53 résultats pour "les rois de larene pit people"

Arena : For the Gods ! - Sélection : jeux de stratégie

Kerbal Space Program
La caravane patche de juin 2019 - Mises à jour notables et emplâtres sur jambes de bois
Bushido Blade 2 - Comment Ubisoft a développé sans le vouloir une suite que je n'attendais plus

Nous sommes en 1998 et ma douce et courageuse mère (coucou Maman, je t'aime, tu sais) est équipée de bouchons d'oreilles ainsi que de deux seyants oreillers scotchés autour de sa tête, et pour cause : dans ma chambre d'ado ornée de posters à l'effigie de X-Files ou Star Wars, c'est le bordel. Couvrant le bourdonnement satisfait de ma Playstation, modifiée pour lancer des jeux japonais, quatre jeunes hommes en fleurs beuglent comme des imbéciles toutes les trois minutes. Nous découvrons Bushido Blade 2.

Command and Conquer: Generals - Stratégie d'antan réel

C'était en 2012 et tout avait mal commencé. Déjà, on venait d'apprendre que Command & Conquer: Generals 2, qu'Electronic Arts avait annoncé à la fin de l'année précédente, s'appellerait finalement Command & Conquer tout court et serait un free-to-play. Et comme si ça ne suffisait pas, il y avait une faute d'orthographe à mon nom sur mon billet pour Los Angeles, où je devais aller découvrir le jeu. Non content de voir un jeu probablement moisi, j'étais bon pour me faire fouiller au corps par un douanier américain. Mais cette fois-là comme souvent, je m'inquiétais pour rien.

Ratchet et Clank : Rift Apart - La nouvelle génération

Vous voyez cet oncle sympa, pas le raciste, l'autre, celui qui se cale à côté de vous pendant que vous jouez à un jeu vidéo, une fois tous les 10 ans, et qui dit systématiquement : « Oh là là, c'est joli quand même ! Ça a bien évolué depuis mon époque ! » ? Bah cet oncle sympa, aujourd'hui, c'est moi. Je trouve que ça a bien évolué depuis mon époque. Sauf que mon époque, c'était la semaine dernière.

Rimworld
La caravane patche de juin 2020 - Mises à jour notables et emplâtres sur jambes de bois
Mount & Blade II : Bannerlord - Un an après, le bilan

Il a eu douze mois pour mûrir. En mars 2020, Mount & Blade II : Bannerlord était en piteux état et coûtait 50 mirobolants euros. Tout naturellement, je vous avais conseillé de patienter une petite année pour découvrir ce jeu bourré de potentiel. Entre-deux, Bannerlord a comme prévu bénéficié d’une horde de mises à jour, auxquelles il faut rajouter une belle fournée de mods créés par la communauté. Assez pour qu’il vaille désormais son prix ?

Colony Ship - Adam et Crève

Dans le milieu du jeu de rôle PC, peu de boîtes ont autant de street cred' qu'Iron Tower. Grâce à The Age of Decadence (2015) et Dungeon Rats (2016), ce studio a prouvé de longue date son talent en termes de choix cornéliens et de combats impitoyables. Mais depuis quatre ans, il a laissé derrière lui le post-apo' parfum Rome antique pour un projet qui fleure bon la science-fiction. Quoi ? « Est-ce que c'est pour délivrer un message porteur d'espoir sur l'avenir de l'humanité ? » Ah oui, vous ne connaissez pas du tout Iron Tower en fait...

Chroma Squad
La caravane patche de début mars 2018 - Mises à jour notables et emplâtres sur jambes de bois
Partie tragique de « je te tiens par la barbichette ». Un mort.
La Terre du Milieu : L'Ombre de la guerre - Mordor Warfare

Il y a les jeux narratifs, dont chaque réplique a été patiemment écrite par des scénaristes dévoués et parfois même talentueux. On les juge sur la qualité de leur écriture. Il y a les jeux à gameplay, qui sont avant tout des dispositifs. Pour parler de ceux-là, on peut choisir l'introspection, dire ce que ça fait d'y jouer, ou l'approche analytique – décortiquer leur fonctionnement. Et puis il y a les jeux comme L'Ombre de la guerre, dont les dispositifs servent à produire des histoires. Là, une seule solution : il faut raconter.

Super Smash Bros. Ultimate - Extension du domaine de la bagarre

La décence aurait voulu que, pour tester le nouveau Smash Bros., je passe plusieurs dizaines d’heures dans chacun de ses modes de jeu, que j’essaye un par un les 74 combattants, que je débloque les 1 200 esprits, les 103 niveaux, les trophées et autres succès, tout en vérifiant la finesse de l’équilibrage. Mais je n’ai pas fait ça. À la place, j’ai passé plusieurs heures coincé comme un lapin devant des phares d’une voiture dans le mode le plus anecdotique de la cartouche : le mode « musique », qui permet d’écouter en boucle les 800 titres qui composent sa bande originale.

Pas de scénario, pas de problème - Comment une rudimentaire gestion d'arène m'a propulsé dans Gladiator

Dans son appartement, un journaliste anonyme de Canard PC lance un vibrant « allez, Victoire, ne nous déçoit pas ! ». Une voix étrangement aiguë lui répond : « Vous ai-je déjà déçu ? » Le journaliste anonyme reprend : « Il y a une première fois à tout, Victoire », mais la voix aiguë rétorque aussitôt « ce ne sera pas aujourd'hui ! ». Enroué par l'émotion, la larme à l’œil, le journaliste murmure « bonne chance, Victoire ». Puis la porte de l'appartement s'ouvre et quelqu'un s'écrie « Izual, qu'est-ce que tu fais tout seul dans le noir ? » pendant que le journaliste anonyme s'efforce de cacher précipitamment le menu d'Exanima sur son écran d'ordi.

Batman : The Dark Knight Returns (1986) et Watchmen (1986-1987), les deux comics qui vont tout changer.
Marvel, DC (et les autres) - La grande histoire d’amour entre comics et jeux vidéo

Présents dès les premiers balbutiements de notre média ludique adoré, les super-héros ont connu dans le jeu vidéo une évolution finalement similaire à son support. On est parti de très loin, de bouillies de pixels à peine reconnaissables et de mécaniques de jeu très rudimentaires, pour évoluer vers de véritables films interactifs, rendant enfin justice à nos personnages préférés. Très tôt, bien avant que les producteurs de cinéma ne s’y intéressent, les éditeurs de comics ont compris le potentiel du jeu vidéo comme produit dérivé de leurs franchises. En tête de pont, les deux ténors du marché, Marvel et DC Comics s’y sont investis corps et âme, avec plus ou moins de bonheur...

Tower of Time - Au temps pour eux

Ce n’est pas franchement la destination à privilégier pour des vacances. Les occupants de cette terre vivent dans un éternel crépuscule, privés à la fois de la lumière du soleil et de la connaissance de leur histoire, toutes deux englouties dans un cataclysme dont les origines demeurent inconnues. Une terre sans passé et au futur incertain. Une terre qui se nomme… Noisy-le-Sec. Non, je déconne, son petit nom, c’est Artara.

Stunfest 2018 - La Rennes Games Week

D’habitude, quand je croise des amis ou des connaissances dans un salon ou un festival, la première chose qu’ils me demandent c’est si j’ai vu des jeux intéressants, déniché une petite perle indé coincée sous un rocher. Mais pas au Stunfest (qui, pourtant, ne manquait pas de perles cette année). À Rennes, ce qu’on vous demande, c’est « tu t’es inscrit à quel tournoi ? », sous-entendu « t’es plutôt DBFZ ou SF5 ? Windjammers sinon ? ». En fait non, moi j’avais pris l’option « Endurance ».

Super Mario Odyssey - Chapeau fort

Nos confrères de la revue britannique Edge (qui fait encore aujourd'hui autorité chez certaines vieilles personnes qui n'ont plus toute leur tête) ont mis 10/10 à Super Mario Odyssey. Depuis que j'ai fini Super Mario Odyssey, je continue de me demander pourquoi, comment.

Shenmue III - Douleur anachronique

Nous sommes en 1999, je suis une enfant enjouée avec une tolérance toute particulière pour les pantalons à fleurs et les cardigans en matière synthétique dont m’affublent mes parents. Le monde vient d’assister à la dernière éclipse solaire de ce siècle, le pétrolier Erika a déversé des tonnes de fioul sur les côtes bretonnes, et Shenmue s’apprête à sortir sur Dreamcast. Je ne sais pas si j’ai spécialement envie de revenir à cette période, mais c’est visiblement le contrat que j’ai signé en acceptant le test de Shenmue III.

Grille du numéro 371
La grille de Maîtresse Cunégonde* Cul

Retrouvez en kiosque le nouveau livre de Maîtresse Paule Cul : Ta tête est malade ? Parle à Maîtresse Cunégonde* Cul ! (ou l'inverse) - 20,99 euromillions (aux éditions DTC).
* Le prénom a été changé.

Mice and Mystics

The Settlers - Enfin, un come-back des Village People

Quand j’ai annoncé à un confrère croisé dans les allées du salon que j’allais voir le nouveau Settlers, il m’a dit l’air désespéré : « Ah, un nouveau Settlers, content de voir que l’industrie se renouvelle avec des franchises audacieuses... » Que voulez-vous répondre à ça ?