La grande famille des jeux intimidants, celle qui comprend Factorio et Europa Universalis IV, vient de s’enrichir d’un nouveau membre. Shenzhen I/O se propose en effet de vous glisser dans la peau d’un petit ingénieur. Mettre au point les programmes qui font fonctionner les objets de la vie de tous les jours, tableau de scores, amplificateur de son pour audiophiles ou bidules infrarouges, je croyais que c’était un métier, pas un jeu. Mais je n’avais pas joué à TIS-100, l’un des précédents titres de Zachtronics qui reposait à peu près sur le même principe, et encore moins à Shenzhen I/O. J’ai donc attendu le dernier moment, la sueur au front, pour lancer cette nouvelle occasion de mesurer mon abyssale nullité, ma complète incompétence, la vacuité totale de ma vie. J’ai eu tort.