L.F. Sébum

274 articles
Hexen
Hexen - À la croisée des monstres

C'est le miracle de la nature : tout revient toujours à ses origines. À Noël, le Parisien abandonne son quinoa et repart en région manger de la dinde dans le village qui l'a vu naître. Le saumon remonte le fleuve qu'il a jadis descendu pour aller pondre à sa source. La poule, au soir de sa vie, redevient un poussin puis s'enferme à nouveau dans un œuf[ref. nécessaire]. Et le FPS (subjectivus shootus modernus), lointain descendant des jeux de rôle (portus-monstrus simplex), au milieu des années 1990, a commencé à régresser et à réutiliser des organes vestigiaux. La mutation a notamment été constatée à Madison, dans le Wisconsin, près des locaux d'un studio du nom de Raven Software, et allait changer à jamais l'histoire évolutive des jeux d'action.

Un film de 2015, d'Aaron Hann et Mario Miscione, disponible sur Netflix
Circle

Autrefois les gens avaient un train de retard. Aujourd'hui il n'y a plus de trains, alors on a des confinements de retard.

Project Wingman - Un air-air de déjà-vu

J'ai une tendresse particulière pour les rayons « arts créatifs » des magasins. Je pense à tous ces gens qui s'y approvisionnent puis passent des heures à fabriquer eux-mêmes des décorations plus laides et moins symétriques que celles qu'ils auraient trouvées cinq fois moins cher chez Ikea. Ce sont sans doute dans ces rayons que les développeurs de Project Wingman font leurs courses.

Un solitaire, du Huysmans, des calmants, tout est prêt pour une bonne soirée.
Airplane Mode - Y a-t-il un gameplay dans l'avion ?

Cela fait maintenant une heure que l'avion a atterri. Le dernier message, « merci d'avoir volé avec nous », a depuis bien longtemps disparu des écrans encastrés dans les sièges, désormais désespérément noirs. Gus, mon voisin (il ne m'a jamais adressé un mot, mais j'ai choisi de l'appeler Gus), ne va pas bien. Même s'il ne dit rien, je crois qu'il se doute lui aussi qu'on ne débarquera jamais. Mais je m'en fous, mes paupières sont lourdes, les dizaines de somnifères que j'ai gobés il y a une demi-heure commencent à faire effet, bientôt je dormirai pour toujours. Désolé Gus, tu resteras seul en enfer.

Scourgebringer - La mort permanente lui va si bien

« Ce qui ne me tue pas me rend plus fort », écrivait Nietzsche dans Le Crépuscule des idoles (1888), donnant naissance sans le savoir à des générations de jeunes gens insupportables qui allaient répéter cette phrase en boucle et la graver sur les pupitres de leur classe de terminale L avant d'aller mal jouer de la guitare devant les grilles du lycée. Cette anecdote a son importance, car elle nous permet de ne pas confondre Nietzsche et Scourgebringer : en effet, dans Scourgebringer, c'est en mourant qu'on devient plus fort.

Superliminal - Perspectives d'avenir

Imaginez une thérapie révolutionnaire, qui nécessiterait uniquement de dormir. Vous fermez les yeux, rêvez un peu et, comme par miracle, tous vos problèmes ont été résolus. Cette thérapie révolutionnaire, c'est celle qu'a inventée SomnaSculpt, la société imaginaire dont vous serez le cobaye dans Superliminal. C'est aussi, coïncidence amusante, la technique utilisée par la rédaction pour guetter les nouveautés. C'est pourquoi, après un long sommeil et avoir raté la sortie de Superliminal sur l'Epic Games Store fin 2019, elle vient de se réveiller pour son arrivée sur Steam.

Prodeus - Le gore s'acharne

Quelque part dans une ferme de serveurs de Shenzhen, un algorithme très primitif tourne depuis dix ans et tente toutes les permutations possibles d'un lexique d'une centaine de mots pour créer les titres des futurs jeux en ligne chinois : Battle of Warriors, Warriors of Battle, Dragons of War, War of Dragons... et ne s'arrêtera que lorsque Tencent aura gagné assez d'argent pour racheter le monde entier. Bien décidés à ne pas laisser à l'Empire du milieu le monopole du développement en batterie, les développeurs indés américains contre-attaquent depuis deux ans avec leur propre algorithme, chargé de produire tous les concepts possibles de fast-FPS.

Door Kickers 2: Task Force North - Et SEAL c'était vrai

Fut un temps, les Rainbow Six n'étaient pas des shooters pour enfants remplis d'opérateurs sortis du roster d'Overwatch, mais des jeux profondément réalistes, où chaque ouverture de porte pouvait signer l'arrêt de mort d'une équipe d'opérateurs d'élite formée à grands frais par le contribuable. Mais depuis le milieu des années 2000, où Ubisoft a vendu au diable l'âme damnée de Tom Clancy (ce qui était d'ailleurs inutile, Satan ayant déjà acheté en gros toutes celles des gens ayant collaboré de près ou de loin avec Reagan), plus rien. C'est peut-être pourquoi le premier Door Kickers, en 2014, a été accueilli comme le messie par les amateurs de mecs musclés en Kevlar.

Call of Duty: Black Ops Cold War - Débloque de l'Est

Un homme doit savoir défendre ses idées, même et surtout lorsqu'elles vont à l'encontre de celles de son milieu, même lorsqu'il sait qu'elles lui vaudront l'opprobre et les crachats de ses contemporains qui devraient faire attention en pleine période de Covid. Mais voilà : j'ai trouvé qu'il y avait quand même quelques trucs chouettes, dans ce nouveau Call of Duty.

Watch Dogs: Legion - Légion épidermique

Sous ses dehors bourrus de chroniqueur judiciaire blasé d'avoir trop vu les atrocités dont les humains sont capables, Noël Malware cache un cœur tendre d'enfant émerveillé. Jamais je n'ai croisé quelqu'un d'aussi bon public, un rien suffit à lui plaire, le plus nanaresque des films trouve une place dans son cœur, il a même aimé Joker, c'est vous dire. Aussi, quand il est venu me dire « Ah c'est toi qui testes Watch Dogs: Legion finalement ? Fais attention, c'est vraiment très mal écrit », un frisson d'angoisse m'a traversé l'échine, car l'échine, c'est bien connu, n'est bonne qu'à être traversée par des frissons d'angoisse.