Pour finir, nous avons cru bon de laisser la parole à des personnalités qui, peut-être autant que les créateurs eux-mêmes, tiennent entre leurs mains l'avenir du jeu vidéo. Qui s'assurent que les jeux d'hier ne disparaîtront pas et pourront être transmis aux générations futures. Qui par leur travail, chez un éditeur ou au sein de structures publiques, permettent le financement des jeux de demain. Enfin, les journalistes, en particulier ceux de la presse généraliste, dont les articles contribuent à légitimer le jeu vidéo auprès du grand public. Avant de les ranger, nous avons donc tendu nos micros à Juliette Noureddine, alias Juliette tout court, présidente de la commission du fonds d'aide au jeu vidéo au sein du CNC ; à Cyrille Imbert de DotEmu, une société française spécialisée dans le portage de jeux anciens vers de nouveaux supports ; à Louise Fauduet, responsable multimédia au sein de la Bibliothèque Nationale – et à ses collègues – ; à Erwan Cario, journaliste de Libération, ancien rédacteur en chef d'Ecrans.fr, qui a assisté à vingt ans d'évolution dans la façon dont les grands médias traitent le jeu vidéo ; et enfin à Shams Jorjani, chargé de choisir les jeux qui seront édités par Paradox Interactive.