Holdfast : Nations at War n'est pas le premier jeu à proposer une expérience multijoueur à l'ère napoléonienne. Napoleonic Wars le faisait déjà à merveille. Dans le Canard PC no 335, je vous parlais avec extase de cette extension de Mount and Blade : Warband qui plonge les joueurs dans des matchs à cent contre cent avec pour toute arme des mousquets à un coup par minute, des canons rudimentaires et des sabres en fer. Holdfast : Nations at War suit la même recette : on rejoint un serveur peuplé, selon l'heure, de trente à cent cinquante joueurs, on choisit de défendre l'Empire de France ou d'Angleterre, puis on apparaît en tant que fusilier, officier, porteur de drapeau ou joueur de tambour. Combattre seul est voué à l'échec – on meurt en une balle –, alors on se regroupe derrière un capitaine et on se lance à l'assaut d'un objectif. En un quart d'heure, on court à perdre haleine vers un couvert aux côtés de dix autres soldats sous le feu de l'artillerie, on défend une maison isolée dans la campagne contre la charge adverse et on ratisse les sous-bois en quête d'éclaireurs ennemis. Le tout au son de furieux roulements de tambours ou de la Marseillaise jouée à la flûte. Forcément, c'est merveilleux. Le problème, c'est qu'on faisait déjà tout ça dans Napoleonic Wars. Et pour cause : Holdfast : Nations at War en est un copier-coller éhonté.