droit dans ses bolts

Et si la malédiction des jeux vidéo Warhammer était sur le point d'être levée ? Vous pensez que j'exagère ? Permettez-moi de dresser la liste des jeux annoncés ou détaillés lors de l'E3 : Space Marine 2, Darktide, Rogue Trader, Blood Bowl 3, Shootas, Blood & Teef et bien entendu Boltgun.