Comme je constate que l’altruisme n’est pas votre qualité première, commençons par Yamataï. Pourquoi lui ? Parce qu’il va vous forcer à faire quelque chose que vous allez l’air de détester : rendre service aux autres. Ça vous apprendra à vous plaindre. Mais comme il s’agit bel et bien de se tirer la bourre, ici en l’occurrence pour devenir l’architecte favori de la reine Himiko, la subtilité sera de se rendre d’abord service à soi-même tout en limitant au maximum les perches que vous allez en même temps tendre à vos concurrents. Laissez-moi vous expliquer : le plateau de jeu représente un vaste archipel, chapelet d’îlots autour desquels sont tracées des routes maritimes en devenir. Chaque joueur tentera de bâtir des bâtiments sur chaque île, avec la célérité et l’avidité d’un promoteur immobilier qui aperçoit quelques mètres carrés pas encore bétonnés sur la côte d’Azur. Pour ce faire, il devra s’assurer de plusieurs choses : d’abord, que la terre soit défrichée – elle ne l’est généralement pas au départ – et que les bateaux de la route commerciale adjacente correspondent aux ressources requises par le bâtiment qu’il désire placer. Et enfin, qu’il aura lui-même posé un ou plusieurs bateaux prolongeant cette fameuse route commerciale sur un point adjacent à cette île.