25 résultats pour "eve v"

Never Stop Sneakin' - Metal Gear Salades

Depuis son annonce il y a quelques mois, Never Stop Sneakin' me fait de l'œil aussi fort qu'une ex croisée dans un bar pendant un hiver trop rigoureux. Et vu que je suis d'un naturel séductible, voire facile, je n'ai même pas attendu la sortie européenne pour vous en parler.

Métier : Level Designer - Histoire d'élever le niveau

Vous avez passé des centaines d'heures sur un éditeur de niveau de FPS ? Bravo, vous avez eu un aperçu de la fonction de level designer. Bien sûr, c'est un peu plus complexe et profond, mais cela peut commencer comme ça.

Seven : The Days Long Gone - Assassin's Crade

Tout commença par un choc. Comment qualifier autrement la découverte de Seven : The Days Long Gone ? Quand un studio admet avoir plongé Assassin's Creed, Splinter Cell, Thief et Deus Ex dans une grande marmite et que le résultat prend vie au sein de superbes décors en vue isométrique, l'état de choc est la seule réponse possible.

Sea of Thieves - Le tonneau de grog à moitié plein

Sea of Thieves est un cas d'espèce. Un élève doué dont on vante sans arrière-pensée les qualités, mais que l'on a envie de gifler tant il se contente du minimum. Un jeu auquel on retourne pourtant avec plaisir. Pour profiter de ce qu'il est en mesure d'offrir, certes. Mais aussi pour poser ses fesses sur un ponton avec des potes et admirer le soleil couchant tout en devisant sur toutes ces choses qui lui manquent et auraient pu en faire un grand jeu, tandis que Kahn Lusth vomit son grog en massacrant « La chevauchée des Walkyries » sur sa vielle à roue.

Ça n'est pas mon trip, mais sachez que les développeurs ont fait un gros boulot pour coller à la réalité historique des machines. Elles ont leurs vrais nom, vitesse et puissance de traction de l'époque.
Transport Fever 2 - Gare et Paix

Gâché par des problèmes de performances aberrants, une interface pataude et des tas de petits défauts bien énervants, le premier Transport Fever m'a laissé un goût amer dans la bouche. Ça sentait le premier jet, le brouillon qui ne demandait qu'à être amélioré. Justement, trois ans plus tard, les développeurs reviennent avec un second épisode sur lequel j'ai enfin réussi à m'amuser.

Everspace 2 - Cosmique de répétition

Le premier Everspace n’avait pas inventé l’eau tiède (ce privilège est réservé à Jean-Eudes Tiède, né en 1806), mais il avait prouvé une chose : tous les ingrédients habituels du rogue-like ont meilleur goût quand on les transpose dans l’espace. Miner, convoyer, combattre, explorer, c’est quand même plus chouette dans la banlieue de Saturne que dans celle de Montluçon. Alors quand Everspace 2 a débarqué sur Steam, j’étais dans les starting-blocks.

Everspace 2 - Cosmique de répétition

Le premier Everspace n’avait pas inventé l’eau tiède (ce privilège est réservé à Jean-Eudes Tiède, né en 1806), mais il avait prouvé une chose : tous les ingrédients habituels du rogue-like ont meilleur goût quand on les transpose dans l’espace. Miner, convoyer, combattre, explorer, c’est quand même plus chouette dans la banlieue de Saturne que dans celle de Montluçon. Alors quand Everspace 2 a débarqué sur Steam, j’étais dans les starting-blocks.

Everspace 2 - Cosmique de répétition

Le premier Everspace n’avait pas inventé l’eau tiède (ce privilège est réservé à Jean-Eudes Tiède, né en 1806), mais il avait prouvé une chose : tous les ingrédients habituels du rogue-like ont meilleur goût quand on les transpose dans l’espace. Miner, convoyer, combattre, explorer, c’est quand même plus chouette dans la banlieue de Saturne que dans celle de Montluçon. Alors quand Everspace 2 a débarqué sur Steam, j’étais dans les starting-blocks.

Sea of Thieves - C'est la fête du sloop

Il y a environ un an, Sea of Thieves sortait et je consacrais des soirées entières à chasser des galions allemands en compagnie de Moquette et ackboo. Comme nous avons ri en les entendant gueuler « Entfernen von Wasser aus dem Boot ausgerüstet sein ! Schnell ! SCHNELL ! » pendant que nous chantions « Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine » en les regardant couler. Mais passée l'excitation de la découverte, force était d'admettre qu'on se faisait quand même un tout petit peu chier.

Sea of Thieves - Flots et usage de flots

Généralement, au terme de la bêta d’un jeu AAA, nous sommes soit excités à l’idée d’y rejouer, soit franchement inquiets pour son avenir, au point de se dire qu’à moins d’un miracle, le jeu sera oublié deux jours après sa sortie. Au terme de nombreuses heures passées sur les mers de Sea of Thieves, nous voilà à éprouver ces deux sentiments, pourtant contradictoires, à la fois.

Deathtrap Dungeon : The interactive video adventure - Ian Livingston, je présume

Parmi tous les grands alchimistes de l'histoire, Ian Livingstone est probablement le seul à avoir réussi à transformer le plomb en or, en vendant des figurines hors de prix à des tas de petits Kahn Lusth en devenir, à travers sa société Games Workshop. Mais Ian Livingstone, non content d'avoir trouvé la pierre philosophale, a également su construire un système redoutable en étant l'auteur de nombreux « Livres dont vous êtes le héros », dont la lecture, fatalement, amenait les gosses vers les figurines, puis le jeu de rôle, puis le satanisme.

Alba: A Wildlife Adventure - Ma biodiversité va craquer

Alba est un jeu incroyablement mignon. Je le pressentais avant de le lancer, et c’est d'ailleurs pour cette raison que je me suis jetée dessus. On y incarne une petite fille, Alba, qui se met en tête de protéger la biodiversité de l’île méditerranéenne où elle passe ses vacances d’été en compagnie de ses grands-parents. Forcément, ça n'a pas manqué : dès la première minute, j’ai été bouleversée par une telle avalanche de choupitude (il n’y a sincèrement pas de terme plus adapté).

Dead or Alive 6 - Nichon, ni mauvais

Pourquoi joue-t-on à tel ou tel jeu de baston ? Cette question m'est souvent revenue à l'esprit, pendant que j'échangeais des mandales dans le petit dernier de la Team Ninja. Car si la réponse peut sembler évidente lorsqu'on aborde un Mortal Kombat ou un Street Fighter, celle-ci devient soudainement floue lorsqu'on débarque sur un titre comme Dead or Alive.

Avec plusieurs monnaies virtuelles, un système de classement par rang et pléthore de trophées associés à des personnages précis, Dead by Daylight sait parfaitement encourager les pires travers de ses joueurs – moi la première, hélas.
Achievements, trophées et complétionnisme - La théorie du complet

« Faites une victime par balle, une par accident et une par explosion. », « Terminez un chapitre sans utiliser d'antalgique. », « Conduisez une victime sans méfiance à la secte des Altruistes. », « Survivez à toutes les blagues d'Ellie. », « Tuez 1 313 campeurs. », « Ne jouez pas à Stanley Parable pendant cinq ans. », « Infligez plus de 70 points de dégâts dans un combo aérien. » Toutes ces tâches hétéroclites ont un point commun : si vous les exécutez docilement, elles vous gratifieront d'un succès ou d'un trophée. Depuis leur montée en popularité en 2005, qui a vu l’apparition des célèbres achievements Xbox, la question des trophées et des succès à débloquer divise les communautés de joueurs : certains les considèrent comme des artifices inutiles et le fruit d’une activité aussi chronophage qu’abrutissante – tandis que d’autres mettent un point d’honneur à tous les obtenir, parfois au détriment de leur propre amusement.

Graven - Graven

Vous l'avez sans doute constaté si vous avez regardé la conférence Realms Deep : pour un événement quasi exclusivement consacré au FPS (et même au FPS dans son essence la plus pure), les mots d'« immersive sim » revenaient si souvent que ça en devenait presque suspect. Tout shooter avec des niveaux un tant soit peu ouverts, des environnements destructibles ou manipulables, ou simplement un inventaire qui dépassait le choix du flingue à l'aide des touches numériques se voyait promu descendant de Thief. Et c'était bien sûr le cas de Graven, star et première annonce du show.

Everdell - Arbre à (bonne) came

Comme le disait Brassens, c’est un hérisson qui piquait, qui piquait les myrtilles les plus juteuses au nez et à la barbe des écureuils. Le hérisson, c’est l’individu assis en face de moi, qui déjà en temps normal ne manque pas de piquant, mais arbore en plus un petit sourire très satisfait de son coup.

Seven : The Days Long Gone - Les jeux olympiques de l'ombre

On connaissait le post-apo', voici désormais le post-post-apo'. Sans doute une manière de poser un univers dans lequel, longtemps après la quasi-annihilation de tout, l'humanité s'est relevée pour refaire les mêmes conneries, mais en pire.

Heaven's Vault - L'école des Champollion

C'est rigolo, les jeux vidéo, quand on y pense. Installez-moi dans une classe entouré d'une trentaine de gamins, mettez-moi un texte à déchiffrer devant les yeux, avec quelques bouquins pour m'aider : j’appellerai ça un cours de latin et au bout de cinq minutes je vous jetterai des chewing-gums dans les cheveux. Faites la même chose mais sur un écran d'ordinateur, et me voilà comme un petit fou, en train de m'amuser.

Visage - La fête à la maison

Ça fait déjà cinq ans que Hideo Kojima a quitté Konami et que le développement du jeu Silent Hill a été annulé. L’eau a depuis coulé sous les ponts, mais je suis toujours un peu triste lorsque je repense à P.T, la démo interactive qui en faisait la promotion. S’il n’en reste plus que quelques vidéos de gameplay, qui nous montrait cette maison lugubre devenue le théâtre d’un familicide, plusieurs titres ont eu pour ambition de consoler les joueurs endeuillés. Visage en fait partie, et c’est en criant intérieurement « VA TE FAIRE FOUTRE KONAMI » que je me suis jetée sur sa version anticipée.

Civilization VI : Rise and Fall - L'âge d'or sera pour plus tard

Résumé des épisodes précédents : notre intrépide rédacteur s'est plongé dans de longues parties de Civilization VI afin de rendre compte de son expérience. Il est revenu à la fois émerveillé par le monde qu'il venait de découvrir et passablement ébranlé nerveusement par la population indigène. La bande de psychopathes, de lunatiques, d'excentriques, d'abrutis geignards qui constituaient son voisinage le conduisit à être, pour longtemps, profondément angoissé à la seule idée d'y remettre un orteil.

Interrogation : You will be deceived - Nous avons les jeux moyens de vous faire parler

The Wire et Mindhunter – il doit y en avoir d'autres, mais ce sont les deux séries qui me viennent en tête – ont ceci de particulier, dans le paysage audiovisuel, qu'elles tentent de dépeindre le quotidien des enquêteurs, un peu moins fait de courses-poursuites effrénés, de fusillades énervées et de résolution de puzzle que de mauvaises bières, d'ennui et de de remplissage de formulaires. Ah oui, c'est sûr, c'est moins sexy que Tom Selleck et sa moustache au volant d'une décapotable, mais au moins, c'est la réalité.

Resident Evil 3 - Réaction épidémique

Confinement, jour 1. Cette nuit, Jill Valentine n’a pas trouvé le sommeil. Par la fenêtre de sa chambre, elle a regardé l’aube se lever sur les rues hostiles de Raccoon City. Le goudron étincelant, les vestiges des magasins en flammes, les corps en putréfaction. Depuis le début de l’épidémie, elle est cloîtrée au fin fond de sa chambre, dans l’appartement qu’elle rêve de quitter. Dans l’immeuble qui lui fait face, les boutons purulents de ses voisins infectés ont fleuri.

Cook, Serve, Delicious ! 3 ?! - Il faut manger pour vivre, et non pas vivre pour manger

C'était le jeu qui m'avait mis à la cuisine. En me donnant les clés de mon propre restaurant, le premier Cook, Serve, Delicious ! m'avait montré que préparer un repas était parfois aussi simple que d'appuyer hyper rapidement sur A, W, R, F et Entrée. Surtout, il avait su enfin créer en moi la joie de cuisiner. Ce qui se joue avec Cook, Serve, Delicious 3, ce n'est donc pas un simple test. C'est la remise en jeu de mes principes culinaires les plus profonds. Si cette version en accès anticipé est mauvaise, je n'aurai plus qu'à quitter les fourneaux et manger au McDo' le reste de ma vie.

J'ai nommé ce passage « le tunnel du désespoir », vous comprendrez vite pourquoi.
Getting over it with Bennett Foddy - À vous rendre marteau

Tout le monde connaît QWOP, classique des jeux Flash où il faut courir un cent mètres en agitant (avec les touches Q, W, O et P) les muscles des jambes d'un coureur. Pratiquement personne n'y arrive, et c'est le but, car pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Pour Getting over it with Bennett Foddy, le créateur de QWOP a décidé de pousser le curseur un peu plus loin : pourquoi faire difficile quand on peut faire impossible ?

Les archéologues des mondes virtuels - Comment des jeux tels que Skyrim, No Man’s Sky et Minecraft sont devenus objets d’études archéologiques

Des enchères virtuelles de World of Warcraft aux planètes habitées de No Man’s Sky, en passant par l’excavation des centaines de milliers de cartouches E.T. the Extra-Terrestrial enfouies par Atari, les chercheurs de l’« archéogaming » ont des intérêts et des activités particulièrement variés. Ils étudient aussi bien les camps construits par les joueurs de Fallout 76 que la représentation des archéologues dans Destiny et Tomb Raider, et la reconstitution de bâtiments historiques dans des titres comme The Town of Light ou Assassin's Creed Unity. Ce loisir récemment devenu champ de recherche universitaire implique une transposition rigoureuse des méthodes d’investigation de l’archéologie classique aux environnements virtuels, où les jeux peuvent simultanément faire office d’artefacts et de sites de fouille.