170 résultats pour "tour du pc and co"

F-117A Nighthawk Stealth Fighter 2.0 - Le chef-d'œuvre passé sous le radar

Même s'il est surtout connu aujourd'hui pour ses jeux de stratégie (sans doute parce qu'il accolait son nom à leurs titres comme un gros prétentieux), Sid Meier n'est pas seulement l'auteur de Sid Meier's Civilization, Sid Meier's Alpha Centauri et Sid Meier's Colonization. Aux commandes de Microprose, la boîte qu'il a cofondée en 1982 avec John Wilbur « Wild Bill » Stealey (un ancien officier de l'US Air Force), il a développé une quantité respectable de jeux de simulation, et notamment de simulateurs de vol. B-17 Flying Fortress, F-14 Fleet Defender, F-15 Strike Eagle, Falcon, Harrier Jump Jet, Gunship 2000... Presque tous les appareils volants de l'Air Force, de l'Army et de la Navy ont eu droit à leur simulateur Microprose. Mais tout cela n'était rien à côté de l'exploit accompli par Microprose avec F-19 Stealth Fighter : pour la première fois de l'histoire du jeu vidéo, un développeur a créé une simulation, la plus réaliste possible, d'un appareil qui n'a jamais existé.

Nos peurs d'enfance - Quand le jeu vidéo fait des anxieux

Au cours d'une de nos récentes discussions au coin du feu – ben oui, on s'occupe comme on peut lorsqu'on n'a plus Internet –, nous nous sommes rendu compte que pratiquement toute la rédaction partageait un point commun : celui d'avoir été très angoissé par un jeu vidéo pendant notre enfance. Il n'en fallait pas plus pour nous pousser à narrer ces histoires d'horreur, teintées de naïveté et d'insouciance qui, espérons-le, réveilleront chez vous d'horribles souvenirs vidéoludiques que vous tentiez d'oublier. De rien. Ça nous fait plaisir.

Le système de Foundation, qui régit l'avancement spirituel des disciples, demande un certain effort de compréhension. Et l'absence d'une traduction française n'aide pas.
Amazing Cultivation Simulator - Qi a le droit

Amazing Cultivation Simulator est trompeur. Avec un titre pareil, je m'attendais à un jeu de fermier. On peut certes planter du maïs (et un paquet d'autres choses) dans cet étrange jeu made in China, mais il est autrement ambitieux : il s'agit en fait d'un Rimworld où l'on gère une secte d'illuminés en pleine ascension spirituelle. Et c'est étonnant.

Grille du numéro 402
La grille de Maîtresse Paule Cul

Retrouvez en kiosque le nouveau livre de Maîtresse Paule Cul : Appelez-moi maîtresse PC (pour les canards intimes) – 1 pticoin (oui, pour une coincoinmonnaie t'as plus rien).

Grille du numéro 400
La grille de Maîtresse Paule Cul

Retrouvez en kiosque le nouveau livre de Maîtresse Paule Cul : Appelez-moi maîtresse PC (pour les canards intimes) – 1 pticoin (oui, pour une coincoinmonnaie t'as plus rien).

Le Flexiscope, qui permet de choisir la durée d'une session de jeu, est si malin qu'on se demande pourquoi tous les jeux n'en proposent pas un équivalent.
Book of Demons - Paper Diablo

« Il faut parfois changer les vieilles recettes ! » C'est ce que je tentais d'expliquer à la rédaction, qui renâclait devant le gâteau au citron que je leur avais pourtant préparé avec amour. Certes, je m'étais planté dans la préparation et j'avais confondu farine de sarrasin et farine de fromentNote : 1. Mais bon, ça restait mangeable, une sorte de sablé au citron géant. « Mais ouais, il est trop bon ton gâteau ! », s'était même exclamé Toto-la-déglingue, qui s'en découpait de grosses partsNote : 2 (il faut dire qu'il a toujours faim en revenant de teuf). Pourtant, à part Toto, tout le monde avait snobé mon gâteau. Et depuis, errant par le monde comme une âme en peine, je désespère de rencontrer d'autres innovateurs, capables de disrupter les vieux pots pour faire de nouvelles confitures. Un peu comme Book of Demons.

Note 1 : Authentique.
Note 2 : Authentique aussi.

Afterparty - L'enfer, c'est les hôtes

« We were the... scribbled-in margins in God's Field guide, you know ? » Si la lecture de cette phrase vous laisse avec un regard vide, autant vous dire qu'Afterparty n'est pas fait pour vous. Ici, ça cause en anglais, vite et avec des mots d'argot qui devraient fataliser le « 18/20 : Élève très prometteur » de votre moyenne d'anglais au collège. Mais si vous avez tout compris du premier coup, continuez la lecture de cette page. Ça pourrait vous plaire.

Mount and Blade II : Bannerlord - Un petit pas pour l’heaume

On en a bavé, depuis huit ans. Entre Donald Trump, Despacito, le coronavirus, Noël Malware et l’épisode final de Game of Thrones, l’univers s’est déchaîné – comme pour nous faire payer l’extase qu’on avait ressentie à l’annonce de Mount & Blade II, en 2012. Mais maintenant que le jeu de nos rêves est enfin sorti en accès anticipé, on tient notre revanche, c’est sûr. Oui, c’est sûr. Et si l’univers vient d’éclater d’un petit rire sadique, ce n’est qu’une coïncidence.

ToeJam and Earl : Back in the Groove! - Tout funk tout flamme

En 1991, ToeJam and Earl venait apporter un peu de groove sur la Mega Drive, avec les aventures de deux extraterrestres égarés sur une planète peuplée de drôles d’énergumènes – à savoir la Terre. C’était une sorte de rogue-like sympa, malin et plutôt bien fichu, qui se moquait gentiment de l’espèce humaine et de ses contradictions. Bien qu’il ait été quelque peu éclipsé par le succès d’un certain Sonic, sorti la même année, il a marqué les esprits par ses mécaniques imprévisibles, sa perspective isométrique et ses riffs de basse slappée. Deux suites ratées plus tard, le dernier épisode du jeu a été financé par des milliers de joueurs nostalgiques et produit par Macaulay Culkin, dont on peut comprendre pourquoi il aurait préféré rester en 1991.

Les archéologues des mondes virtuels - Comment des jeux tels que Skyrim, No Man’s Sky et Minecraft sont devenus objets d’études archéologiques

Des enchères virtuelles de World of Warcraft aux planètes habitées de No Man’s Sky, en passant par l’excavation des centaines de milliers de cartouches E.T. the Extra-Terrestrial enfouies par Atari, les chercheurs de l’« archéogaming » ont des intérêts et des activités particulièrement variés. Ils étudient aussi bien les camps construits par les joueurs de Fallout 76 que la représentation des archéologues dans Destiny et Tomb Raider, et la reconstitution de bâtiments historiques dans des titres comme The Town of Light ou Assassin's Creed Unity. Ce loisir récemment devenu champ de recherche universitaire implique une transposition rigoureuse des méthodes d’investigation de l’archéologie classique aux environnements virtuels, où les jeux peuvent simultanément faire office d’artefacts et de sites de fouille.

Navy Seals (Game Boy)
Ocean Software - Du tsunami au naufrage

Le nom de certains éditeurs, à tort ou à raison, est pour toujours associé à un type de jeu. Dites « Paradox Interactive » à n'importe quel joueur, et il aura immédiatement à l'esprit des simulateurs historiques ultra complexes avec des généraux nazis ou des rois mérovingiens, quand ce n'est pas les deux à la fois. Les mots « Ocean Software », quant à eux, n'évoquent à personne Sleepwalker ou F-29 Retaliator, mais plutôt Cobra, Highlander ou Jurassic Park. Le nom de l'éditeur britannique, pour les siècles des siècles, est associé à ces adaptations souvent pourries qui ont accompagné la sortie de chaque film d'action des années 1980 et 1990.

Children of Silentown - Tim Burton m’était conté

Il va falloir mettre quelque chose au clair : ce n’est pas parce que quelqu’un, un jour, m’a collé une étiquette de dépressif – ce que je ne suis pas du tout, je suis juste extrêmement lucide sur la stupidité de l’existence, c'est différent – que je suis un emo-chouineur amateur de Tumblr. Du coup, quand toute la rédaction m’a sauté dessus pour me dire que Children of Silentown, c’était pile pour moi, j’ai été un peu vexé. Avant de reconnaître, malheureusement, que c’était vrai.

Beyond a Steel Sky - Bled runner

Nos métropoles sont trop grandes, trop pleines, trop artificielles. Pour contribuer, à mon échelle modeste, à faire diminuer la solitude des foules, j'ai pris l'habitude dans les couloirs du métro de marcher le plus près possible des gens. Je m'engouffre derrière les passants, je me colle à leur dos, parfois je me frotte et, quand ils se retournent parce qu'ils sentent mon souffle sur leur nuque, je leur adresse un grand sourire, content de prodiguer un peu de cette chaleur humaine que les humains cherchent tant, sans toujours le savoir.

A Tale of Two Kingdoms - Le Royaume des vieux

Quand Kahn Lusth et Denis, nos deux motards de service, commencent à échanger des informations relatives à la quantité de feuilles mortes qui jonchent les routes, c'est que ma période favorite de l'année commence. L'automne, le vrai, le rude. Ils arrivent : le temps gris, l'air qui pique, les mitaines d'Izual et avec toute cette bande, le plaisir régressif de passer des heures à s'absorber dans une grande aventure pleine de rois, de bardes et de fées.

Vers la fin de Google Stadia ? - Canard PC Hardware 48

Quand l'offre de cloud gaming de Google (Stadia) est sortie, nous étions dubitatifs sur la durée de vie du service. Force est de constater, environ 18 mois plus tard, qu'il existe encore. Mais pour combien de temps ?

There is no game : Wrong Dimension - Ceci n'est pas un test

Oups, désolé. J'aurais dû tester There is no game : Wrong dimension pendant les vacances, mais je n'ai pas du tout eu le temps. Du coup, vous pouvez directement passer à la page suivante. Il n'y a pas de test ici. Rien à voir. Circulez. Allez. Partez.

Grille du numéro 392
La grille de Maîtresse Paule Cul

Retrouvez en kiosque le nouveau livre de Maîtresse Paule Cul : Cuciverbiste, un vrai métier – 1 pticoin (oui, pour une coincoinmonnaie t'as plus rien).

Unavowed - Exorcismes de style

À New York, un petit groupe d'êtres magiques, de mages, de djinns et de fantômes tente de maîtriser les forces surnaturelles pour éviter qu'elles n'empiètent trop sur le monde des humains. La seconde saison d'A Wolf Among Us serait-elle arrivée plus tôt que prévu ? Eh bien pas du tout, c'est encore mieux : c'est le nouveau jeu de Dave Gilbert.

The Red Strings Club - Roman de bar

Certains hurlaient : « Branchez-moi ! Branchez-moi ! » au pied d’un étrange monolithe fait de câbles, tandis que d’autres, d’un calme olympien, tendaient les bras vers le ciel et murmuraient : « Tu peux me débrancher. Je suis prêt. » Voilà ce à quoi a ressemblé ma journée de travail d'hier, quand un problème de routeur nous a empêchés de connecter au Web plus de quatre ordinateurs à la fois, ce qui nous a obligés à jongler avec les câbles ethernet. Autant vous dire qu'après ça on prend tout de suite plus au sérieux la science-fiction sauce cyberpunk.

Tohu - Moi et mon copain robot

Le drame de ma vie, c'est de ne pas avoir réussi à faire comprendre à Louis-Ferdinand Sébum pourquoi je préfère Terminator 2 à Terminator 1. Lui, il débarque avec ses grandes explications sur l'avant-garde, sur l'horreur, sur le genre, sur l'esthétique, et moi, je ne sais pas quoi lui répondre avec mes grands yeux embués de larmes, puisque je n'ai qu'une seule phrase qui résume tout mon argumentaire : « Mais bordel, c'est un gamin qui a un copain robot, n'as-tu donc aucun cœur, n'as-tu jamais été enfant ? »