Inscrivez-vous gratuitement

Faites-vous offrir des articles par vos amis abonnés ! Pas d'amis ? Chouinez auprès des abonnés pour obtenir gratuitement accès aux articles !

Image abonnement par défaut

Abonnez-vous

Accédez au contenu premium, offrez des articles à vos amis, votez pour rendre gratuits certains articles et plein d'autres choses.

Derniers articles Jeu de plateau

Les punitifs - Sadique un peu quand même

Vous savez, le plus dur dans un jeu de société, c'est quand on passe un temps fou à préparer sa stratégie, prendre du temps à explorer, monter son personnage… et que tout s’écroule d’un coup. C’est l'apanage des jeux dits « punitifs » ou, comme j’aime les appeler, les jeux sadiques.

Les retourneurs de cerveau - La gestion, c'est ma grande passion

C’est maintenant qu’on parle des jeux de gestion, ceux où il faut prévoir 46 tours à l’avance et souvent réorienter toute sa stratégie en cours de route. Comme ces classiques de Uwe Rosenberg, Agricola, Hallertau ou Caverna (tous chez Funforge, qui doit affectionner les jeux retors), des must have avec leurs boîtes pleines de meeples en bois. Des bases de placement d’ouvriers/tuiles, pas forcément très complexes, mais avec TELLEMENT D’ACTIONS POSSIBLES qu’ils nous donnent l’impression de devoir choisir entre ses enfants à chaque tour.

Les gros livrets de règles - La 223e page va vous étonner

Malgré quelques incursions chez les « casu' », Super Meeple reste l’éditeur français champion des gros jeux. On leur doit des monstres comme Trickerion, Terra Mystica : Projet Gaia et dernièrement Imperial Steam. Ou encore le récent Coffee Traders, où l'on joue les négociants en or noir. Et si vous pensez que ça va être aussi simple que d’acheter un paquet de Grand-Mère au Super U du coin, vous vous gourez complètement.

Une petite histoire du deckbuilding - Quand Dominion a mis le paquet

Si l'on met de côté la Bourse qui s’effondre, la récession économique mondiale et la carrière musicale de KidTonik, il faut reconnaître que 2008, c’était quand même une année super chouette. La raison est toute simple : un beau matin, un certain Donald X. Vaccarino s’est réveillé et s’est dit qu’après tout, il créerait bien un nouveau genre de jeu après avoir bu son café. Donald, c’est le papa de Dominion, qui a lancé la grande mode des jeux de deckbuilding ayant fleuri ces quinze dernières années. Plongeons ensemble dans l’histoire de ce genre un peu particulier, en revenant là où tout a commencé.

Les dégâts et l'usure : Les battle damages - La pluie et le beau tank

Donner vie à ses figurines, c’est réussir à les intégrer dans un contexte : on imagine difficilement des vétérans aguerris combattre avec leurs costumes de parade dans des machines neuves qui n’ont jamais vu la bataille.
Et quoi de mieux pour évoquer cela que de représenter les stigmates des combats ?
C’est l’occasion pour nous d’aller un peu plus loin qu’à l’habitude : cette fois, on va parler pigments et peinture à l’huile.

Les dégâts et l'usure : La rouille et la poussière - Tank qui rouille n’amasse pas mousse

Rendre crédibles ses pièces, ce n’est pas que représenter le combat dans toute sa violence ; la guerre, c’est aussi les longues marches d’un champ de bataille à un autre, le matériel qui s'abîme au fil du temps, la météo qui s’en mêle…
Voyons maintenant comment réussir à évoquer ces subtils aspects.

Test jeu de plateau

Time of Empires - Rhythm’ n’ bouge !

Les joueurs de jeux de plateau sont lents. Ils ont même un concept pour se justifier : la paralysie d’analyse. Comme si, hésitant entre les bananes et les poires au supermarché, vous vous bloquiez, bave aux lèvres, jusqu’à ce que les vigiles vous sortent gentiment. Heureusement, une solution existe.

Splito - J'avoue, splito bien vu

« Je serai forcément sorti ce week-end !, dit le gros jeu en bombant le torse. Regardez ma couverture, avec ses illustrations ciselées de nains zombies galactiques. Et je contiens plus de 100 figurines ! – Peut-être, rétorque une autre boîte en tentant de cacher ses illustrations, mais moi j’ai une mécanique qui permet de simuler de façon précise la gestion d’une boutique de glaces dans les Andes au XVIIIe siècle… et des meeples lama ! » Sur l’étagère du dessous, Splito sifflote.

Tu te (re)mets combien ? - La question, ce n’est plus voulez-vous

« Un jeu de QUIZ ? T’es SÉRIEUSE ? » Comme d’hab', je joue avec Captain Ronchon et Grincheux 1er. Mais il faut admettre que, si je n’avais pas connu TTMC, au vu du plateau à la Trivial Pursuit dans le couvercle et des piles de cartes question (dont le thème « Scolaire »), j’aurais sans doute envoyé un SMS discret à ma sœur pour qu’elle m’appelle en feignant l’urgence.

Dossier jeu de plateau

Portrait

Nigel Richards, le rouleau compresseur du Scrabble - Tout de suite les grands mots

Depuis 2015, le très sérieux milieu du Scrabble francophone (plus de 20 000 licenciés) est dominé par un cycliste néo-zélandais qui ne parle même pas notre langue. Plusieurs figures françaises du Scrabble nous ont raconté comment leur communauté encaisse le choc.

Ian Livingstone - Comment un jeune Britannique a popularisé le jeu de rôle à l'arrière d'un van miteux

Vous êtes à la croisée de trois chemins. Le premier vous garantira une carrière dans le jeu vidéo, et vous permettra de devenir le président d'Eidos Interactive. Le deuxième fera de vous le cofondateur de la société Games Workshop, qui participera à populariser le jeu de rôle dans les années 1970, tandis que le dernier vous métamorphosera en auteur à succès de Livres dont vous êtes le héros. Pour prendre le premier chemin, allez page 8 ; pour le deuxième, page 73 ; pour le dernier, page 124. Sinon, faites comme Ian Livingstone, et prenez tous ces chemins à la fois.

Eric Lang - Créations, révoltes et états d’âme

Ni Jack, ni John, il n’est pas celui qu’on croit. Spécialiste de l’ameritrash, il est canadien. Proche de grandes maisons d’édition comme Fantasy Flight Games et CMON, il est désormais auteur indépendant. Célèbre pour des machines complexes, il s’engage vers les jeux familiaux. Eric Lang a de multiples facettes, et s’attache en plus à évoluer.

Test jeu de rôle

Maléfices - Quand le métro sentait encore la...

Citez-moi un jeu de rôle français présent sur la rôlistosphère depuis les années 1980… Pas si simple. En vrai, la plupart des titres qui envahissent nos tables depuis 20-30 ans sont américains, pourtant dans cette jungle de titres ricains subsiste un JDR gaulois qui traîne ses guêtres depuis 1982 : Maléfices. Après plusieurs années dans des limbes éditoriales, « Le jeu de rôle qui sent le souffre » revient faire tourner les guéridons…

Héros d’Argile - Gageons qu’il a appelé son chien Colosse

RedSquirrel bondit dans les arbres de Malakoff, à la poursuite de l’homme de main à pied. Lorsqu’elle s’abat sur lui, étendant sa cape tel un écureuil volant, il bégaie : « Je n’ai pas la clé USB ! Mais je peux t’indiquer le point de rendez-vous de demain, le Boss y sera ! » Elle grimace. Demain ? Quelles chances que cela ne l’oblige à rater ni le passage du technicien de la fibre, ni le live Twitch pour la sortie du dernier hors-série ?

Death in Space - Vaisseau sans gain

Le manuel comporte une table consacrée aux (originales) façons de mourir. Voilà. Je crois qu’une fois qu’on a dit ça, l’ambiance est posée. Le titre ne ment pas : death, c’est fait. Quant au space, il y en a aussi. De moins en moins, car l’univers a commencé à se contracter pour s’effondrer sur lui-même. Mais il y en a.

À venir jeu de rôle

Exquisite Crime - Sublimes putrescences

Amis lecteurs, je vous demande pardon. Je vais vous parler ici d’un jeu qui pour le moment n’existe que sur Kickstarter, qui n’est prévu qu’en anglais, qui n’est envoyé physiquement qu’aux États-Unis, Canada et Royaume-Uni, et dont la sortie en boutiques gauloises a tout d’un fantasme destiné à ne jamais se réaliser. Et pourtant, malgré tous ces écueils, le concept même d’Exquisite Crime a suffi à me faire bondir d’excitation.

L'Anneau Unique - 2e édition - Le Sauron remonte la rivière

Ok, d'accord : L'Anneau Unique est en réalité disponible en anglais depuis mars 2022. Alors pourquoi en parler ? Tout d'abord parce qu'une traduction arrive. Enfin, on imagine, étant donné que le kit d'initiation français devrait être disponible lorsque vous lirez ces quelques lignes.

Vaesen - Malheur à ceux qui méditent ?

Si en jeu de plateau, je m’enorgueillis de ne pas avoir de pile de la honte, en jeu de rôle, j’estime que ça ne compte pas. Ou plus précisément qu’un manuel lu est parfois un manuel qui a fait son office de découverte d’univers, parfois d’inspiration pour d’autres parties. Avec ce prisme, forcément, je vois des arcs-en-ciel quand j’entends parler d’un setting un peu inédit. Et, comme je ne fais pas des intros que pour le plaisir de parler de moi, Vaesen, c’est pile ça.

Dossier jeu de rôle

Ces jeux de rôle qui jouent sur la forme - Comme aurait dit Cicéron : c’est pas carré

Sur l’étagère, les pavés s’alignent : une série de bouquins de jeux de rôle, tous constitués de pages et de pages de texte décrivant l’univers de jeu, les règles, éventuellement un scénario… Tous ? Non. Dans une section de la bibliothèque, quelques petits jeux de rôle résistent à l’empilement stable et l’alignement strict de par leur format plus original.

Du JDR en solo - Rôle by myself

« Une envie de jeu de rôle, ça n’attend pas ! » Non, cet emprunt lamentable à une pub Peugeot ne vise pas à vous vanter les mérites du jeu sans matériel en voiture (quoiqu’on pourrait parler de Ribbon Drive…), mais simplement à évoquer les bénéfices du jeu de rôle solo. Car en plus d’être – vous l’ignorez peut-être – possible, il est évidemment antioxydant et donne le poil brillant.

Les Mégaparties - Le PJ en rêve, le MJ en crève

Il fut un temps où ma calvitie naissante ne concurrençait pas encore celle de Kahn. Un temps où j’étais capable de tenir 72 heures sans dormir ou presque. Un temps où, étudiant oisif, j’étais capable de me perdre en conjectures sur la pertinence ou non d’un monstre au croisement T du donjon D. Un temps où j’étais devenu, bien malgré moi, le MJ attitré pour Donjons & Dragons. Un temps où tous mes potes aimaient le jeu de rôle. Le temps béni des mégaparties.