Trombone Champ

Si vous avez traîné du côté de Twitch ces temps-ci (franchement vous ne devriez pas, le streaming est une pratique répugnante d'âmes égarées par la quête de la gloire et les blessures narcissiques, il ne faut pas l'encourager), vous n'avez pu échapper à Trombone Champ, un Guitar Hero parodique dans lequel on joue du trombone. Si vous avez cherché un test du jeu, en revanche, vous avez sans doute eu moins de chance. Comme on ne va pas gâcher du papier, qui est fort cher, pour ça, en voici donc un au format news : Trombone Champ est rigolo, oui, pendant environ dix minutes, certainement pas assez pour justifier les douze euros demandés par ses développeurs qui, les petits malins, savaient bien que tout le monde allait se jeter dessus après en avoir vu un stream. Si vraiment vous voulez y jouer pendant un futur apéro, attendez une grosse promo. LFS

Dernières news jeu vidéo

Bethesda repousse les limites du possible

Stoppez les rotatives : Bethesda semble avoir... je n'en crois pas mes yeux... écouté les lamentations de son public. Le développeur américain annonce donc qu'un patch pour Starfield corrigera certaines des bethesdouilles les plus flagrantes du jeu. Seront ainsi rajoutés le support du DLSS, un réglage du FOV, un menu de calibration pour le HDR et des curseurs permettant de modifier le contraste et la luminosité de l'image. Les possesseurs d'écran ultra-large (format 32:9) devraient enfin pouvoir jouer dans de bonnes conditions, et il y aura même un bouton pour manger directement la nourriture, sans avoir besoin de passer par l'inventaire. La date de sortie de ce patch salvateur n'est pas encore connue, mais ne brusquons pas Bethesda : une telle décision a dû leur demander tellement de courage qu'ils doivent être épuisés. A.

J'ai déjà acheté mon casque de chantier

Nous avons eu The Sims et House Flipper, nous aurons bientôt Life by You et Paralives, mais une chose est certaine : personne ne se plaindra d'avoir un nouveau jeu d'architecture/décoration d'intérieur. Hometopia sera peut-être l'inattendu challenger de cette fin d'année, puisque contrairement à ses concurrents, il se focalise uniquement sur cet aspect. Il faudra y bâtir une maison à partir de zéro, puis l'aménager du jardin au grenier, en solo ou en coop'. Sans gestion des habitants, sans contraintes liées au gameplay, ce simple « simulateur de construction », comme il se présente, a l'air fantastique. Une première version anticipée devrait être disponible fin septembre. A.

Sur les Sims du désespoir

C'est sur son blog (hahaha il a encore un blog en 2023, quel loser !) qu'Electronic Arts nous l'apprend : Les Sims 5 (actuellement développé sous le nom de code « Project Rene », sans doute en hommage à la triste mélancolie de Châteaubriand, que j'éprouve à chaque fois que je lance un jeu EA) sera gratuit. Et non seulement vous pourrez y jouer gratuitement, mais il ne proposera pas non plus de mécanismes d'« énergie », ces systèmes fréquents dans les free-to-play qui vous permettent de commencer gratos mais vous obligent rapidement à passer à la caisse si vous voulez continuer à progresser. Mais comment EA va-t-il se faire de l'argent, allez-vous me demander, inquiets à l'idée que les actionnaires ne puissent nourrir leurs enfants ? Eh bien, en vendant une tétrachiée de packs de contenu bien sûr, comme toujours. LFS.

Unity droit dans le mur

Après avoir augmenté ses prix en 2022, fusionné avec une obscure boîte spécialisée dans la pub et licencié un paquet d'employés, Unity continue son processus d'autodestruction. Le créateur du moteur 3D le plus populaire du monde vient d'annoncer un changement de son modèle tarifaire. Dorénavant, les studios seront facturés jusqu'à 20 centimes à chaque installation d'un jeu Unity, à partir du moment où ils dépassent un certain seuil – par exemple 200 000 dollars de revenus et 200 000 installations pour les utilisateurs de l'édition Plus et Personal d'Unity. C'est un carnage sur les forums spécialisés et les réseaux sociaux, tous les développeurs sont en train d'expliquer qu'ils vont passer sur Godot ou Unreal Engine. Le responsable de cette brillante décision ? John Riccitiello, PDG d'Unity, et ancien PDG d'Electronic Arts. Il n'y a pas de hasard. A.

(news éditée à 17h35, Unity a fait marche arrière concernant les installations multiples par un même utilisateur)

Comme le veut la tradition, le nouveau NBA 2k24, sorti début septembre, se fait massacrer par les joueurs à cause, entre autres, d'une version PC nullissime. Il devient le second jeu le moins bien noté par les acheteurs sur Steam, juste derrière Overwatch 2. Chapeau l'artiste. A.
Il y a moins cher, mais c'est plus lourd

Après avoir produit des enclumes à 130 grammes durant deux décennies (« plus c'est lourd, plus ça fait quali »), les fabricants de souris mettent désormais en avant leurs modèles ultra-légers, comment l'excellente Logitech G Pro X  Superlight 2 dont je ne peux plus me passer. Mais certains ne se satisfont pas de ces mulots à 60 grammes. Alors en attendant la souris sans poids (cela arrivera bien un jour, avec des capteurs sur les doigts), sachez que Zaunkoenig va bientôt lancer la M3K, la souris la plus légère du monde à... 24 grammes. Comptez au minimum 300 € pour cet engin de niche, produit à quelques dizaines d'exemplaires par mois avec une coque en fibre de carbone. Les précédents modèles du fabricant ont été épuisés quelques secondes après leur mise en vente, c'est donc qu'il y a un public pour ce genre de gadget (dont moi, si j'avais 300 € à mettre dans un caprice). A.

Only Up au plus bas

Only Up était un petit jeu indé sorti en mai dernier, qui connut un certain succès (plus de 200 000 ventes, selon les estimations de SteamSpy) après avoir été poussé sur Twitch et YouTube par quelques influenceurs. J'en parle au passé, car Only Up... n'existe plus. Enfin en tout cas, vous ne pouvez plus l'acheter sur Steam. Son développeur solo a choisi de le retirer de la vente, expliquant que ce qui n'était à l'origine qu'un petit projet personnel l'a « enterré sous le stress » ces derniers mois. Il explique avoir désormais besoin de « tranquillité d'esprit » pour se requinquer et repartir sur un nouveau jeu, qu'il produira cette fois-ci avec une petite équipe. Ce n'est pas un cas isolé : l'auteur de Flappy Birds avait fait la même chose. Plus récemment, c'est tout le studio allemand Mimimi (Shadow Tactics, Desperados 3...) qui a fermé car ses développeurs en avaient simplement marre de tout sacrifier pour produire des jeux vidéo. Si vous êtes étudiant en école d'informatique, sachez qu'il n'est jamais trop tard pour se réorienter vers une carrière de berger ou d'apiculteur. A.

Bethesda ? Ça va.

Sans surprise, vu qu'il semble être le seul sujet de conversation d'Internet depuis sa sortie, Starfield se vend bien. Toutes plateformes confondues (Steam, Xbox et Game Pass), six millions de personnes ont déjà ragé devant l'interface de l'inventaire ou les écrans de chargement trop nombreux. Starfield a aussi battu les chiffres de fréquentation de Skyrim sur Steam avec plus de 330 000 joueurs simultanés. Il faut noter que ces chiffres restent presque modestes par rapport à d'autres jeux du studio : Fallout 4, par exemple, s'était vendu à douze millions d'exemplaires le jour de sa sortie en 2015 (mais il n'y avait pas de Game Pass à l'époque). Skyrim avait atteint les sept millions sur sa première semaine en 2013. Reste que Bethesda ne devrait pas avoir de problèmes de thunes ces prochaines années. Le studio vient d'annoncer qu'il se concentrait désormais sur The Elder Scrolls 6 (dont on n'entendra pas parler avant longtemps) et sur les outils officiels de modding pour Starfield, qui arriveront eux en 2024. A.

Les Polonais de Techland ont ajouté un magasin et une monnaie premium dans Dying Light 2. « Pour du pur cosmétique et à moins cher », avaient-ils promis. C’était des carabistouilles et les joueurs sont furax. Un lien avec la prise de contrôle par Tencent ? Oh, vous êtes suspicieux. P.
Ô Capitaine ! Mon Capitaine ! C’est loin la terre ?

Skull and Bones va bien. Par rapport à un lapin atteint de myxomatose qui traverse l’autoroute aux heures de pointe, par exemple, il va bien. Élisabeth Pellen, sa directrice de création, s’est barrée d’Ubisoft Singapour pour revenir au siège, les retours sur la bêta fermée sont tièdes, et il n’y a toujours pas de date de sortie. Preuve de sa bonne forme, le studio, déjà bien embourbé par des témoignages de harcèlement sexuel, de disparités entre locaux et expatriés ou de brimades de ses employés, voit le Syndicat des médias créatifs et de l'édition local tracter ses développeurs jusque sous ses fenêtres à la pause de midi. Pour Ubisoft, Élisabeth « a réussi sa mission », et « il n’est pas rare de changer de projet ou de rôle » (vu la situation, si). Quant aux tracts et à la météo à l’orage syndical, les ressources humaines avouent à peine : « Cela nous a pris par surprise. » Ah, la pensée magique, quel outil formidable ! P.

Voir plus de News

Vous pouvez lire aussi

Millennia - Le monde ne suffit pas

Comment aurais-je pu deviner, en entrant dans le stand Paradox où était montré le très secret Millennia, qu’il s’agirait d’un 4X ? Assez facilement, OK, en effet. Mais comment aurais-je pu deviner que ce serait un 4X si plein de bonnes idées qu’il parviendrait à séduire même un allergique à Civilization tel que moi ?

Tekken 8 - Chaos technique

Les développeurs de Tekken 8, plus que n’importe quels développeurs, sont d’excellents diplomates. C’est en tout cas ce que me fait affirmer l’une des productrices du jeu, avec laquelle j’ai enchaîné des combats dont je sortais systématiquement victorieuse – avant de réaliser qu’elle ne jouait qu’à une seule main en regardant l’écran d’un air distrait.

Pepper Grinder - Forage au centre de la Terre

De manière générale, je me méfie des éléments de langage fournis clé en main par les éditeurs, au détour d’un communiqué de presse ou du discours d’un développeur particulièrement rompu à l’exercice de l’interview. Mais il faut avouer que la description officielle de Pepper Grinder, qui promet un mode de forage permettant de « creuser le sol comme un majestueux dauphin qui plongerait dans des eaux turquoises » tombe vraiment juste.

Pacific Drive - Héros de conduite

Sur la liste des jeux de conduite à twist que j’attends (au hasard : Open Roads, Star Trucker, Beware), Pacific Drive occupe une place toute particulière. Déjà, parce que j’aime l’idée de conduire dans une zone en proie à des phénomènes inexpliqués. Ensuite parce que j’aime encore plus l’idée de conduire seule au beau milieu de la nuit, là où personne ne pourra juger mes virages trop larges et mes créneaux ratés.

Dungeons of Hinterberg - Tyrol playing game

Imaginez un monde dans lequel les touristes débarqueraient en masse et en bermuda des quatre coins du monde pour descendre dans des donjons. Ce qui pourrait être le pitch du prochain roman de Houellebecq est en fait celui du tout mignon Dungeons of Hinterberg, dont les donjons ne sont pas SM mais extrêmement choupis.