L'influence potentielle de la lumière bleue sur l'organisme ne se limite pas à la destruction de quelques cellules rétiniennes. Les longueurs d'onde concernées jouent également un rôle primordial dans le fonctionnement global du corps humain, en particulier sur nos rythmes chronobiologiques. La présence d'une forte concentration de lumière bleue dans le spectre d'une source lumineuse pourrait donc provoquer d'autres types d'effets indésirables. Et cela à des niveaux d'éclairement bien inférieurs à ceux abordés précédemment.