Inscrivez-vous gratuitement

Faites-vous offrir des articles par vos amis abonnés ! Pas d'amis ? Chouinez auprès des abonnés pour obtenir gratuitement accès aux articles !

Image abonnement par défaut

Abonnez-vous

Accédez au contenu premium, offrez des articles à vos amis, votez pour rendre gratuits certains articles et plein d'autres choses.

Derniers articles Rétrogaming

Final Fantasy Tactics - Matsuno au sommet de son art

Je profite de la sortie de Triangle Strategy (qui est une sorte de suite spirituelle) pour parler de Final Fantasy Tactics. C'est aussi mon second « Rétro », six mois ou presque après celui sur Xenogears, et donc, sans doute, le deuxième chapitre de la grande bible Canard PC consacrée aux jeux Squaresoft de la grande époque, à paraître d'ici dix ou onze ans.

Daggerfall - Vaste & Furious

Si aujourd'hui, Bethesda est un studio de développement plus frileux qu'un chat sans poils parachuté en plein Antarctique qui se contente de ressortir Skyrim chaque année, assorti parfois d'un « Skyrim dans le wasteland » et bientôt d'un « Skyrim dans les étoiles », ça n'a pas toujours été le cas. Fut un temps, le studio de Rockville était sacrément novateur et, en 1996, il a même créé l'un des jeux les plus ambitieux de tous les temps.

Silent Hill - Aux origines de la cité de la peur

En 1999 sortait le tout premier Silent Hill, un survival horror initialement pensé par Konami comme une manière de riposter au succès du Resident Evil de Capcom. Derrière ce titre devenu culte, on trouve une jeune équipe assemblée sur le tas, qui a longuement travaillé dans l'ombre sans qu'aucun supérieur hiérarchique ne vienne interférer dans leur projet, avant d'aboutir à un classique du genre – une équipe dont faisait notamment partie le directeur Keiichiro Toyama, qui est revenu avec nous sur ses souvenirs de l'époque.

North and South - Allô la Lune ? Ici Custer.

Ce qui est drôle avec North and South, c'est que tout le monde s'accorde à dire aujourd'hui qu'il s'agit d'un grand jeu. Pourtant, en 1989, personne ne semblait y croire, si bien qu'un petit jeune, fraîchement employé pour écrire du code sur Hostages: Rescue Mission, n'a eu aucun mal à récupérer la charge du projet, au seul motif d'avoir quelques idées.

L'auteur tient à remercier Stéphane Baudet, designer de North and South, d'avoir aimablement accepté de répondre à ses questions sans jamais s'énerver.

L'émulation Nintendo 64 par Nintendo - Ça ne mérite pas 64 étoiles.

En plus de la reproduction moderne de la manette de la Nintendo 64, Nintendo propose quelques jeux Nintendo 64 avec son offre Switch Online. Cependant, si la partie matérielle est très bonne, la partie logicielle s'annonce vraiment mauvaise.

Il y a 50 ans, Intel inventait (presque) le CPU avec le 4004 - Canard PC Hardware 51

Le 4004 a 50 ans. Enfin, presque : si vous lisez cet article dans le magazine, l'anniversaire a environ un mois, mais avec la magie d'Internet, vous le découvrez peut-être le 15 novembre 2021.

L'Œil dans le rétro

Operation Flashpoint : Cold War Crisis - Malden ou la vie dans l’émoi

Je sais bien : avec ses 62 km² de terrain moche, ses visages tirés d’un Cronenberg vintage et son action tout sauf trépidante, Operation Flashpoint n’est pas le jeu dont le souvenir vous tient éveillé la nuit. Mais moi oui. Parce qu’il a inventé la simulation d’infanterie grand public, mais aussi parce que ses grandes étendues lisses et ridicules touchent au sublime.

Xenogears - Le meilleur jeu raté de la Playstation

C'est de ma faute. Je n'ai demandé que deux pages à Kahn Lusth pour vous parler de Xenogears. J'aurais dû en demander quinze, j'aurais dû demander un hors-série, une série de hors-série. Il y a trop de choses à dire, trop de détails à analyser. L'histoire du développement, qui a failli tuer certains des membres de l'équipe, aurait déjà dû tenir dans un livre. À la place, je vais donc me concentrer sur une seule question : comment un jeu partiellement raté a pu devenir aussi culte ?

Obscure - Ça chauffe au lycée Leafmore

À mon sens, aucun jeu ne synthétise aussi bien les années 2000 qu’Obscure. Déjà, parce qu’il est censé s’écrire ObsCure. Ensuite, parce qu’il comporte des morceaux de Sum 41 et d’Enhancer (souvenez-vous, ce groupe de nu metal qui enjoignait ses auditeurs à « foutre le holà sur la brèche » en roulant à toute blinde dans des caddies sur le parking d’un supermarché Champion) dans sa bande-son. Enfin, parce qu’on peut y régénérer sa santé en buvant des boissons énergisantes et sauvegarder sa partie à l’aide de CD. Pour tout fan de survival horror et de teen-movie qui se respecte, c’est un jeu qu’il faut essayer à tout prix.