Avalanches en série

Linus et Viktor Blomberg, cofondateurs d'Avalanche Studios, viennent d'annoncer la création de leur nouveau studio, Elemental Games. Afin d'éviter le quiproquo qui gâche les dîners mondains depuis l'annonce de Hogwarts Legacy, précisons que nous parlons bien de l'entreprise suédoise Avalanche Studios, à qui l'on doit Just Cause et Mad Max, et pas de l'entreprise américaine Avalanche Software, qui bosse sur le nouveau jeu Harry Potter. Pour ne plus les confondre, un moyen mnémotechnique simple : Mad Max d'Avalanche Studios a été édité par Warner, alors qu'Avalanche Software est propriété de Warner. Vous voyez, c'est facile. Notons par ailleurs que parmi les employés du tout nouvel Elemental Games, on trouve des gens qui ont travaillé sur le film Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban. Voilà qui va clarifier les choses. LFS

Dernières news jeu vidéo

Figurez-vous qu'en plus des habituelles catégories, les Game Awards de cette année ont failli remettre un prix du meilleur remake, avant que Geoff Keighley ne finisse par y renoncer, sans doute inquiet que cela donne trop l'impression que l'industrie ne sait pas se renouveler, ou alors parce qu'il n'avait pas envie de remettre des prix jusqu'à deux heures du mat et de risquer une crampe en souriant aussi longtemps aux caméras. LFS.
Bush d'égout

J'ai honte, je me sens merdeux. Alors que jamais un Call of Duty ne m'a attiré et que le fiasco Modern Warfare 3 aurait dû encore davantage me convaincre de ne jamais accorder le bénéfice du doute à la licence boum-boum de papy Kotick, voilà-t-y pas, comme on dit dans le milieu des breaking news, que j'apprends que le prochain Call of se déroulera pendant la guerre du Golfe. Et paf, du coup j'ai envie d'y jouer, si c'est pas lamentable. Le jeu sera un Black Ops avec des histoires de forces spéciales et de F-117 et, surtout, le premier Call of à avoir eu droit un cycle de développement de quatre ans — rappelons à titre de comparaison que le Modern Warfare 3 de cette année a été bricolé en quatre minutes. Dans le milieu des infographistes, on murmure que 90 % de ce temps de production aurait été utilisé pour développer un shader capable de calculer les effets de réflexion des lunettes de John Major. LFS.

Obsédé textuel

Si le retrogaming ambiance 1992 n'est pas encore assez rétro pour vous, vous serez heureux d'apprendre qu'une bande d'authentiques cinglés répondant au curieux nom de TryHardWolfers a créé « Blazkowicz's Text Adventure 3D », un mod pour Wolfenstein 3D (oui, l'original) qui remplace toutes les sprites et les textures du jeu par du texte. Ainsi, à la place d'un mur en brique orné d'un portrait d'Hitler, vous verrez les mots « mur en briques » recouvert des mots « portrait d'Hitler », le tout avec un petit côté calligramme, le texte reprenant la couleur et la disposition des images qu'il remplace. Contre toute attente, le résultat est plutôt intéressant, et on en viendrait presque à se dire qu'un vrai jeu indé devrait reprendre l'idée s'il n'était pas nécessaire de se rincer les yeux au collyre dès qu'on y joue plus dix minutes d'affilée. LFS.

Stop aux cadences infernales !

Josh Sawyer, qui n'est pas n'importe qui puisqu'on lui doit Neverwinter Nights 2, Fallout: New Vegas, les Pillars of Eternity et Pentiment, et que son frère Tom a sorti Huckleberry Finn de bien des mauvais pas, nous l'affirme : les équipes devraient alterner jeux AAA et AA. D'après Sawyer, cela permettrait aux gens d'alterner entre projets commerciaux contraignants et jeux à plus petit budget mais offrant une plus grande liberté créative, et jusque là on a plutôt envie de dire « ok, pas bête, c'est d'ailleurs ce qui se pratique pas mal dans le cinéma ». Puis Josh continue en nous expliquant que ce serait aussi un moyen d'éviter que les équipes s'étiolent en leur permettant de souffler au lieu d'enchaîner les projets où elles bossent comme des chiens, et là on a envie d'ajouter « seigneur mais qui peut bien avoir envie de bosser dans le milieu du jeu vidéo ? » LFS.

Le retour du mort-vivant

Il y a des questions qu'on ne se pose pas sur le moment mais qui, après coup, nous semblent évidentes. Tenez par exemple, est-ce que vous vous êtes déjà demandé pourquoi Left4Dead 2 était sorti un an à peine après le premier, alors que Valve tourne généralement autour du pot pendant une décennie avant de daigner pondre une suite à l'un de ses jeux ? Eh bien, nous apprend Kotaku, c'est parce que le premier avait été codé à l'arrache et, même s'il faisait bien illusion, était sorti dans un état lamentable. Le jeu était tellement pété qu'il arrivait parfois qu'il doive discrètement recharger un niveau trois fois d'affilée avant d'y parvenir. Plutôt que de tenter de réparer ce tas d'immondices, les développeurs de Valve ont préféré sortir une suite bien propre, puis y transférer le contenu du jeu original, car après tout, il n'y a pas de mal à se faire payer pour corriger ses propres erreurs. LFS.

Minecraft Dojo Casa House

Dans le monde paisible et rural dans lequel j'ai grandi, les problèmes de maths étaient simples, du genre « monsieur l'épicier a acheté des pommes 1 franc, il les vend 1 franc 50, il en a vendu 100 cette semaine, combien a-t-il gagné d'argent ? » Aujourd'hui, le monde est devenu bien plus complexe et les maths plus ardues, au grand dam des élèves de CE1. Par exemple « sachant que Microsoft a acheté Minecraft 2,5 milliards de dollars, qu'il rapporte 380 millions par an en comptant les applis mobiles (chiffres 2021) et que, nous l'a appris une récente offre d'emploi sur LinkedIn, Mattel se fait 100 millions par an rien qu'avec les produits dérivés et autres partenariats, quelle est la probabilité d'un DLC "Ma maison Barbie" dans l'année qui vient ? » LFS.

Sony a déposé un brevet permettant de reprendre un jeu à des moments précis. Repartir de ces « points » où l’on « sauve » sa progression (je dois inventer des mots devant tant d’innovation), voilà qui m’aurait été bien utile. Quatorze fois que je recommence Starfield du début. P.
Chants of scénars

Marre de construire et gérer des villages médiévaux, de recréer, pour la millième fois, un semblant de vie sociale post-apo', ou des tycoons à base de grand-huit ? Gardez un œil sur Hollywood Animal, annoncé par Weappy Wholesome, pour 2024. Enfin un peu de paillettes et de rêve, en dirigeant un studio à l’aube du cinéma sonore, quand le mètre carré à Los Angeles était moins cher que dans la Creuse. Des stars, du strass, de la drogue, de la censure, du chantage, des caprices, des prostituées étranglées, bref tout ce qui fait la magie du 7e art. On nous promet une grande liberté, la possibilité de créer la MGM de Montargis ou une usine à navet rentable, et une vraie prise en compte des événements historiques. Une très bonne idée sur le papier, mais ne nous emballons pas trop. La filmographie des auteurs (Rebel Cops, This Is the Police 1 & 2) est plus proche d’une rétrospective Chuck Norris que de Stanley Kubrick. P.

Les temps sont Baldur’s

Swen Vincke, digérant la déception d’avoir raté le Golden Joystick Award du meilleur FPS de l’année, et se consolant du fait d’avoir raflé tout le reste, veut plus de CRPG. Tu m’étonnes. Conscient et surpris d’avoir redonné au genre un coup de fouet commercial inattendu, le président de Larian Studios a confié au site gamesradar+ : « J’espère qu’il y aura plus de CRPG. C’est un genre auquel j’aime jouer et auquel beaucoup de gens dans l’industrie aiment jouer aussi. » Il faut dire que tout le monde encense le studio belge. David Gaider, scénariste du Baldur’s Gate 2 de Bioware parti pousser la chansonnette ailleurs, y voit même une résurrection de la série (et un « digne successeur », histoire de ne pas se désavouer). Posant ses statuettes et enlevant son masque de Swen Vincke, Izual déclare : « Une bonne chose de faite ». P.

« Döner, c’est döner, reprendre, c’est voler ». Louis-Ferdinand Sébum, quand il n’est pas en train de lire Hegel, traîne sur Instagram. C’est là qu’il a repéré son futur GOTY : Zombie Kebab. Un jeu VR polonais, dans lequel on cuisine de la viande pas fraîche tout en résistant aux assauts de viande pas fraîche. P.
Voir plus de News

Vous pouvez lire aussi

Warhammer 40 000 : Space Marine 2 - L'Imperium contre-attaque

Comment ça, « c’est pas très l’esprit de Noël » ? Dans Space Marine 2 aussi, il y a des guirlandes. D’entrailles. Dans Space Marine 2 aussi, il y a de mignons grelots qui tintinnabulent. Les grenades à fragmentation, elles tintinnabulent grave. Dans Space Marine 2 aussi, il y a des fleuves de bonne humeur. Rouge et liquide, l’humeur. Alors cessez de chipoter et laissez vos beaux-parents faire le top des chansons de Sardou dans la pièce d’à côté : ici, on va causer épées-tronçonneuses.

Little Nightmares 3 - Cauchemar en usine

Je suis encore traumatisée par Little Nightmares 2, sorti il y a deux ans, qui mettait notamment en scène une institutrice au cou télescopique capable de vous engloutir en une fraction de seconde. La bonne nouvelle, c’est que pour ce troisième épisode prévu pour 2024, j’aurai au moins quelqu’un pour me tenir la main et me chuchoter des mots rassurants.

Holstin - Prusse Willis

Quelques pièces encombrées et plongées dans la pénombre, des écorchures dans la moquette qui mènent jusqu’à un vieux fauteuil criblé de brûlures de cigarettes, une plante décomposée qui s’étale sur un tas de papiers moisis. Oui, les anciens locaux de Canard PC avaient du caractère. Mais revenons au présent et parlons un peu de Holstin.

Anvil Empires - Insolite : un MMO qui donne envie

Il y a des produits dont l'origine doit toujours inciter à la méfiance quant à leur fiabilité. Par exemple, les voitures fabriquées en Angleterre, les trottinettes électriques made in China, les sous-marins nucléaires russes. Et là, désolé, je vais vous parler d'un MMO développé par un studio indé d'à peine vingt employés.

Scarlett Deer Inn - Défilé haute couture

J’ai un rapport plutôt conflictuel avec la broderie. Le jour où j’ai essayé de m’y mettre, c’était pour broder le logo d’Umbrella Corporation sur un T-shirt, et s’il y a bien une leçon que j’ai tirée de cette triste expérience, c’est qu’il est absolument impossible pour un débutant de broder proprement le logo d’une société multinationale de recherche pharmaceutique – sauf si vous voulez transformer ladite société en PME familiale qui fabrique des petits bougeoirs artisanaux.