Que des bobarres !

Au fond de vous, vous le saviez, mais n’osiez l’avouer à voix haute : oui, les barres de chargement des jeux vidéo sont plus pipeautées qu’une interview de PPDA, et depuis toujours. Pire, c’est souvent volontaire. Répondant à une blague du scénariste du très bon Unforeseen Incidents, des tas de développeurs ont admis et détaillé leurs petites combines. De Mike Bithell (Thomas was Alone), qui explique qu’il est obligé, car les joueurs « ne font pas confiance à une barre de chargement régulière » et qu’il faut des bégaiements et des pauses, à Rami Ismail qui ne se souvient pas avoir jamais codé une barre de chargement qui ne soit pas du bullshit, tout le monde rigole et ne réalise pas la portée de cette rupture du contrat de confiance. Et demain, va-t-on apprendre que les jeux ont des murs invisibles ? que les RPG ne se souviennent pas vraiment de nos choix ? que certaines scènes cachent des temps de chargement ? The cake is a lie. P.

Dernières news jeu vidéo

Le jeu vidéo : un monde de hyènes

Après avoir passé les trois dernières décennies à nous pondre du Total War à la chaine (le prochain, Total War : Pharaoh, sortira d'ailleurs le 11 octobre), le studio anglais The Creative Assembly a voulu se diversifier en lançant un shoot multijoueur arcade plein de couleurs vives, HYENAS, inspiré des jeux à la mode comme Overwatch et Apex Legends. Une phase de beta-test privé a été organisée il y a quelques semaines, avec des joueurs recrutés sur Internet. Et il faut croire que le résultat fut mitigé : HYENAS vient d'être annulé, et des licenciements vont suivre dans le studio anglais. D'après Polygon, ce revers s'inscrit dans le cadre plus large des « réformes structurelles » dans lesquelles s'est engagé Sega, qui aurait bazardé d'autres titres en développement dans ses studios européens. L'éditeur japonais possède notamment Amplitude, Two Point Studios et Sports Interactive. A.

Guerre de l'upscaling, épisode 25

AMD vient de sortir le FSR 3, nouvelle itération de sa technologie d'upscaling concurrente du DLSS de NVIDIA. Et c'est une bonne nouvelle, car la politique de NVIDIA, qui consiste à réserver certaines fonctionnalités du DLSS à ses GPU les plus coûteux, commence à en agacer plus d'un, dont moi. Le FSR 3, qui fonctionne donc sur (quasiment) n'importe quel GPU, permettra aux gueux de bénéficier de la « Frame Generation », cette nouvelle technologie proche de la magie noire qui laisse l'IA générer des images en temps réel afin d'améliorer la fluidité du jeu. Immortals of Aveum et Forspoken sont les deux premiers jeux à implémenter le FSR 3. Les premiers retours sur positifs, avec des gros gains en performance, même sur des GPU d'il y a plus de cinq ans. Le FSR 3 devrait se généraliser dans les prochains mois, notamment sur le très attendu Frostpunk 2, avec des résultats que ses développeurs polonais qualifient de « fantastiques ». A.

Encore un drame du Brexit

Le vénérable studio britannique Team17, qui a fait son beurre en publiant des dizaines d'épisodes de sa franchise Worms depuis les années 90, a un peu plus de mal avec sa branche édition, inaugurée en 2013. D'après Eurogamer, la boîte est entrée dans une phase de restructuration et devrait procéder à des licenciements, particulièrement dans son département Assurance Qualité, avec une cinquantaine de départs prévus sur un effectif total d'environ 400 personnes. Même le PDG vient de sauter, c'est vous dire si la situation est tendue. Cela fait bien longtemps que Team17 n'a pas publié de jeux à succès : My Time at Portia et le FPS multi Hell Let Loose, leurs derniers titres un peu remarqués, datent quand même de 2019. A.

Au revoir Sergiy

Après huit ans de service, Sergiy Galyonkin quitte (apparemment en bons termes) Epic Games. C'était l'un des piliers de la boîte, et certainement son employé le plus connu et le plus vocal, avec son patron Tim Sweeney. Galyonkin a notamment crée Steam Spy, lancé l'Epic Game Store en 2018 et fut l'un des artisans du succès de Fortnite en tant que Directeur de la stratégie éditoriale. Il révèle aussi, dans son petit message d'adieu, que son ex-employeur serait en train de se transformer pour devenir « Epic 5.0 », passant du statut d'éditeur/développeur de jeu et de moteur 3D à celui de « plateforme ». L'ami Sergiy explique qu'il n'est plus la bonne personne pour opérer de changement. Et il n'est pas seul, puisque Epic a licencié 16% de ses employés (environ 830 personnes) fin septembre. A.

Duke Nukem Forever and ever

Oui monsieur, oui madame, Duke Nukem revient. Il a toujours ses gros muscles, sa coupe en brosse, son marcel rouge et il... s'est recyclé dans le flipper. Duke Nukem : Big Shot Pinball sera une table spéciale pour Pinball M, le prochain jeu de flipper de Zen Studio. Car vous ne le saviez peut-être pas, mais en 2023, ce genre n'est pas mort. Il continue sa petite vie, avec la série des Pinball FX du même développeur. Le dernier épisode, Pinball FX3 sorti en 2017, continue d'être alimenté en DLC – il y a en pour 300 € de tables additionnelles à acheter. Si cette info vous a donné une irrésistible envie de débloquer de l'extra-ball, sachez que le jeu de base est gratuit sur Steam, et que vous pouvez rejouer au meilleur flipper PC de tous les temps (le Space Cadet de Windows) tout aussi gratuitement sur GitHub. A.

Après le coloré Dave the Diver, les Coréens de Mintrocket gardent le même cap et annoncent Nakwon : Last Paradise, un jeu de furtivité et de récolte, à la troisième personne, en PvPvE, dans un Séoul infesté de zombis intuables. Pardon… quoi ?! P.
Epic fail

Epic Games est devenu un géant, grâce à une politique de création moderne et des outils de gouvernance à la pointe de la… oui bon, ça va, grâce à Fortnite, Fortnite et Fortnite. Mais même avec ses camions entiers de billets verts, la mue de l’entreprise a pris des routes à gros péages : l’Epic Game Store, ses exclusivités et jeux gratuits, le procès contre Apple qui se passe mal, voire des routes cahoteuses et des amendes records. Fin septembre, Tim Sweeney a fini par l’avouer : « Depuis un certain temps, nous dépensons beaucoup plus d’argent que nous n’en gagnons ». De là à réduire les salaires des dirigeants ? Surtout pas malheureux. Epic tire « un autre levier », comme on dit, et licencie 16 % de ses employés, se débarrassant au passage de ses dernières acquisitions : Bandcamp et SuperAwesome (qui veut se racheter elle-même). Entre Epic et Embracer, se sont 1100 emplois qui disparaissent dans le monde merveilleux des jeux vidéo. P.

Son état était pourtant (back)stab !

Counter-Strike 2 est un enfant qui a le respect de son papa Counter-Strike : Global Offensive. Il lui ressemble beaucoup, en plus joli et plus jeune évidemment, et a patiemment attendu depuis le printemps, en faisant des bêtas, des tests, des… oh et puis mince, place aux jeunes ! Le 27 septembre, il a regardé son paternel dans les yeux, lui a murmuré « 11 ans déjà, tu as eu une belle vie », puis a débranché la prise d’un coup sec. Vraiment sec, car une mise à jour a simplement fait passer le jeu en version 2, pour tout le monde. Au point de tomber entre deux rounds de matchs pros du circuit officiel, c’est dire. Un tickrate en temps réel et un passage au moteur Source 2 qui touche les lumières, les reflets, la fumée volumétrique. Panique chez les plus acharnés, qui doivent réapprendre à lancer une grenade. Au moins les cartes iconiques restent les mêmes, et les skins sont transférés, ils évitent donc l’arrêt cardiaque. P.

"Félicitations, vous venez de tuer votre premier boss. Veuillez accepter ces trois objets moyens-bof en récompense."
On a fait une Bullet

Dans un rapport financier pour début 2023, les Polonais de People Can Fly reparlent d’Outriders, sorti en 2021, et acclamé par la critique (4/10 dans Canard PC, par un Kahn Lusth admiratif). Ils en causent surtout pour dire « Hé, mais on a pas touché de royalties par notre éditeur, Square Enix ! ». Je le savais, Square est un mauvais payeur ! Square voleurs ! Square esc… ah, attendez, le document continue et explique que ces royalties dépendaient des bénéfices tirés du jeu et que, visiblement, « les ventes ont été insuffisantes pour couvrir les coûts et les dépenses du développement ». Plus simplement, ils n’ont pas eu leur part du gâteau, car il n’y avait pas de gâteau. Mais pas d’inquiétude, Bulletstorm VR arrive le 14 décembre et tout le monde adore la licence, le jeu de base (6/10, par Louis Ferdinand Sébum, un grand fan) et sa Full Clip edition ( PIGEON/10, par un Guy Moquette extatique). P.

« Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé ». Chris Metzen, qui a travaillé sur toutes les franchises de Blizzard durant 23 ans, avant sa retraite en 2016, était déjà revenu comme conseiller depuis 2022. La relève n’est visiblement pas prête, et il vient d’être nommé directeur créatif exécutif pour tout ce qui touche à Warcraft. P.
Voir plus de News

Vous pouvez lire aussi

Alone in the Dark - La peur et l'argent du beurre

En l'espace de trente ans, depuis la sortie du tout premier Alone in the Dark qui avait terrifié une génération entière de joueurs avec une poignée de polygones, des plans fixes sur des portes et des poulets zombies, le monde a bien changé. C'est bien là que réside toute la difficulté d'en faire une nouvelle adaptation aujourd'hui : comment préserver l'essence du premier survival horror de tous les temps, à l'heure où le genre manque cruellement d'idées nouvelles et où les poulets zombies prêtent plus à rire qu'à sursauter ?

Fretless – The Wrath of Riffson - La déroute du rock

Si vous lisez tous les articles de ce magazine (vous devriez car derrière le corps musclé de chaque rédacteur, il y a un petit cœur qui bat), vous aurez sans doute deviné que la Gamescom 2023 laissait la part belle aux jeux « à concept ». Pèle-mêle, on y a découvert : un Sims-like, mais avec des personnages dont on peut contrôler l’envie d’aller aux toilettes ! Un rogue-lite, mais dans une voiture ! Un simulateur de camions, mais dans l’espace ! (et encore, on n’avait pas la place de vous parler d’Headbangers : un jeu de rythme sous forme de battle royale, mais avec des pigeons !).

Thank Goodness You're Here ! - La vie en rosbif

Personne ne sait vraiment en quoi consiste Thank Goodness You’re Here ! Après avoir décortiqué les interviews des développeurs et pris le temps de chercher des informations à la source telle une journaliste d’investigation dévouée, je ne pourrais toujours pas vous dire quoi que ce soit de précis sur Thank Goodness You’re Here !, si ce n’est que j’ai désespérément envie d’y jouer.

Millennia - Le monde ne suffit pas

Comment aurais-je pu deviner, en entrant dans le stand Paradox où était montré le très secret Millennia, qu’il s’agirait d’un 4X ? Assez facilement, OK, en effet. Mais comment aurais-je pu deviner que ce serait un 4X si plein de bonnes idées qu’il parviendrait à séduire même un allergique à Civilization tel que moi ?

Tekken 8 - Chaos technique

Les développeurs de Tekken 8, plus que n’importe quels développeurs, sont d’excellents diplomates. C’est en tout cas ce que me fait affirmer l’une des productrices du jeu, avec laquelle j’ai enchaîné des combats dont je sortais systématiquement victorieuse – avant de réaliser qu’elle ne jouait qu’à une seule main en regardant l’écran d’un air distrait.