Test jeu vidéo

Postal 4: No regerts - Resté lettre morte.

« Il est un temps pour le rire et un temps pour les larmes », lit-on dans L'Ecclésiaste. C'est pourquoi, me trouvant un peu trop guilleret après avoir hérité des chouettes Warstride Challenges et Dune: Spice Wars, Kahn a décidé de me faire passer le goût de rire en me confiant le test de Postal 4.

Teardown - Masse Effect

Vous avez reçu une prune de 135 € pour un excès de vitesse sur la départementale entre Quimper et Douarnenez. Votre gamin a renversé son yaourt sur la moquette du salon. Votre patron vient de vous refuser une augmentation de 0,84 % pour la sixième année consécutive. Il n'y a plus de Dinosaurus au Franprix. Que faire ? Céder à la rage ? Tout démolir à coups de masse en hurlant comme un animal ? Oui, bien sûr, mais faites-le dans Teardown.

Warhammer 40,000: Chaos Gate - Daemonhunters - Bonus Malleus

Comme toutes les personnes saines d'esprit, j'ai un petit cahier qui contient mon top des meilleurs jeux vidéo Warhammer 40,000. Une liste où apparaissent, vous ne serez pas surpris de l'apprendre, des noms comme Mechanicus, Battlefleet Gothic 2, Space Marine ou encore Dawn of War 2. Et à côté, seul sur la page de droite, se trouve un titre qui a une place spéciale depuis 23 ans.

Rogue Legacy 2 - New Game Plus

C'était en 2013. Souvenez-vous. À la radio, Britney Spears chantait Baby One More Time, Pierre Bérégovoy était Premier ministre, la France disait non à la guerre en Irak et Louis Pasteur découvrait le vaccin contre la rage. C'était l'âge d'or, vous diront certains. Ils se trompent.

Dorfromantik - Des villages, défigure

Stefan Zweig, en parlant du joueur d'échecs, écrit que plus un esprit se limite, plus il accède à l'infini. La connaissance peut souhaiter s'étendre à tous les sujets, tout embrasser d'un seul regard. Elle peut aussi, par un mouvement plus intime, se concentrer sur un point minuscule pour en percer l'universel.

Trek to Yomi - Fugue en Edo majeur

Il y a cinq ans, Leonard Menchiari a eu une idée brillante : développer un jeu de samouraï avec un noir et blanc travaillé et des effets de clair-obscur somptueux, qui donneraient le sentiment d'évoluer dans un film d'Akira Kurosawa. Entre-temps, il a vu sortir Ghost of Tsushima (puis son mode « Kurosawa », qui permet de passer le jeu en noir et blanc) – et le pauvre est désormais obligé de répéter à chaque interview qu'il a eu l'idée avant.

The Stanley Parable : Ultra Deluxe - Méta hurlante

Dans son bureau ordonné de l'immense tour de verre qui fait office de quartier général à la Canard PC Megacorporation, Ellen tapotait frénétiquement, comme à son habitude. Son supérieur lui avait assigné le test de The Stanley Parable : Ultra Deluxe, ce qu'elle avait accepté avec enthousiasme, même si elle n'arrivait pas à se départir d'un léger frisson d'appréhension.

Trolley Problem, inc - Un tramway nommé dilemme

Tu préfères être habillé tous les jours avec une grenouillère Pikachu ou bien que chaque matin, ton patron te claque les fesses en disant : « Allez hop hop hop ! » ? Tu préfères être suivi toute la journée par un groupe de mariachis ou sentir des pieds par la bouche ? Tu préfères manger les yeux de tes enfants ou vomir de la chair humaine en permanence ? Trolley Problem, inc ne pouvait pas trouver meilleure date de sortie qu’entre les deux tours de la présidentielle.

Distant Worlds 2 - Empire et en mieux

Douze ans après sa sortie, Distant Worlds a enfin une suite. Et comme pour le premier épisode, il y aura toujours deux camps : ceux qui considéreront Distant Worlds 2 comme un chef-d'œuvre du 4X spatial (ils ont bien raison) et ceux qui n'auront pas la patience d'investir le temps et l'énergie nécessaires pour comprendre son fonctionnement alambiqué (ils n'ont pas tort).

Coromon - Au nord, c’était les Coromon

Je ne sais pas ce qui ne fonctionne pas entre Pokémon et moi. J’aurais dû être le client idéal : j’aime les jeux et les consoles Nintendo, les J-RPG, les histoires d’amitié qu’on trouve dans les mangas. Et pourtant, épisode après épisode, ça ne prend pas. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être que je ne suis simplement pas fait pour les combats de chiens.

Vous pouvez lire aussi

Aliens: Dark Descent - Xéno le guerrier

On pense valoir mieux que les autres. On se dit qu'on n'est pas un gros naïf, qu'on ne se laissera pas avoir par une marque, qu'on ne se tapera pas dix heures imbitables de The Book of Boba Fett simplement parce qu'il y a écrit Star Wars sur l'étiquette. Et puis on réalise que, de tous les jeux de SF gore sur lesquels s'est ouvert le Summer Game Fest, on ne se souvient que d'un seul un mois plus tard : celui avec des xénomorphes.

Shadows of Doubt - Cité de démesure

Quand j’étais jeune, la ville de GTA III m’impressionnait beaucoup. En me baladant dans les rues, la tête levée vers les gratte-ciel, je rêvais aux mégapoles des jeux vidéo du futur, où l’on pourrait forcément rentrer dans chaque immeuble et pénétrer dans chaque appartement. Shadows of Doubt réalise enfin ce fantasme, avec une mission à la hauteur : retrouver et démasquer un tueur en série.

Astro Colony - Le Factorio de (pas) Varsovie

Les développeurs indés polonais sont partout, ils doivent publier quelque chose comme trois cents jeux par semaine sur Steam et sont bien décidés à montrer qu'ils ne resteront pas cantonnés pour toujours sur le créneau des « petits jeux pétés avec une idée rigolote ». Tenez, là par exemple, ils s'attaquent à un monument : Factorio.

System Shock - Fin du choc sceptique

Autant l'avouer tout de suite : je n'avais pas une confiance immodérée dans le remake de System Shock. Et par « pas immodérée », je veux dire « convaincu qu'on fonçait vers l'incident industriel », d'autant que le dernier projet sur lequel Warren Spector avait eu un rôle de consultant était Underworld Ascendant, dont la légende dit qu'à chaque fois qu'on évoque son nom, un de ses développeurs éclate en sanglots.

 

Tactical Breach Wizards - RAID sur le côté

Je le répète depuis 1995 et le très regretté Cybermage : il y a dans ce monde trop de jeux où l'on tire avec un flingue et de jeux où l'on jette des boules de feu, mais pas assez de jeux où l'on tire avec un flingue tout en jetant des boules de feu. Tom Francis, semble-t-il, est du même avis, c'est pourquoi ce journaliste devenu développeur de jeux (on lui doit Gunpoint et Heat Signature) a décidé de faire d'une de ses blagues récurrentes de plumitif une réalité.