Dossier jeu vidéo

City-builders : le nouvel eldorado des indés ? - « En un mois, on a fait les chiffres de ventes d’une année entière. »

À l’été 2015, il y avait 80 jeux classés « city-builders » sur Steam. Aujourd’hui, la même catégorie en compte plus de 900, DLC compris. L'un des nombreux signes qu'en six ans, les jeux de gestion de ville sont passés du statut de niche moribonde à celui de filon juteux pour les studios indés et même certains grands éditeurs. Mais le plomb s’est-il réellement transformé en or, ou bien s’agit-il d’un mirage qui va laisser beaucoup de développeurs sur le carreau ?

14 city-builders à surveiller - Et cinq autres auxquels vous devez jouer maintenant

Dans le tsunami des city-builders qui ont déferlé sur nos disques durs ces dernières années, le pire côtoie souvent le meilleur. Pour vous aider à y voir plus clair dans les prochains mois, voici notre sélection de quatorze titres en développement que toute la rédaction (en fait, seuls Izual et moi-même, les autres préférant jouer à Pokémon ou Candy Crush) attend avec fébrilité.

Entretien avec Shams Jorjani, l’homme qui murmure à l’oreille des city-builders - « On va toujours plus loin avec des elfes et des nains qu’avec des aliens bizarres. »

Avec son équipe, Shams Jorjani examine chaque semaine des dizaines de projets de jeux, après quoi il décide lesquels seront édités par Paradox Interactive. En près de treize ans de boîte, il a vu passer des centaines de city-builders et il suit de près leur évolution.

Vos romans visuels de l'été - Sous la plage, le pavé tactile

Si ça ne tenait qu'à moi, il y aurait quatre pages dans chaque numéro de Canard PC pour parler des visual novels sur Switch, mais Kahn Lusth n'a pas voulu : « Nan mais tes trucs japonais pas traduits en français sur console, ça intéresse personne. Ce que les lecteurs veulent, c'est du Warhammer, mon coco. » Qu'à cela ne tienne, j'ai tout regroupé dans un dossier avec les dernières sorties et les trucs qui arrivent pour pouvoir quand même passer l'été les pieds dans le sable avec un bon polar. Et toc.

Profession : coach de jeu vidéo - Je peux pas, j’ai cours particulier sur Apex

Ça fait désormais trois ans que j’écris pour Canard PC, et il est temps que je lève le voile sur l’une des pires impostures de ce siècle depuis l’affaire Madoff : je ne suis pas spécialement forte aux jeux vidéo, qu’ils soient compétitifs ou non, et vous le saviez sans doute déjà. C’est une affirmation assez vague et subjective, mais il n’est pas rare que je me ridiculise en visant maladroitement le genou de mes ennemis, en tombant bêtement d’un précipice ou en envoyant mon gardien de but en milieu de terrain. Heureusement, pour les gens comme moi, il existe désormais des coachs pour vous aider à vous améliorer, sur des jeux aussi variés que Rocket League et Legends of Runeterra, en passant par Apex Legends.

Et pour quelques dollars virtuels de plus - Une brève histoire du « gold farming » (et de ce qu’il en reste)

Dans les années 2000, alors que les MMORPG commençaient à se populariser à travers le monde, la pratique du gold farming – qui consiste à amasser des biens virtuels et à les revendre contre de l’argent réel – a connu un grand essor et a été largement documentée par les médias, mais elle reste encore auréolée de mystère. Aujourd’hui, on sait qu’il existe toujours des gold farmers qui passent des heures à abattre des sangliers virtuels, cueillir des plantes rares et accomplir toutes sortes de tâches laborieuses pour revendre le fruit de leur travail à des joueurs plus fortunés. Et ils ne semblent pas près de disparaître.

Flight Simulator, huit mois après le décollage - Envole-moi loin de cette fatalité qui colle à ma peau.

Flight Simulator a huit mois. En âge chien, ça fait cinq ans, mais en âge jeu vidéo, on approche les 18 ans. Les troubles de l'adolescence se terminent doucement, Flight Simulator commence à devenir adulte, sage, responsable. Même si tout n'est pas encore parfait, c'est le moment de faire un point sur la situation, et d'essayer (une fois de plus) de convaincre ceux qui ne sont pas encore montés dans les plus beaux cockpits du jeu vidéo.

Parties à l'aveugle - Comment explorer les mondes de Dark Souls III, Ocarina of Time et Call of Duty en étant non-voyant

Depuis quelques années, la question de l’accessibilité semble enfin au cœur des préoccupations de certains développeurs et éditeurs. Si des jeux récents comme Gears 5 se sont révélés être accessibles aux personnes en situation de handicap, les fonctionnalités à destination des non-voyants sont encore largement négligées. Faute de meilleure option, de nombreux joueurs expérimentent dans leur coin, et parviennent à maîtriser des jeux considérés comme inaccessibles en se fondant exclusivement sur le son.

Ce qu’il fallait retenir du Nintendo Direc’ de février

Cinquante minutes de Nintendo Direct, les 35 ans de la licence Zelda, une Switch qui atteint tranquillement la moitié de sa vie et réclame un modèle pro, des jeux qui se font attendre – Breath of the Wild 2, Metroid Prime 4, Star Citizen – et patatras : rien du tout. Ah si, pardon, un monsieur qui a l’air tout triste et qui dit qu’il est désolé, un peu comme la marionnette de Denisot dans Les Guignols.

GameMaker Studio.
Mods et Piano - Fugue en Doom majeur

Dans le Canard PC n° 393 (je m'en souviens parce que je découpe tous ses articles pour les coller dans un petit classeur sur lequel j'ai écrit son nom au stylo rose), Noël Malware, avec la bonhomie qui le caractérise, se demandait s'il n'avait pas gâché sa vie en la passant devant des jeux vidéo au lieu d'apprendre le piano. Eh bien Noël, sois rassuré : apprendre le piano ou jouer, c'est exactement la même chose.