J'ai l'impression que le jeu de gestion suit le même chemin que le jeu de rôle, et ça me réjouit beaucoup. Dans le jeu de rôle, tout est une question d'influences et de classification : chaque nouveau projet peut être placé précisément sur un vaste arbre généalogique, peut-être ici, sur la branche fragile des jeux de rôle déterministes, ou là, près du tronc noueux de l'infinity engine. C'est passionnant à observer. Or, depuis l'avènement du jeu indé, toute une profusion de nouveaux jeux de gestion a participé à créer un arbre propre à ce genre, si bien qu'on peut désormais situer la place de chaque nouvel arrivant dans cette grande famille. C'est frappant avec Space Haven : s'il nous met aux commandes d'un vaisseau spatial à agencer et organiser par nos soins, il ne nous permet pas de donner des ordres directement aux membres d'équipage. Il préfère nous filer un tableau où noter les priorités et l’emploi du temps de chacun, comme dans Rimworld. À part ça, une partie consiste à sauter de système solaire en système solaire, en envoyant nos péons désosser des épaves ou miner des astéroïdes sur la route. Du coup ce n'est pas compliqué, on va le placer pile poil entre Rimworld et FTL. Pas de pression, ce sont juste deux des meilleurs jeux de ces dix dernières années.