Nous collons à l'arrache NBA 2KVR dans cette rubrique SAV (consacrée, je vous le rappelle, au suivi patchesque des jeux déjà testés), mais c'est une entourloupe. En fait, NBA 2KVR n'est pas, comme on pourrait le croire, un patch ou un DLC spécial réalité virtuelle pour NBA 2K17. C'est une expérience séparée, vendue la bagatelle de 15 euros. À ce prix-là, on pourrait s'attendre à quelque chose de consistant. Ha ha... En fait, c'est tellement nullissime qu'il faudrait presque remercier 2K : cette bouse intersidérale a en effet le mérite de montrer aux autres développeurs ce qu'il ne faut absolument pas faire en matière de réalité virtuelle. C'est-à-dire prendre une belle licence et souiller son nom avec une série de mini-jeux pourraves qui ne mériteraient même pas de figurer dans les démos gratuites fournies avec le HTC Vive. Les quatre épreuves de NBA 2KVR consistent en gros à se tenir debout, encasqué, les deux contrôleurs dans les pognes, et à jeter un ballon virtuel qui finira 95 % du temps dans le panier. Aucune sensation, nul besoin d'être précis, zéro variété dans les actions à effectuer, on se croirait revenu cinq ans en arrière quand on découvrait les premiers jeux Kinect et qu'il suffisait d'agiter un bras comme un demeuré pour tout gagner. Il y avait pourtant tant d'expérimentations audacieuses à faire autour d'une interprétation VR du basket-ball façon NBA 2K. Hop, au bûcher.