Test jeu vidéo

The Darkside Detective : A Fumble in the Dark - C'est dans les vieux point and click qu'on fait les meilleures soupes

Je suis un homme simple. Pas de système d'indice dans un point and click hommage à la grande période de LucasArts ? Paf. Un point en moins. C'est dommage, hein ? Ça tient à peu de chose, finalement, une note.

Resident Evil Village - La vie de château

J’aurais pu vous parler des dorures du château Dimitrescu, de la neige qui s’entasse sur le toit des maisons, de la lumière du soleil couchant qui nimbe les structures en pierre du village, ou des flammes qui se reflètent dans un sol maculé de sang. Mais ce qui m’a sans doute le plus subjuguée en premier lieu, ce sont les tubercules de pomme de terre. Des pommes de terre parfaitement modélisées en train de croupir dans un carton, que n’importe quel joueur normalement constitué observera d’un œil distrait – mais qui m’ont fait réaliser à quel point Resident Evil Village était un jeu sublime, où le diable se cache dans les détails, et plus précisément dans les tubercules de pomme de terre.

qomp - Enfant de la balle

En fonction de votre niveau en jeu vidéo, vous devriez pouvoir terminer qomp en deux heures et demie ou trois heures. Tout dépendra de votre « skill ». Pour ma part, j’ai mis un tout petit plus d’une heure. Voilà. Je dis ça comme ça. N’essayez pas forcément d’aller aussi vite que moi, c’est inutile. L’important, c’est d’aller à votre rythme.

Totally Accurate Battle Simulator - Guère total

Mis à part sur quelques rares sujets, comme la politique, la bouffe, les fringues, la musique, le cinéma, les séries, la littérature, la vie, la mort et les combats en temps réel pausables dans les jeux de rôle, Izual et moi sommes d'accord sur tout. Comment alors expliquer qu'il ait adoré Totally Accurate Battle Simulator (jugé « sans danger », en mai 2019) quand je n'y vois qu'un gadget à peine amusant une heure ?

Lust From Beyond - Fhtagn jusqu'au bout des seins

Super ! Quand Lars von Trier ou John Cameron Mitchell font un film avec des scènes de cul c'est du génie, mais quand je teste Lust From Beyond, j'ai droit à des « Mais pourquoi tu écris là-dessus ? » ou « Vous testez les jeux pornos chez Canard PC ? » Pourtant, il n'y a aucune raison que le jeu vidéo soit incapable de parler de sexualité de façon adulte et intelligente. Enfin, euh, après avoir joué à Lust, j'ai quand même quelques doutes.

Monster Hunter : Rise - Comme on dit dans le Bouchonnois

On m'avait dit : te pose pas trop de questions. Tu sais petit, tester Monster Hunter c'est ta mission. À quoi ça sert d'avoir une console Nintendo si tu sais pas reconnaître un Magnamalo ? On m'avait dit : c'est l'épisode pour débuter. Y'a plein de tutos, mais ça va bien se passer. Maman m'a dit : t'es trop petit pour comprendre. C'est sur YouTube qu'il va falloir apprendre.

Toutes les semaines, un sbire de l'Agence vient visiter la maison pour repérer toute activité suspecte. Il va même compter la vaisselle pour vérifier que la maison est conforme aux standards gouvernementaux.
Mr. Prepper - Click & Collect

Qui n'a pas un jour fantasmé de se fabriquer son propre petit bunker sous-terrain ? De laisser le monde à la surface pour se transformer en homme-taupe et vivre dans la solitude la plus totale, hors d'atteinte des dangers de la société moderne ? « Euh, moi, parce que je ne suis pas un taré paranoïaque », me répondrez-vous. D'accord, alors nous n'avons pas les mêmes ambitions lifestyle, mais que cela ne vous empêche pas de jeter un œil à Mr. Prepper.

It Takes Two - Paire qui roule n’amasse pas mousse

Pendant plusieurs jours, j'ai joué à It Takes Two avec Noël Malware. Pour résumer, c’est un jeu de plateforme coopératif qui se joue essentiellement en écran partagé, où l’on incarne May et Cody, un couple en passe de divorcer qui se réincarne en deux poupées de chiffon. Contre toute attente (déjà parce que le jeu précédemment dirigé par Josef Fares, A Way Out, avait un concept très prometteur pour un résultat décevant ; ensuite parce que Malware a passé son temps à rire comme une baleine dès que mon personnage mourait, quand il n'était pas trop occupé à mourir lui-même), c'était un plaisir de chaque instant, et on a décrété que le format idéal pour ce test devait plus ou moins ressembler à nos longues sessions de jeu. On a donc discuté ensemble de notre expérience, où l'on était simultanément morts de rire et jamais très loin de s'entretuer – et voici le résultat.

Outriders - La soupe au shoot

C'est un jeu qui commence comme tant d'autres, sous la plume d'un scénariste à l'inspiration en berne : la Terre est morte et l'humanité vient de voyager pendant 83 ans pour trouver son nouveau foyer. Mais notez que nous aurions plus vite fait de résumer ces survivants aux Américains, puisque le premier contact avec la nouvelle planète va se résumer à des camions qui défoncent la flore, avant de vomir des légions de cowboys surexcités. Bienvenue dans Outriders, le jeu qui ne voit jamais plus loin que le bout de son nez.

Lost Words: Beyond the Page - Je lui écrirai les mots bleus

Cher journal,

Aujourd'hui, je dois encore tester un jeu à faire pleurer dans les chaumières. Mais en réalité, je l'ai un peu cherché : je me suis jetée dessus, même après avoir appris qu'il s'agissait d'un « conte touchant » sur une jeune fille qui traverse une période compliquée. Pourquoi je fais ça, journal ? Qu'est-ce qui me pousse invariablement vers ces jeux ?