Inscrivez-vous gratuitement

Faites-vous offrir des articles par vos amis abonnés ! Pas d'amis ? Chouinez auprès des abonnés pour obtenir gratuitement accès aux articles !

Image abonnement par défaut

Abonnez-vous

Accédez au contenu premium, offrez des articles à vos amis, votez pour rendre gratuits certains articles et plein d'autres choses.

Derniers articles Rétrogaming

L'AIMM (ou GPA), quand Intel voulait accélérer ses GPU - Canard PC Hardware 49

Au début des années 2000, quand Intel a lancé ses premières puces graphiques, les performances étaient ­vraiment très faibles (qui a dit « en 2021 aussi  » ?). Et la solution, à l'époque, portait le nom de GPA ou AIMM.

Les jeux vidéo sur vinyles - C'est vintage

Je vais vous parler d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Et probablement les moins de trente ans (et ce n'est pas une image). D'un temps où certains décidaient de stocker des données – et des jeux – sur des disques vinyles.

The Lost Vikings - Dans l'angle Nord de Blizzard

Erik, Baleog et Olaf sont des Vikings ordinaires, jusqu'au jour où leurs petites vies tranquilles sont bouleversées par Tomator, l'extraterrestre à la tête de l'empire Croutonien. Dit comme ça, on pourrait imaginer des guerriers qui mènent une série de raids dans une usine de soupes à la tomate, mais nos héros vont finalement se retrouver emprisonnés dans un « zoo intergalactique » et surtout, dans un jeu de plateforme plutôt intelligent pour son époque.

Hercules 3D Prophet 4800 : une carte jamais sortie - Retro - Canard PC Hardware 48

Depuis quelques années, nous vous avons souvent parlé de PowerVR : avec la sortie de l’Apple M1 qui remet enfin l’architecture sur le devant de la scène dans un autre monde que celui du smartphone, il nous semble opportun de revenir sur les dernières heures ­d’Imagination Technologies dans l’univers du PC et de vous présenter en (presque) exclusivité leur ultime carte de jeu, brutalement annulée il y a de ça dix-neuf ans.

PowerVR, l'éternel retour - Canard PC Hardware 47

Dans cet article rétro, nous allons parler d'une société qui fait son éternel retour, Imagination Technologies et son architecture PowerVR.

Hexen
Hexen - À la croisée des monstres

C'est le miracle de la nature : tout revient toujours à ses origines. À Noël, le Parisien abandonne son quinoa et repart en région manger de la dinde dans le village qui l'a vu naître. Le saumon remonte le fleuve qu'il a jadis descendu pour aller pondre à sa source. La poule, au soir de sa vie, redevient un poussin puis s'enferme à nouveau dans un œuf[ref. nécessaire]. Et le FPS (subjectivus shootus modernus), lointain descendant des jeux de rôle (portus-monstrus simplex), au milieu des années 1990, a commencé à régresser et à réutiliser des organes vestigiaux. La mutation a notamment été constatée à Madison, dans le Wisconsin, près des locaux d'un studio du nom de Raven Software, et allait changer à jamais l'histoire évolutive des jeux d'action.

L'Œil dans le rétro

Warhammer 40.000: Chaos Gate - Sortez prendre un bon Bolter

Et voilà, vous venez de terminer Mechanicus, mais votre soif de XCOM relooké par Cristina 40000 n'est pas étanchée. « Avec tous ces jeux pleins de space marines qui sortent chaque année, je vais bien trouver un titre pas trop vieux ni trop mauvais », vous dites-vous en scrutant Steam. Eh bien, comme doit le dire le directeur du licensing chez Games Workshop après la sortie de chaque jeu vidéo Warhammer : caramba, encore raté.

Syndicate - Cyberpunk 1993

Le cyberpunk dans le jeu vidéo, c'est un peu comme la comète de Halley. Il vient régulièrement faire un petit coucou puis repart aussi vite qu'il est arrivé, nous laissant bouffer des JdR médiévaux-fantastiques et des FPS militaires pendant dix ans. En attendant son nouveau passage en fin d'année, revenons un peu en arrière, avant Cyberpunk 2077, avant Deus Ex, sur le jeu qui a fait découvrir à toute une génération la joie des implants et des villes dystopiques qui ressemblent à des Times Square géants : Syndicate.

Command and Conquer: Generals - Stratégie d'antan réel

C'était en 2012 et tout avait mal commencé. Déjà, on venait d'apprendre que Command & Conquer: Generals 2, qu'Electronic Arts avait annoncé à la fin de l'année précédente, s'appellerait finalement Command & Conquer tout court et serait un free-to-play. Et comme si ça ne suffisait pas, il y avait une faute d'orthographe à mon nom sur mon billet pour Los Angeles, où je devais aller découvrir le jeu. Non content de voir un jeu probablement moisi, j'étais bon pour me faire fouiller au corps par un douanier américain. Mais cette fois-là comme souvent, je m'inquiétais pour rien.