En chantier

Captain of Industry - Le simple plaisir de produire

Je voudrais commencer ce test en remerciant Dieu. Oui, merci, Dieu, de m'avoir fait naître dans les années 1970, et de m'avoir donc permis d'être en pleine force de l'âge durant ce que les historiens appelleront sûrement « L'Âge d'Or du Jeu de Tuyaux et de Tapis Roulants ».

Warstride Challenges - Course contre les monstres

Quand on me demande pourquoi Ellen Replay joue sans mal le 3e mouvement de la Sonate au clair de lune pendant que je peine à déchiffrer Frère Jacques, je réponds que c'est parce qu'elle a commencé le piano trois semaines avant moi. C'est bien sûr totalement faux. La véritable raison est qu'Ellen, contrairement à moi qui fais mes gammes en dilettante, ne peut tolérer autre chose que la perfection. Un peu comme Warstride Challenges.

Songs of Conquest - Honnête HOMM

Voilà plus de deux ans que nous bavons ensemble devant Songs of Conquest, son tour par tour savoureux, son univers féérique, son pixel art d’orfèvre. Deux ans que l’on rêve d’enfin poser nos mains moites d’excitation sur le digne successeur des vieux Heroes of Might & Magic. Aujourd’hui, je suis heureux de vous dire que notre patience a été récompensée.

Dune: Spice Wars - Qui c'est les plus forts, évidemment c'est les vers

Dune: Spice Wars a un immense mérite, celui d'être un jeu dont la forme correspond parfaitement à l'œuvre dont il s'inspire. Parce que le choix de la stratégie en temps réel est un bel hommage à l'inventeur du genre, Dune 2 ? Peut-être. Parce que, comme les héros des romans de Herbert, qui assaisonnent des vers avec de l'épice après avoir bu leur pipi, il n'a pas peur de tenter des mélanges audacieux ? Certainement.

The Iron Oath - La morsure du serment

Ne me demandez pas pourquoi, ce doit être quelque chose dans l’eau ou Mercure en rétrograde : cette année, les jeux de rôle tactiques ont une pêche formidable. Toute une cohorte de T-RPG (certes surtout japonais) fonce vers nos étalages, avec parmi eux un jeu attendu depuis cinq ans, qui compte d’ores et déjà parmi ce que le genre fournira de mieux cette année : The Iron Oath.

The Planet Crafter - Jardinez, c'est gagné

On le sait, notre système pénal est en crise. La prison ne sert à rien. Les conditions de détention sont épouvantables. L'administration pénitentiaire peine à recruter. La récidive est au plus haut. Pourtant, aucun candidat à l'élection présidentielle ne propose la moindre réforme dans ce domaine. C'est donc une fois de plus vers le jeu vidéo qu'il faut se tourner pour trouver la solution.

Moons of Ardan - Je lui ai demandé la lune

Je ne vais pas vous dire que Moons of Ardan était très haut dans ma liste des priorités. J'ai reçu une clé, j'ai regardé les photos d'écran sur la page Steam et je me suis dit « bon, on verra plus tard ». Dans un monde où vous avez douze jeux de gestion/construction de village qui sortent par semaine, il n'était pas vraiment le plus excitant du lot.

Core Keeper - Les mains dans les pioches

Core Keeper a cru qu’on pouvait m’acheter avec une pioche. Il ne sait donc pas que ça fait douze ans qu’on en manie, des pioches, dans le jeu vidéo ? qu’il est à peu près le soixantième à me proposer de taper de la pierre pour trouver du fer ? de progresser délicieusement jusqu’à des métaux durs comme l’acier ? de découvrir un monde fabuleux et envoûtant ? de… me fabriquer un chalet cozy à en pleurer ? Ah le con, il a cru qu’on pouvait m’acheter avec une pioche. Il a eu tellement raison.

Ground Branch - Armée de terre à terre

Par une tiède soirée d'hiver, après avoir accroché au sympathique bien que facho Ready or Not, je me suis mis en tête de répertorier tous les SWAT-like de Steam. Et, sous une pierre couverte de mousse que la rédac n'avait pas retournée, j'ai trouvé Ground Branch, en accès anticipé depuis l'été 2018. Mais, comme dit le noble sage Szu Dong Hong après avoir un peu trop tiré sur sa pipe à opium : « Parfois, si la pierre n'a pas été retournée, c'est parce qu'elle veut nous mordre les doigts. »

Against the Storm - Bâtissons sous la pluie.

Against the Storm est annoncé par ses développeurs comme, je cite, « Banished rencontrant Slay The Spire ». Ces loulous s'enflamment un peu, car on ne doit pas citer le nom de Saint-Banished à la légère, mais leur jeu de construction de ville sauce roguelike propose tout de même quelques idées intéressantes.

Vous pouvez lire aussi

Atomic Heart - Il est presque Prey

Pendant cinq ans, Atomic Heart est resté nimbé d’une aura de mystère. Lorsque le jeu s’est dévoilé par bribes, il a laissé apercevoir une sorte de BioShock soviétique. Sauf que la fois d’après, on pensait plutôt à un Stalker linéaire. Et puis à un Half-Life ouvert. Bref, on était largués. Jusqu’à ce que mi-janvier, un mois avant la sortie officielle, le studio Mundfish nous invite à jouer plusieurs heures à Atomic Heart pour en avoir le cœur atomique net une bonne fois pour toutes.

Fortune's Run - Deus Ex pris qui croyait prendre

Depuis combien de temps on n'a pas mangé une bonne immersive sim ? Allez, on va faire comme si Prey, Deathloop et Dishonored n'étaient jamais sortis pour remonter jusqu'au temps des dinosaures, avec Deus Ex et Thief. Non pas que ça ait une quelconque logique, hein. C'est juste que j'aime bien avoir raison, surtout quand je balance des assertions sans fondement.

Les attentes 2023 de la rédaction - Parce qu'on ne fera pas pire que 2022, hein ? Allez.

Des deux années secouées dans tous les sens par le Covid, 2022 sera sans aucun doute celle qui aura été la plus touchée. « Anus horribilis », comme l'aurait si bien dit Elizabeth II, ou un médecin qui voudrait vous annoncer l'apparition d’hémorroïdes dans un trait d'humour.

Hogwarts Legacy, Atomic Heart, Dordogne - Les attentes d’Izual pour 2023

Sans surprise, l’année prochaine j’attends surtout un grand jeu magique, en monde ouvert, où un héros aux cheveux en bataille se bat contre les forces des ténèbres, le tout étroitement lié à des romans. Je parle bien sûr d'Alan Wake 2.

Baldur's Gate 3, Stalker 2, Aliens: Dark Descent - Les attentes de Sébum pour 2023

Certains veulent Noël avant l'heure, moi j'aime Noël après l'heure. On commence par se gaver de victuailles et, une fois les viscères remplis à capacité, entièrement satisfait, paf, on vous balance sur le ventre, en guise de bouquet final, une pile de cadeaux. Eh bien ce début d'année, c'est exactement ça. Sitôt passées les fêtes, au pied du sapin déjà sec et du calendrier 2023 tout neuf, on trouve tous les jeux repoussées de l'année dernière.