Les compétences. Il ne fait aucun doute que Running With Scissors aurait abreuvé le marché de nouveaux titres, si son équipe était suffisamment talentueuse. Au lieu de ça, le studio donne l'impression de s'être réveillé en sursaut pour décréter la production de cette suite, sans doute plus motivé par la baisse des royalties de Postal 2 que par l'amour du travail bien fait. Et lorsqu'on n'a rien développé de marquant depuis 2003, il va de soi que la reprise est difficile. Si difficile que les développeurs s'autorisent la création d'une copie carbone de Postal 2, jusque dans son avalanche de blagues pipi-caca-cucul qui foutraient la honte à Borderlands 3. Car si le petit dernier de Gearbox, au moins, tente maladroitement d'exploiter son univers original pour faire rire, Postal se contente toujours d'écrire « bite » sur les murs et d'appeler ça de l'humour.