Après plusieurs années sans véritable suite, God of War revient avec un quatrième épisode qui ne dit pas son nom – ou plutôt, son chiffre. Quitte à avoir un titre tout nu, eh bien autant rebooter la franchise : exit la mythologie grecque et place aux légendes nordiques, décors enneigés, Ragnarök et tout le tralala. On y suit donc un Kratos à la barbe touffue (et fort bien entretenue vu le contexte), accompagné d'un gamin qui réveillera à coup sûr sa fibre paternelle – ou, moins sympathique, sa fibre parricide héritée des anciens épisodes. Toujours aussi bourrin, spectaculaire et gore, le titre troque cependant les plans larges de ses ancêtres contre une caméra placée derrière le héros, ce qui a de quoi inquiéter : si ce God of War perpétue la tradition des bastons à un contre dix, la clarté et la lisibilité des combats pourraient en pâtir. Fidèles à la réputation de la série, les graphismes de cette démo sont époustouflants, que ce soit pendant des massacres ultra-violents ou de bucoliques balades en barque. Espérons que ces histoires de caméra ne gâchent pas les bonnes intentions du studio, qui semble décidé à filer un bon coup de fouet à sa licence.