Guides d’achat – Processeur (CPU)

Intel mène encore la danse avec ses récents Core de 13e génération (Raptor Lake) qui offrent un meilleur rapport performances/prix dans les jeux, mais les Ryzen d'AMD leur collent au train. Pour rappel, Zen 4 est arrivé fin septembre et Raptor Lake en octobre, mais l'avantage de prix va à Intel grâce à la compatibilité des cartes mères de l'an dernier. AMD dispose d'une plateforme viable qui s'étoffe et voit son prix se stabiliser, mais ne permet pas d'utiliser de la DDR4 comme les processeurs Intel. Le Ryzen 7 7800X3D sorti en avril est le seul processeur "X3D" intéressant de la gamme dédiée au jeu, quand les processeurs "X" peinent à convaincre face à leurs contreparties "Non-X" au TDP plus modéré et leur prix plus doux.

Notez qu'en tant que "Partenaire Amazon", nous pouvons réaliser un bénéfice sur les achats remplissant les conditions requises.

Les choix de la rédac'

La nouvelle bataille entre Intel et AMD fait rage. Entre les Core de 13e génération et les AMD Ryzen 7000, il y a du choix.

Entrée de gamme | Intel Core i5-12400F

Plus tout jeune, mais désormais trouvable facilement à moins de 150 €, le Core i5-12400F est toujours extrêmement compétitif : 6 cœurs/12 threads, des fréquences d'horloge très honnêtes (4,4 GHz en boost) et une consommation très raisonnable ; les joueurs qui ne visent pas les frame rates ultra élevés ou le ray tracing dans les jeux récents n'ont pas besoin de plus. De la mémoire DDR4 suffit amplement pour profiter de ce CPU, on pourra donc limiter les dépenses sur ce poste aussi.

150€ environ
Milieu de gamme | AMD Ryzen 5 7600

L'AMD Ryzen 5 7600 présente désormais un rapport performances/prix très compétitif sur la plateforme AM5. Solide en jeu autant qu'en applicatif, il se distingue aussi par son appétit de moineau : pas plus de 80 W de consommation en pleine charge. Pour quelques euros de plus, le 7600X ne fait pas beaucoup mieux en performances brutes (surtout si on le règle en mode « ECO », pour qu'il ne se transforme pas en chaudière), mais se place en revanche un peu plus haut sur les tâches mono-thread.

220€ environ
Haut de gamme | AMD Ryzen 7 7800X3D

Dérivé du 7700X (8 cœurs/16 threads) auquel il ajoute la technologie 3D V-Cache d'AMD, le Ryzen 7 7800X3D succède au très populaire 5800X3D. Et comme on l'attendait, il est le nouveau CPU roi pour les joueurs, grâce à ses performances en jeu similaires voire supérieures à ce que proposent les processeurs les plus prestigieux et onéreux du marché – oui, c'est du 14900K que l'on parle... et même aussi du 7950X3D. C'est un choix pérenne, qui devrait vous apporter satisfaction pour de très nombreuses années.

410€ environ
Alternative entrée de gamme | AMD Ryzen 5 5500

Sans être le processeur du siècle, le Ryzen 5 5500 d'AMD offre six cœurs, de bonnes performances (c'est un Zen 3, même s'il a été un peu bridé) et ne coûte pas trop cher. Comme tous les Ryzen 5000, il a l'avantage de fonctionner sur les « vieilles » cartes mères AM4 (vérifiez la compatibilité « Cezanne », son nom de code).

110€ environ
Alternative milieu de gamme | AMD Ryzen 5 5700X3D

Il est apparemment écrit que la plateforme AM4 ne mourra jamais. Déclinaison moins onéreuse et à peine moins performante du légendaire 5800X3D, le tout nouveau Ryzen 7 5700X3D est parfait pour mettre à jour une "vieille" config de jeu et retarder au maximum le besoin de changer de carte mère et de RAM.

280€ environ
Alternative haut de gamme | Intel Core i5-14600KF

Pratiquement identique au 13600KF, mais désormais trouvable au même prix que ce dernier, le Core i5-14600KF est la référence la plus équilibrée chez Intel. Les performances qu'il offre en jeu sont un peu moins bonnes que celles du 7800X3D. En applicatif en revanche, il prend les devants.

340€ environ

L'analyse de Canard PC Hardware

Un processeur (ou CPU), qu'est-ce que c'est ? Probablement le composant principal de votre PC, qui va exécuter vos logiciels et donne des ordres à d'autres puces (le GPU par exemple). Le « langage » d'un CPU est son jeu d'instructions, c'est-à-dire l'ensemble des commandes qu'il peut comprendre. Le plus courant dans les PC (et de loin) est le x86, qui existe depuis plus de 45 ans, mais les puces compatibles ARM sont en embuscade et d'autres (comme le RISC-V) gagnent à être connues. Dans tous les cas, le marché des PC se divise essentiellement entre deux fabricants de CPU x86, Intel et AMD.

Architectures et segmentation. Si vous prenez les puces vendues par les deux sociétés, vous verrez une segmentation assez large : il y a des CPU à quelques dizaines d'euros (comme le Celeron) et d'autres dont le prix contient quatre chiffres, comme les Threadripper ou les Xeon. Commençons par AMD, qui propose actuellement plusieurs architectures différentes. L'architecture peut être vue comme une base, déclinée en plusieurs versions, et AMD commercialise du Zen+ (2018), du Zen 2 (2019), du Zen 3 (2020) et Zen 4 (depuis octobre 2022). Chaque nouvelle architecture est évidemment plus performante, et aussi idéalement plus efficace, que la précédente. Dans chaque cas, la marque segmente (toutes les références n'existent pas pour chaque architecture) : Athlon en bas de gamme (à éviter), Ryzen 3 (4 cœurs), Ryzen 5 (6 cœurs), Ryzen 7 (8 cœurs), Ryzen 9 (12 cœurs et plus) et Threadripper (jusqu'à 64 cœurs). Il existe aussi des variantes professionnelles et quelques versions qui intègrent une carte graphique (ce qu'AMD nomme les APU), avec un G dans la référence. Ce point change d'ailleurs avec les Ryzen 7000, qui intègrent tous un GPU basique. Avant de passer à Intel, il faut noter une chose : AMD manque cruellement de cohérence dans la gamme : même si la société propose depuis peu des Zen 3 (Ryzen 5000) en entrée de gamme – sous 200 € –, une bonne partie des CPU dans cette gamme de prix s’appuie sur d'anciennes architectures, moins rapides.

Chez Intel, c'est plus clair… pour le moment. En théorie, c'est simple : une architecture = une génération de Core. En pratique, la machine a grippé entre les Core de 6e et ceux de 10e génération : ils utilisaient tous la même architecture (Skylake). Mais la 12e génération, qui porte le nom d'Alder Lake, ainsi que la récente 13e génération Raptor Lake, se basent sur une architecture moderne et performante (Golden Cove). Comme AMD, Intel segmente ensuite : Celeron et Pentium en bas de la gamme (2 cœurs), puis Core i3 (4 cœurs), Core i5 (6 cœurs), Core i7 (8 cœurs) et Core i9 (8 cœurs et parfois plus). Au-delà, il y a les Core X (haut de gamme « grand public ») et les Xeon (pour les professionnels). Contrairement à AMD avant les Zen 4, Intel propose toutes ses puces dans des versions comprenant un GPU intégré ; les variantes qui n'en disposent pas sont signalées par la lettre F à la fin de leur référence. Enfin, la marque vend des puces dites « K » qui peuvent être overclockées et sont souvent plus complètes. Nous l'avons vu dans de précédents numéros, Alder Lake a aussi intronisé une nouveauté : un caractère hybride. Certains CPU combinent en effet deux types de cœurs, avec des cœurs P (hautes performances) et des cœurs E (basse consommation). Pour la 13e génération, Intel va encore un peu plus loin : Raptor Lake ajoute un peu de mémoire cache, et surtout généralise (ou presque) les cœurs E, désormais présents sur la vaste majorité des modèles. Et dans les CPU les plus rapides, leur nombre est doublé.

Le TDP. Ce qui nous amène au problème des CPU actuels : la consommation. Nous en parlons dans Canard PC Hardware n° 52, la consommation (et le TDP) est un levier pour améliorer les performances. Et si AMD reste assez conservateur sur ce point, Intel tend à lâcher la bride sur l'énergie engloutie (et donc la chaleur dégagée) pour tenter de prendre le large. C'est certes efficace, mais vous aurez besoin de très bien refroidir le processeur. Les Core de 13e génération (13700K et 13900K) s'en font l'édifiante démonstration, et sont de véritables fournaises.

Tous nos guides d'achat