Le pouah des mots

Et on dit que le jeu indé ne paie pas ! Ensemble, levons-nous et applaudissons au ralenti Josh Wardle, le créateur de Wordle : le New York Times vient de lui racheter son Motus-like « pour une somme à sept chiffres ». Notez que le jeu « restera gratuit dans un premier temps » – une annonce aussi rassurante que celle d’un dentiste dont le soin « ne fera pas mal… au début ». J’ai donc une admiration sincère pour Josh, qui a bricolé un jeu pour sa compagne, l’a vu faire le tour du Net et a accepté deux ou trois millions de dollars pour s’en débarrasser avant que l’émergence de clones et la lassitude du public ne transforment son invention juteuse en fardeau sans valeur. Dans l’affaire, il a gagné un super bonus : regarder tranquillement, depuis sa nouvelle villa, une énorme boîte faire perdre tout son capital sympathie à Wordle en le farcissant immanquablement de pubs, de paywalls et de liens sponsorisés. I.

Dernières news jeu vidéo

Square Enix : une vision pour l'avenir

Square Enix a publié ses résultats financiers pour 2022, et il n'y a pas vraiment de surprise : après avoir vendu ses bijoux de famille en mai aux Suédois d'Embracer (Crystal Dynamics, qui fait les Tomb Raider, et Eidos Montreal, qui fait les Deus Ex), les ventes de jeux vidéo de l'éditeur japonais reculent de plus de 6%. Tous les domaines sont touchés : le MMO (Final Fantasy XIV rapporte moins d'argent), les machins sur smartphones et les jeux classiques sur PC et consoles, comme Nier Replicant et Guardians of the Galaxy. Petite douceur pour finir  : le président de Square Enix, Yosuke Matsuda, a réaffirmé début janvier, dans une lettre lunaire, qu'il comptait mettre tous ses jetons sur la blockchain et les NFT. La voie du succès semble donc grande ouverte. A.

Trackmania sur le trône

Trackmania, resté bien longtemps calfeutré dans ce souterrain lugubre qu'on appelle Ubisoft Connect, est enfin disponible sur Steam. Il n'y a pas de gros changement par rapport à ce qui était déjà disponible : vous pouvez y télécharger gratuitement la version basique du jeu, qui utilisera tout de même le lanceur Ubisoft pour démarrer. Si vous voulez accéder aux fonctionnalités avancées comme les nouveaux circuits quotidiens, il faudra se prendre un abonnement (« Standard » à 10 €/an ou « Club » 30 €/an). Cette version Steam a néanmoins un énorme avantage pour ceux qui aiment prendre leur temps quand ils font la grosse commission : elle rend Trackmania jouable sur Steam Deck. Les développeurs affirment que le jeu tourne déjà parfaitement sur la mini-machine, et le feu vert officiel de Valve devrait arriver très bientôt. A.

Hollow Knight : renardeau sans peur

Attention, nous allons parler des développeurs australiens de Team Cherry. Et là, votre cœur s'emballe. Vous vous dites : « ça y est, ils viennent d'annoncer qu'Hollow Knight : Silksong déboule après-demain sur Steam, je vais enfin m'extirper de la spirale de tristesse dans laquelle j'ai sombré il y a cinq ans après avoir terminé Hollow Knight ». Non, pas du tout. La date de sortie de Silksong flotte toujours dans les brumes du mystère. En revanche, on sait peut-être ce qui lui succédera  : un jeu avec un renard. Le studio vient en effet de déposer la marque « Fearless Fox » pour tout ce qui se rapporte au jeu vidéo et aux produits dérivés. Allez, consolons-nous : s'ils pensent déjà à leur jeu d'après, c'est probablement que Silksong n'est pas loin d'être bouclé. A.

Repartir sur des bases saines

Electronic Arts annule plein de choses. D'abord, l'éditeur fait le ménage sur son smartphone. Apex Legends Mobile, sorti il y a moins d'un an, fermera le 1er mai. Les dindons qui ont sorti la carte bleue pour y acheter des items l'auront dans l'os puisqu'il n'y aura pas de remboursement (mais franchement, ils le méritent un peu). Battlefield Mobile, en cours de développement, part lui aussi à la benne. Du côté des vrais jeux vidéo, Bloomberg révèle qu'Electronic Arts vient d'annuler un gros chantier secret chez Respawn. TFL, c'était son petit nom interne, aurait dû être un FPS solo dans l'univers de Titanfall/Apex Legends, basé sur « le style et la mobilité ». C'est peut-être ce petit coup au moral qui explique que l'autre jeu en préparation chez Respawn, Star Wars : Jedi  Survivor, soit repoussé au 28 avril, alors qu'il devait sortir en mars. A.

Et si vous changiez l'orientation de votre canapé ?

Vous avez deux heures à tuer ? Téléchargez-moi tout de suite la démo de My Dream Setup qui vient d'apparaître sur Steam. Il ne s'agit pas vraiment d'un jeu vidéo, mais plutôt d'un utilitaire classieux permettant d'aménager une pièce. Le look low-poly, la gestion de la lumière et l'ambiance minimaliste produisent des résultats magnifiques. J'ai passé un après-midi entier à modéliser et réaménager virtuellement le coin bureau de mon salon, et suis en train d'envisager l'achat d'un pouf, d'une étagère Bestä et d'un ruban de leds RGB suite à mes expérimentations. Si My Dream Setup s'ouvre aux mods et rajoute un peu de souplesse dans la gestion de la pièce – elle ne peut être, pour l'instant, que rectangulaire –, je me vois facilement passer des dizaines d'heures dessus. La version finale est prévue pour le 20 février. A.

Pharaoh : A New Era a une date de sortie officielle : le 15 février. Pour mémoire, il s'agit d'un remake du glorieux city-builder égyptien de 1999, modernisé avec amour par le studio français Triskell Interactive. A.
Not so Dead Space

Tout le monde pensait que The Callisto Protocol serait le nouveau Dead Space. Il s'avère que le nouveau Dead Space est plutôt... Dead Space. Enfin son remake, produit par le studio Motive, à qui l'on doit les très corrects Star Wars : Squadron et Star Wars : Battlefront II. Sorti sur Steam il y a trois jours, il enfonce déjà salement son rival direct. Ses pics de fréquentation dépassent les 30 000 joueurs, contre 17 000 pour The Balisto Proctologue au mieux de sa forme. Ellen Replay est en ce moment même en train d'y jouer (elle est là, à côté de moi, je l'entends sursauter de peur en poussant des petits cris d'épouvante), le test complet arrive donc d'ici dans quelques jours. A.

À quoi vous jouez ?

L’enquête « lecteurs » de Canard PC menée fin 2022 a rassemblé plus de 3 000 réponses complètes malgré la longueur du questionnaire, ce qui nous permet de savoir à quoi ressemble le profil moyen du lecteur de Canard PC. C’est un homme (96 %) de 38 ans, cadre ou cadre supérieur (plus de 50 %). Les lecteurs les plus récents, ou les abonnés numériques, sont plus jeunes (34 ans) et plus souvent des femmes (8 % !). Ces nouveaux lecteurs nous ont connus via la vidéo ou les podcasts (à plus de 50 %) et ils sont encore plus satisfaits de Canard PC que les autres puisqu’ils nous notent à 17,7/20 (contre 17,4 pour la moyenne générale). Parmi vous, 65 % jouent aux jeux vidéo au moins une heure par jour et 49 % achètent un jeu vidéo au moins une fois par mois. 80 % jouent régulièrement sur PC, 50 % ont une Switch et 38 % une PlayStation 4 ou 5. Votre plateforme préférée est Steam (94 % y achètent), mais Gog.com est bien placé aussi (47 %), devant l’Epic Games Store (35 %) et le français Gamesplanet qui perce en 4e position à 13 %. Vos jeux préférés sont les RPG solo, les jeux d’action solo (FPS ou TPS), ainsi que les jeux de gestion et city-builders. Vous délaissez en revanche les jeux de sport, les jeux compétitifs et les MMORPG. Côté médias, seulement 6 % d’entre vous consultent un autre magazine papier de jeu vidéo, vous préférez sans surprise le web (60 %) ou la vidéo (68 %). Mais les sites d’information payants ne vous font pas peur car 41 % d’entre vous paient au moins un abonnement : Mediapart (15 %), Gamekult (15 %), Arrêt sur Images (12 %) et Le Monde (10 %) sont en tête. Merci à toutes et tous de vos réponses. Comme promis, trois d’entre vous ont été tirés au sort pour recevoir le jeu dématérialisé de leur choix, ils seront contactés par mail. ILF

Pire hâte des Caraïbes

Tout le monde à la rédac' aime le studio Mimimi, qui a créé les incroyables jeux d'infiltration Shadow Tactics et Desperados 3. Je suis donc plus qu'heureux de vous annoncer que le studio allemand n'a pas cherché à se réinventer pour son nouveau projet car il vient d'annoncer Shadow Gambit : The Cursed Crew, un jeu qui ressemble beaucoup à ses géniaux prédécesseurs. Sauf que cette fois, on n'esquivera pas les cônes de vision des ennemis au Japon médiéval ou au Far West mais dans les paysages enchanteurs des Caraïbes, en dirigeant un groupe de pirates mort-vivants. Ce contexte surnaturel a libéré l'imagination du studio, jusqu'ici quasi-cantonné à des compétences réalistes pour ses persos, alors attendez-vous à des portails dimensionnels, de la téléportation et de la manipulation du temps. Malgré un virage un peu trop cartoon à mon goût pour les graphismes, j'attends avec impatience la sortie, cette année, de cet alléchant Commandos chez les pirates. I.

Il faut revoir le protocol

À la base, les analystes financiers – quel triste métier – pensaient que The Callisto Protocol pourrait se vendre à 5 millions d'exemplaires. Mais ça, c'était avant, avant que Canard PC, dont les tests servent à donner le nord aux shareholders de toute la planète, n'assène un coup fatal avec son test. Du coup, les gens avec des costards revoient leur ambition à la baisse en se disant que 2 millions d'unités, finalement, c'est peut-être pas si mal que ça. Disons qu'en plus du test chez CPC, le faible 69 sur Metacritic fait passer la note du jeu dans un jaune tout pipi qui ne sent pas très bon, surtout avec la sortie imminente du remake de Dead Space. Allez, avec un peu de chance, le remake sera nul aussi et tout le monde pourra boire du champagne en se disant que de toute façon, il n'y a que ça. N.M. 

Voir plus de News

Vous pouvez lire aussi

Mewgenics - The Binding of Whiskas

Comme le dit probablement l'une de ces fables de La Fontaine que personne ne connaît et qui porte un nom grotesque du genre Le Coucou et l'Hippopotame : « Rien ne sert de faire beaucoup, il convient de faire bien. » Ainsi d'Edmund McMillen qui, en une poignée de jeux, dont un en Flash et un spin-off, a su s'imposer, à tel point que chacun de ses projets est désormais un événement, même lorsque ledit projet est complètement perché.

Atomic Heart - Il est presque Prey

Pendant cinq ans, Atomic Heart est resté nimbé d’une aura de mystère. Lorsque le jeu s’est dévoilé par bribes, il a laissé apercevoir une sorte de BioShock soviétique. Sauf que la fois d’après, on pensait plutôt à un Stalker linéaire. Et puis à un Half-Life ouvert. Bref, on était largués. Jusqu’à ce que mi-janvier, un mois avant la sortie officielle, le studio Mundfish nous invite à jouer plusieurs heures à Atomic Heart pour en avoir le cœur atomique net une bonne fois pour toutes.

Fortune's Run - Deus Ex pris qui croyait prendre

Depuis combien de temps on n'a pas mangé une bonne immersive sim ? Allez, on va faire comme si Prey, Deathloop et Dishonored n'étaient jamais sortis pour remonter jusqu'au temps des dinosaures, avec Deus Ex et Thief. Non pas que ça ait une quelconque logique, hein. C'est juste que j'aime bien avoir raison, surtout quand je balance des assertions sans fondement.

Les attentes 2023 de la rédaction - Parce qu'on ne fera pas pire que 2022, hein ? Allez.

Des deux années secouées dans tous les sens par le Covid, 2022 sera sans aucun doute celle qui aura été la plus touchée. « Anus horribilis », comme l'aurait si bien dit Elizabeth II, ou un médecin qui voudrait vous annoncer l'apparition d’hémorroïdes dans un trait d'humour.

Hogwarts Legacy, Atomic Heart, Dordogne - Les attentes d’Izual pour 2023

Sans surprise, l’année prochaine j’attends surtout un grand jeu magique, en monde ouvert, où un héros aux cheveux en bataille se bat contre les forces des ténèbres, le tout étroitement lié à des romans. Je parle bien sûr d'Alan Wake 2.