Dossier jeu de plateau

Entretien avec Magali Villeneuve - Plusieurs cordes à son art

Magic, Le Seigneur des Anneaux, Le Trône de fer, Warhammer, Donjons et Dragons, Star Wars… je ne récite pas mes licences, je dresse un début de liste de celles qu’illustre l’artiste Magali Villeneuve. Le bruit au fond ? Oh, ce n’est rien, juste d’autres illustrateurs qui s’évanouissent.

Castle Itter - Fous Alliés

Le château Itter avait été transformé en prison par le Reich. À la toute fin de la guerre, il a été repris et défendu, et ses prisonniers libérés. Une histoire banale en somme. Mais si j’y ajoute une alliance improbable, un basque bondissant, la sœur du Général de Gaulle et un tank amoureux, vous n’allez pas me dire qu’on ne tient pas le meilleur matériau possible pour un jeu de plateau ? Bonne nouvelle, il existe.

Les Livres dont vous êtes le héros - Des jeux presque drôles

Si vous êtes de ma génération, vous avez forcément passé un été ou deux à feuilleter ces bouquins dans un grenier poussiéreux ou allongés sur la pelouse. Si vous êtes comme moi, vous avez sans doute triché un peu, en gardant un index calé sur le numéro précédent, au cas où vous rencontreriez une mort aussi soudaine qu’inattendue. Et si vous êtes aussi curieux que moi, vous vous demandez peut-être ce que sont devenus ces ouvrages empreints d’un parfum de nostalgie.

Festivals et accessibilité - Des lieux pas si communs

Ce que je préfère en festival, c’est jouer avec des personnes de tous horizons, dont je ne sais rien à part qu’elles jouent vert et défensif ou qu’elles ont su dessiner Louis XV avec des légumes. Cette image d’Épinal très We are the world n’est pas forcément fausse. Sauf que pour vraiment pouvoir tomber sur n’importe qui en festival, il faut que ces événements puissent être accessibles à tous. Économiquement, la plupart des conventions sont gratuites ou peu chères, ce qui d’ailleurs relève généralement d’une volonté de ne pas rester entre passionnés. Mais concernant l'accessibilité aux différents types de handicaps, autant vous dire que c’est encore en travaux.

Bronzez la tête dans le pion - L'art de jouer en société sur mobile

Pour les veinards qui ont la chance de partir, les vacances d’été sont l’occasion de soirées entre amis ou en famille, généralement autour de mixtures plus ou moins douteuses. Sauf que les départs vers les destinations exotiques posent un gros problème aux pousseurs de pions que nous sommes : la place. Mais oubliez le semi-remorque pour déménager votre ludothèque, car voici un petit florilège de bonnes adaptations à grignoter sur votre portable.

Mieux vaut être qu'avoir l'été - Ces jeux qui sentent le soleil

Pas les moyens, pas le temps ou tout simplement pas l'envie... Les raisons d'un été où l'horizon ne dépasse pas le logis sont nombreuses. Qu'à cela ne tienne, la rédaction vous a concocté une petite sélection de jeux, récents comme anciens, qui sauront faire entrer le soleil dans vos maisons. Balades en bateau, baignade, pique-nique... Tout un programme sans prendre le risque d'un coup de soleil !

Les histoires sans fin - Quand les joueurs vont au bout du jeu

Toute activité se prête aux records. Saviez-vous qu’un Australien avait 203 tatouages des Simpson ? Les joueurs à qui nous avons parlé ne cherchent pas une place dans le Guinness Book. Simplement, un jeu les a frappés au cœur et pris une énorme place. Parfois toute la place.

Le Festival des jeux de Cannes 2022 - Go et mille autres

« À Cannes, il y a deux événements : le Festival de Cannes, et le truc sur le cinéma. » C'est une blague de joueur, mais, avec 3,5 millions d’euros de retombées économiques (puisqu’il faut loger et nourrir les hordes assoiffées de jeux), le Festival international des jeux de Cannes est un rendez-vous annuel qu'il convient de prendre au sérieux.

Interview : Bruno Faidutti - « J’essaie de créer des choses qu’on ne puisse pas faire avec un ordinateur »

Du haut de ses soixante ans et de ses quarante années de carrière, Bruno Faidutti est l’une des figures tutélaires du jeu de plateau en France. Il en a conçu une centaine en tout, même s’il est surtout connu du grand public grâce à Citadelles, incontournable avec ses deux millions d’exemplaires vendus et ses traductions en près de quarante langues. J’ai rencontré ce créateur prolifique et chaleureux dans son appartement, sous le toit d’un immeuble parisien dont les murs sont couverts jusqu’au plafond de boîtes de jeux.

Le Destin de « Destins » - La Roue de la Fortune

Ahhh, Destins. Qui n’a pas connu le jeu de société de MB ? On roule sur la route de la vie et ses étapes. Boulot, mariage, enfants, retraite et argent… ah oui, surtout de l’argent, le plus possible. Pourtant, le jeu trouve son origine dans une première version du fondateur de l’entreprise qui aurait franchement pu s’appeler « La vie est une chienne, les vertueux peuvent bien finir, mais, globalement, c’est chaud ». OK, je reconnais que ça aurait fait un peu long sur la boîte.

Vous pouvez lire aussi

3 Trucs pour survivre - Pitch pas perfect

« J’ai un hamster, un briquet et un mégaphone. Et je me retrouve sur un ring, face à un poids lourd. » Voilà qui pourrait être l’intrigue du prochain film de Quentin Dupieux mais non, c’est l’une des histoires que vous pourriez imaginer dans 3 Trucs pour survivre, un pur jeu de tchatche et d’imagination.

District Noir - District, mais juste

En une semaine, j’ai enchaîné vingt parties de District Noir. Chaque fois, j’ai eu le sentiment de mieux saisir ses subtilités tactiques. J’apprécie quand un jeu me donne l’illusion que je suis moins bête à chaque rencontre, ça compense mes discussions avec les collègues.

Complices - Bleu sur rouge, rien ne bouge…

Complices, c’est avant tout une promesse de jeu, ou pitch comme on dit chez Pasquier, complètement folle. C’est un party game à deux, et un jeu frénétique où il faut prendre son temps. Vous voyez la scène de Haute Voltige avec les lasers ? Ça, mais avec un feutre, et je ne parle pas du chapeau sur la tête de Sean Connery*.

* Je ne sais plus s’il porte un chapeau dans ce film, mais le revoir juste pour expertiser un jeu de mots représente très exactement la limite de ma conscience professionnelle.

Meurtre de sang-froid - Cold case

Gunther ? Au départ, j’aurais jamais cru. Sérieusement, Gunther ? Il avait l’air si gentil dans sa déposition, tout timide. Avant de creuser, je ne le voyais vraiment pas en assassin. Mais ça ne répond pas à la question centrale : est-ce qu’on peut manger le chewing-gum ?

Precognition - Un petit verre devin ?

En entrant chez Irma, j’étais plein d’espoir. C’était une sommité. Imaginez, elle avait tout de même prédit la chute du mur de Berlin (dès 1995 !), ou encore le Trumpisme, avec son célèbre « Il viendra, l’homme jaune et fou ». J’étais plein d’espoir… et de questions.