Notre retard à écrire sur Rise to Ruins ne relève pas entièrement de notre responsabilité. L’unique créateur du jeu, un Texan, n’est pas un as du marketing. Lorsque Rise to Ruins est sorti en 2014, après une très discrète campagne Kickstarter, il ne l’a pas vraiment claironné à toute la presse spécialisée. Ensuite, la version anticipée de son jeu était bourrée de bugs et les premiers acheteurs n’étaient pas ravis. Mais le développeur a persisté. Tel un forçat du code, version après version, il a peaufiné son jeu. Et Rise to Ruins a commencé à se faire un petit nom. Il est arrivé sur mon radar à l’été 2017, et je l’ai immédiatement acheté. Quand un jeu cite Dwarf Fortress et Banished parmi ses sources d’inspiration, c’est plus fort que moi, je rentre automatiquement mon numéro de carte bancaire dans les petites cases.