Guides d’achat – Boîtier

Le choix d'un boîtier peut dépendre de critères objectifs (la taille, les capacités de refroidissement) mais il ne faut pas oublier une donnée fondamentale : dans un objet visible comme celui-là, l'esthétique a énormément d'impact (sinon, personne n'achèterait de tours avec une vitre).

Notez qu'en tant que "Partenaire Amazon", nous pouvons réaliser un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

Les choix de la rédac'

Entrée de gamme | Lian Li Lancool 215

Le Lian Li Lancool 2015 est un très bon boîtier à prix mesuré. Il offre une très bonne aération, et est livré avec deux ventilateurs de 200 mm à l’avant et un de 120 mm à l’arrière. Il peut aussi accueillir jusqu’à trois ventilateurs de 120 mm à l’avant, et deux de 120 ou 140 mm sur le dessus en bas — ainsi qu'un radiateur 240 mm sur le dessus, si vous souhaitez passer au jeu en watercooling. La connectique couvre presque tout ce que l'on attend d'un boîtier moderne : deux ports USB 3.0, et une prise jack 3,5 mm combo (casque+micro). Ne lui manquerait plus qu'un connecteur USB-C pour être vraiment complet.

85€ environ
Milieu de gamme | NZXT H7 Flow

Le H7 Flow est un boîtier ATX sobre, spacieux et bien ventilé grâce à sa façade en mesh. Les possibilités de configurations des ventilateurs sont larges, de même que les options de montage pour les radiateurs de watercooling (jusqu’à 360 mm). La connectique se compose d’une prise mini-jack combo et de deux ports USB-A 3.0, accompagnés cette fois d’un port USB-C. Le prix que nous indiquons concerne la version classique du boîtier, mais on peut aussi se diriger vers sa variante RGB pour une trentaine d’euros de plus. Outre l’attrait cosmétique que certains pourraient lui trouver (on ne juge pas, ou si peu), elle a surtout l’intérêt d’être fourni avec 4 ventilateurs de série (3 en façade, 1 à l’arrière), au lieu de seulement 2.

130€ environ
Haut de gamme | Lian Li O11 Dynamic Evo

Le O11 Dynamic Evo fait dans le grand luxe, avec sa fenêtre en verre trempé habillant non seulement le côté mais aussi l’avant du boîtier. Il offre un espace tout particulièrement généreux pour le montage, et peut sans le moindre problème accueillir les cartes mères au format E-ATX, plus large que le format ATX standard. Fait relativement rare, il offre la possibilité d’inverser les panneaux latéraux, si l’on préfère positionner la carte mère « la tête en bas » — ce qui permet aussi de positionner la fenêtre sur la gauche du boîtier plutôt que sur sa droite. Les possibilités de configuration pour la ventilation sont infinies, mais attention : il n’est fourni avec aucun ventilateur de série. Le watercooling « custom » est aussi une possibilité, avec de multiples emplacements pour radiateurs (jusqu’à 420 mm).

180€ environ
mini PC | Cooler Master MasterBox NR200P

Le choix d'un boîtier pour un mini PC est toujours compliqué : une fois qu'il a été sélectionné, il impose des compromis concernant les composants. Et parfois, on tourne vite en rond, quand certains d’entre eux imposent des contraintes sur le boîtier. Ici par exemple, il ne faut pas dépasser 330 mm de largeur pour la carte graphique et 153 mm de hauteur pour le ventirad. Pour le reste, c'est un modèle complet, avec une ventilation adaptable (deux 120 mm en haut, en bas ou sur l'avant, un 92 mm à l'arrière), quatre baies de stockage (deux 2,5 pouces, deux 3,5 pouces) et deux ports USB 3.0 en façade, ainsi qu'un mini-jack 3,5 mm 4 points. Si vous n'aimez pas les couleurs, la version blanche se trouve fréquemment pour quelques euros de moins. Attention à la dernière contrainte : vous aurez besoin d'une alimentation SFX, fournie en bundle par certains revendeurs.

100€ environ

L'analyse de Canard PC Hardware

Le boîtier PC a longtemps été une boîte en métal inesthétique qui n’avait d’autre but que de ranger les composants du PC au même endroit pour réduire les risques d’électrocution pour l’opérateur.

Il a en effet été rapidement admis qu’il était plus simple d’appuyer sur un bouton que de court-circuiter la machine avec la panne d’un tournevis quand l’on souhaitait démarrer sa machine. Au fil des ans, le boîtier PC a su transcender sa forme ingrate initiale pour devenir un objet de désir capable d’éclabousser de sa classe n’importe quel intérieur bourgeois. Et quelle que soit l’utilisation prévue, s’il se sélectionne méticuleusement en fonction de différents critères (plus ou moins importants), l'esthétique entre désormais totalement dans l’équation. Mais pour faire plaisir aux ayatollahs qui ne jurent que par des points techniques, nous allons quand même passer en revue les éléments à garder en tête lorsque l’on choisit son boîtier.

Les critères matériels. Le premier concerne la taille de la carte mère que vous comptez utiliser. Il existe une ribambelle de formats différents mais dans un souci de concision, nous ne retiendrons que ceux que l’on croise le plus souvent dans nos machines : l’ATX standard, le microATX plus contenu et le Mini-ITX encore plus petit. Les dimensions de la carte mère vont avoir un impact direct sur les fonctionnalités, les ports disponibles et aussi (surtout) le prix : comme pour tout composant informatique, plus c’est petit, plus c’est cher. À garder en tête au moment de faire votre choix, donc, car à spécifications similaires, une configuration Mini-ITX coûtera toujours plus que la même en ATX. Une fois ce problème défini, vous avez accès à une farandole de possibilités selon vos goûts et vos envies. La question primordiale que vous devez vous poser en 2022 concerne l’emplacement du futur PC : comptez-vous le cacher sous le bureau comme un hobby honteux ou voulez-vous au contraire le faire trôner dessus, à la vue de tous ? En fonction de ce choix, vous pourrez alors vous orienter vers le bon modèle. Parce que l’endroit où votre PC va se trouver conditionne quelques éléments importants. L’accès aux prises par exemple : en 2022, personne ne se limite aux boîtiers positionnant tous les ports E/S de la carte mère sur la face arrière. Dans certains cas, cette dernière est même la tête en bas pour que les USB et autres jacks soient accessibles par le dessus, pratique pour un PC placé sous le bureau. Pour être clair, l’esthétique et la praticité sont deux points qui comptent désormais. Et en parlant d’esthétique, si tous les fabricants proposent l’incontournable vitre en verre trempé pour observer sa glorieuse machine en fonctionnement, seuls les boîtiers assez chers (dès le milieu de gamme) offrent des solutions de rangement (le fameux cable management) pour que la vitre en question ne donne pas au visiteur de passage une vue imprenable sur un amas de câbles disgracieux. Côté praticité, les boîtiers les mieux pensés permettent d'accéder facilement à la carte mère ou des rails sans vis pour pouvoir installer en 1 seconde un disque dur ou un lecteur optique pour les plus nostalgiques. Tant d’éléments qui semblent futiles de prime abord mais peuvent avoir un réel impact sur la qualité de vie de l’amateur éclairé qui aime bricoler sa machine. N’oubliez donc pas les ports audio et USB-C en façade, les prises permettant la charge rapide de votre smartphone, ainsi que toutes ces sucreries qui font la différence entre les joueurs modernes qui profitent de la vie et les sauvages qui s’entaillent les doigts sur des pièces de métal mal coupées dès qu’ils doivent accéder aux ports SATA.

Tous nos guides d'achat