Prenons deux minutes pour analyser ces paroles : « Tortues Ninja, Tortues Ninja ! Tortues Ninja, Tortues Ninja ! Tortues Ninja, Tortues Ninja ! Cowabunga le cri des ninjas ! » Avouez qu'en matière d'introduction, ça se pose là : deux mots, six répétitions et vous savez déjà l'essentiel, à savoir que ça va parler de tortues devenues ninjas. Eh oui, c'est tout à fait normal en 1987. Par contre, il est temps de vous révéler l'infâme vérité.

Vous savez, le fameux cri de guerre des tortues : Cowabunga. Eh bien, ce n'est pas une invention du comics ou du dessin animé, mais la simple reprise d'une onomatopée apparue dans un show pour enfants des années 1950, appelé Howdy Doody et avec une marionnette à vous coller des terreurs nocturnes. Plus tard, ce cri sera alors popularisé par des surfeurs avant de finir chez les Tortues Ninja, mais aussi les Simpson et bien d'autres productions de la culture pop américaine. Notons toutefois que la France, éternelle représentante de l'élégance, s'illustra aussi avec une des toutes premières pubs pour les jouets Tortues Ninja, grâce à un comédien qui venait sans doute de découvrir le terme et prononça « Cobawunga* ». Oui, j'en sais des choses. Tout ça pour vous dire qu'en se frottant aux Tortues Ninja, les développeurs de Tribute Games ne vont pas seulement ramasser une licence facile à utiliser, face à des trentenaires convaincus d'avance. Ils jouent avec ma putain d'enfance.

* Oui, sans déconner.
Tema la taille du rat.

Tortues Ninja, Tortues Ninja ♫

Si vous êtes employé(e) chez Tribute Games, inutile de prévenir les flics ou de sauter dans le premier avion pour la Colombie, car ce premier contact avec Shredder's Revenge est positif. « Vas-y, tu vas quand même pas chialer devant un jeu rétro », me disais-je en regardant la cinématique d'introduction, sous la forme d'une parfaite réinterprétation du générique original de 1987. Alors non, j'ai pas pleuré. Par contre j'ai eu suffisamment la chair de poule pour toute une vie, tant cette mise en bouche laisse transpirer un amour inconditionnel pour le matériau d'origine. Et il en sera d'ailleurs de même pour le jeu proprement dit, suite officieuse de l'excellent Teenage Mutant Hero Turtles, sorti en 1989 sur bornes d'arcade et un tas d'autres plateformes. Vous voulez de la 3D ? de la texture 8K de malade mental ? des scènes cinématiques à couper le souffle ? Filez dans votre chambre et laissez discuter les adultes.

Une suite officieuse de l'excellent Teenage Mutant Hero Turtles, sorti en 1989 sur bornes d'arcade.

Tortues Ninja, Tortues Ninja ♫

Avant même d'entrer dans le vif du sujet, Shredder's Revenge donne immédiatement l'impression que Tribute Games s'est donné pour objectif de refaire le même jeu, mais avec toute la décadence permise par l'utilisation de technologies modernes. Alors oui, c'est du pixel art, mais bon sang que ça bouge bien. Et comment ne pas lâcher un « Oh oh oh, t'as vu ??? » à son ou sa camarade de jeu, quand tout est prétexte à une petite animation rigolote ? Ici, pas question en effet que les Foot débarquent à la queue-leu-leu, puisque toutes les occasions de les mettre dans des situations amusantes sont bonnes, nous permettant ainsi de les voir faire la cuisine ou travailler sur des ordinateurs avant de venir échanger quelques beignes avec vous. Et les beignes, puisqu'on en parle... Pfoulàlàlà.

Tortues Ninja, Tortues Ninja ♫

Je ne sais pas quand sortira Shredder's Revenge, mais la démo qui vient d'être mise à notre disposition était bien propre. Et si l'emballage envoie du rêve, Tribute Games semble aussi maîtriser son sujet lorsqu'il est question de gameplay. Vous détestez les jeux qui vous forcent à apprendre plein de combos ? Mitraillez la manette et vous vous en sortirez à peu près correctement. Mais si votre truc, c'est la chasse au score ? Aucun souci, puisque chaque personnage dispose de son propre style de combat, d'une April ultra agile à un Splinter lent mais puissant, en passant bien sûr par les quatre tortues aux statistiques plus ou moins différentes. Solide sur sa proposition de base, le jeu compte toutefois apporter bien plus que cela, que ce soit à l'aide d'ennemis aux attaques variées, de power-up et de quelques subtilités comme un système d'entraide hérité de Double Dragon : Neon pour refiler un peu de vie à un copain en lui tapant dans la main. Certes, difficile de jauger plus en profondeur la proposition d'un titre après avoir arpenté en boucle deux petits niveaux avec six personnages, mais Shredder's Revenge semble tout de même bien parti pour être un bon beat'em all. Du genre de ceux qu'on consomme à plusieurs sur un canapé, avec des bières et des chips. Ou un chocolat chaud et un pyjama, si vous êtes un gros déglingos dans mon genre.

Tortues Ninja, Tortues Ninja ♫