Test jeu de plateau

Orichalque - Tuilage of Civilization

On avait pu essayer Orichalque au Festival International des Jeux de Cannes, et se faire rouler dessus par Bruno Cathala et sa moitié. Maintenant qu’on a pu y jouer et y rejouer avec des gens qui n’ont pas treize mille coups d’avance, que penser de ce qui se présente lui-même comme un 4X sur table abordable ?

Les Tribus du Vent - L’Éole buissonnière

Les hommes sont redevenus des singes. C’est vrai sur Twitter, mais c’est encore plus vrai dans Les Tribus du Vent. Le sol, pollué par les excès de l’Homme, est devenu invivable et les survivants se sont réfugiés dans les arbres pour retrouver les vraies valeurs : construire des villages, bâtir des temples et – surtout – faire de l’accrobranche.

Splendor Duel - Breloques et dix de der

J’aime Splendor. Ses mécaniques élégantes. Ses illustrations classieuses. Ses jetons de poker qui font un tic-tic-tic des plus satisfaisants quand on les empile. Du coup c’est avec moult curiosité que j’ai découvert cette nouvelle mouture. De la curiosité, et aussi de nombreuses interrogations, étant donné que l’original fonctionne déjà très bien à deux.

Federation - Gâteau aux amendements

Il y a des choses qui ne se disent pas dans le monde du jeu de plateau. De noirs secrets honteux que l’on garde. Voici le mien : les jeux « experts » m’emmerdent. La plupart du temps, les eurogames, héritiers des « kubenbois » allemands, dans lesquels il faut gérer trois mille pistes, deux decks de cartes, vingt ouvriers et ouvrir un tableau Excel pour compter les points, me gonflent copieusement. Pas Federation.

HEAT - Qualif’ à la place du qualif’

La personne avec le plus gros capital confiance de l’Histoire n’est pas un politicien, une star de cinéma ou un chanteur célèbre. C’est McArthur Weeler. En 1995, il braque deux banques de Pittsburgh, à visage découvert. Bien sûr, il se fait prendre, trahi par les caméras de surveillance. Et il n’a pas compris comment c’était possible, malgré son stratagème imparable : s’enduire le visage de jus de citron.

Turing Machine - Algo ! Non, mais, algo quoi !

Petit pari personnel : partout, vous lirez que Turing Machine est incroyable, fascinant, que c’est du jamais-vu. C’est vrai. Mais, fidèles à notre mantra « Alors, oui maaaais… », nous avons décidé de vous expliquer, aussi, pourquoi cela n’en fait pas un jeu adapté à tous.

World Championship Russian Roulette - Et ça, gâchette !

Ils me font rire les dingos du – clic – contrôle. Ceux qui ne supportent pas le – clic – hasard. Alors que ça peut être – clic – carrément drôle. Du moins tant qu’on garde de petits – clic – moyens de l’influencer ou de le modifier. Il y a de quoi s’amu… – PAN ! Ah tiens, Gérard a perdu.

Ark Nova - Dégât des zoos

Un éléphant sur la couverture d’un mastodonte, une grosse boîte au poids certain, couronnée du Diamant d’or, du Golden Geek Award, de l’Expert Game, bref de prix de niche qui pèsent. Il fallait savoir si c’était du lourd pour de vrai.

Captains' War - Le stylo et le mousquet

Dernièrement, on nous a pas mal rebattu les esgourdes avec les roll & write, au point de nous en servir à toutes les sauces, même les plus improbables. Et il faut bien avouer que la plupart du temps, ça se limite à griser une feuille dans son coin, et on se retrouve avec des chiures de gomme partout et une impression de déjà-vu. Alors, en quoi Captains' War change la donne ? Tout est dans son sous-titre : Roll - Write - Attack.

Northgard Uncharted Lands - Imite limite

Il faut savoir se reposer sur les plus anciens. C’est ce que fait Northgard Uncharted Lands, en adaptant le jeu vidéo de 2018. Est-ce que ça suffit ? Pas sûr. Par contre, aucune raison pour moi de ne pas faire pareil.

Vous pouvez lire aussi

King of Monster Island - Chou, hibou, genou, kaijūs

Richard Garfield, c’est le roi Midas. À quelques exceptions près, ce qu’il touche devient de l’or pour ses éditeurs, des licences sur lesquelles se reposer. Vous savez quoi ? Il a décidé de toucher à la coop'.

Dune : House of Secrets - Fremen. Pour nous, les hommes.

Les deux grandes forces du jeu Detective étaient l’immersion dans la peau d’enquêteurs et les recherches en ligne, sur une base de données fictive ou sur le vrai web. C’était bien, on s’y croyait. Portal Games reprend donc le moteur du jeu pour cette version sur Arrakis, en virant ces deux aspects pour… hein, attendez, quoi ?

Horrifique - Y’en a Cthulhu, mais ça, j’achète

Attaquons tout de suite le Chtonien dans la pièce. Un jeu à la Lovecraft, est-ce qu’il n’y en aurait pas déjà un ? Pas sûr, en fait. L’Appel de Cthulhu mobilise l’univers, mais de façon orientée enquête, avec le fameux Trouver objet caché qu’on finit par mobiliser mentalement au moindre chargeur perdu.

Let's Role - Déjà solide comme un rock

À ma gauche, il pèse 45 kilos et pourrait bien crever d'un rhume, j'ai nommé l'idole des vieux : Roooooll20 ! À ma droite, doté de cuisses larges comme des troncs d'arbre et capable de maîtriser un système de jeu de rôle comme certains matent un taureau : Fouuuuundryyyy ! Et au centre, c'est l'outsider, il bave de rage et veut mettre des patates à tout le monde : Leeeet's Rooooole !

Everybody lies - 120 Batman par minute

On serait tentés d’être accusatif : à force de décliner les jeux et les licences à tout-va, c’est l’intérêt qui va décliner. Détective, c’est à peu près la preuve par pas neuf. Il y avait celui de base, le 16+, et ses deux extensions. Puis une version nommée Saison 1, un peu plus simple d’accès, et Vienna Connection. La version Dune attend sa VF. Et pouf, vient d’arriver en VO et donc plus tard en français la version nananana nananana Batman !