Test jeu vidéo

Biomutant - Il a son charme

Quelle expression horrible ! « Il a son charme. » Tout est dit, comme quand le seul compliment qu'on trouve pour décrire quelqu'un, le seul qui vienne spontanément, c'est : « Il est gentil. » C'est un peu ça, le problème de Biomutant. Il a son charme. Il est gentil. Je n'ai pas spécialement envie de l'inviter à mon barbecue, mais il est gentil.

Base One
Base One - Il n'y en aura pas une deuxième

Tous les feux sont au vert pour Base One : de la construction de base spatiale, de la gestion de ressources et d'équipage, des photos d'écran mignonnes comme tout avec de beaux paysages spatiaux. Une telle recette, c'est un peu les spaghettis carbonara du jeu vidéo : pour que ça soit mauvais, il faut vraiment le vouloir. Et pourtant, voilà.

Ultimate Admiral : Age of Sail - Un coup dans l’eau

Rangez vos mitrailleuses, vos drones surarmés, vos missiles radioguidés ! Il y a encore des gens qui croient au charme des mousquets en bois vernis, des batailles rangées et des navires aux cordages qui grincent. Tout pourrait s’effondrer que je serais encore là, à espérer un Apex Legends du XVIe siècle, un Splinter Cell napoléonien et un Total War de l’âge des pirates. Or, sur ce dernier point, je viens presque d’être exaucé.

Hood : Outlaws & Legends - Robin Déboires

Ça y est, j'ai récupéré la fibre. Je vais enfin pouvoir tester un jeu multi et j'avoue que ça me manquait un peu. Tiens, c'est quoi ce truc ? Ça a l'air marrant, on dirait une sorte de Thief multijoueur, ça change de tous ces TPS « pan-pan boom-boom ». Et puis regardez, ils... Nan mais attendez deux minutes : c'est qui les développeurs à l'origine de cette chose ? Ils ont leurs papiers ? J'aimerais leur dire deux mots.

Subnautica : Below Zero - Le grand bleu avec une chaussette noire

Comment fait-on pour réaliser la suite du plus grand jeu d'exploration de tous les temps ? Comment assume-t-on l'héritage d'un jeu indépendant qui peut se targuer d'être meilleur que tous les AAA sortis depuis dix ans ? Comment révolutionne-t-on, une fois de plus, le concept même de jeu de survie ? Voilà autant de questions auxquelles les développeurs de Outer Wilds devront répondre. En attendant, Subnautica a une suite, et c'est très bien aussi.

Legend of Keepers - Métro, bourreau, dodo

Pas que je sois sadique ou revanchard, mais franchement, j’adore la vengeance. Retourner tout d’un coup une situation, se sentir enfin libéré d’un poids et brailler un « ha-HA ! » triomphal, ça n’a pas de prix. Enfin, pas de prix, c’est ce que je pensais jusqu’à ce que la page Steam de Legend of Keepers indique 18 €.

Breathedge - À bout de souffle

« C’est Subnautica dans l’espace. Tu vas t’éclater pendant une vingtaine d’heures, il y a de la survie, de l’exploration, de la construction de base et tout. Par contre, il paraît que la version finale est décevante : les deux derniers chapitres sont juste un long couloir », m’a dit ackboo. Il avait presque raison, sauf sur le passage où je m’éclate pendant 20 heures.

Ashwalkers - La horde du contretemps

Un de mes plus grands regrets, c'est de n'avoir jamais eu de Tamagotchi. La première fois que j'en ai vu un, j'étais à l'école primaire, et celui d'une de mes camarades de classe venait de mourir. Quand elle a réalisé qu'il était possible de le ressusciter en le réinitialisant avec une simple mine de Critérium, j'ai vu son visage passer de la tristesse la plus profonde à la joie ultime – et c'est sans doute à ce moment précis que j'ai réalisé que je loupais quelque chose.

Emily is Away <3 - C’est compliqué

Nous sommes en 2008, je m’apprête enfin à quitter le lycée, et je viens de m’inscrire sur Facebook. « Je », ce n’est pas moi, c’est le personnage que j’incarne dans Emily is Away <3, mais « je » aurait tout aussi bien pu être moi, parce qu’on a traversé à peu près les mêmes choses au même moment. En tout cas, on a vécu la fin de notre adolescence à l’ère de l’avènement de Facebook, avec ses statuts cryptiques, ses guerres de pokes interminables et ses quiz de compatibilité foireux.

Chronicle of Innsmouth: Mountains of Madness - Point and culte

Parfois, je me laisse aller à rêver. Je me dis qu'entre l'engouement général pour Lovecraft et la détermination de Disney à tourner des Indiana Jones tant qu'Harrison Ford sera vaguement capable de tenir debout, il y aurait moyen de créer le crossover pulp parfait : Indy et les reliques de R'lyeh. Puis je me souviens du Crâne de cristal, je me réveille en hurlant et je dois m'enfermer dans mon frigo pendant une heure pour retrouver mon calme.