J'en suis certain, à bientôt quarante ans, je ne serai jamais un surfer cool qui claque des 720° devant les bimbos de Courchevel ni un gros guedin qui frôle les parois rocheuses en parapente. J'ai gâché ma jeunesse à me gaver d’hydrates de carbone en regardant des séries télé américaines. Tant pis. Steep va me permettre de vivre ce rêve par procuration, sans bouger mes fesses flasques ni finir au service traumatologie du CHU de Grenoble. Deux phases de bêta ont eu lieu en novembre et elles ont confirmé les bonnes impressions que nous avions eues précédemment lors d'une session de jeu chez Ubisoft. Steep, c'est d'abord un beau moteur 3D et un massif immense. Il est divisé en sept régions reprenant des ambiances différentes (Aravis, mont Blanc, Suisse, Tyrol...) et offrant une centaine de challenges à réaliser en ski, en surf et accessoirement en wingsuit ou en parapente, deux activités marrantes mais plus anecdotiques. Les épreuves sont généralement des courses de vitesse par checkpoints ou des concours de tricks.