20 résultats pour "engrainage et sortileges low magic age"

Nomades

Dans la jungle des contrefaçons de jeux mobile - La petite boutique des grosses horreurs

« Affirmer que l'industrie du jeu vidéo a toujours récompensé les copieurs, c'est un peu comme déclarer que l'eau mouille », écrivait récemment mon confrère ackboo, journaliste de talent et influenceur charismatique à propos des nombreux battle royale qui saturent le marché. Il a raison : les studios les moins inspirés n’ont jamais rechigné à piquer les idées de leurs concurrents ou à reproduire une formule efficace. Parfois, ces idées sont tout de même améliorées, modifiées ou repensées, afin d’aboutir à une œuvre qui se démarque un minimum de celle qui l’a inspirée. Mais il existe aussi une catégorie bien particulière de jeux calqués sur des licences à succès : ceux qui ne cherchent même pas à faire semblant de ne pas avoir copié, qui ne sont ni dans l’hommage, ni dans la parodie, et qui comptent simplement sur une petite faute de frappe dans votre barre de recherche pour prospérer. Bienvenue dans le monde merveilleux des copies éhontées de jeux mobile, où se côtoient des Mario poilus et des Pokémons aux yeux vitreux.

Et pour quelques dollars virtuels de plus - Une brève histoire du « gold farming » (et de ce qu’il en reste)

Dans les années 2000, alors que les MMORPG commençaient à se populariser à travers le monde, la pratique du gold farming – qui consiste à amasser des biens virtuels et à les revendre contre de l’argent réel – a connu un grand essor et a été largement documentée par les médias, mais elle reste encore auréolée de mystère. Aujourd’hui, on sait qu’il existe toujours des gold farmers qui passent des heures à abattre des sangliers virtuels, cueillir des plantes rares et accomplir toutes sortes de tâches laborieuses pour revendre le fruit de leur travail à des joueurs plus fortunés. Et ils ne semblent pas près de disparaître.

Les ennemis, très variés, vont du slime bien habillé au monstre démoniaque, tous avec leurs propres tactiques.
Slay the Spire - Solitaire de génie

Avant, on pensait les jeux de cartes en solo ringards et soporifiques ; forcément, ils étaient réservés aux grands-mères myopes et aux marins alcooliques. Mais depuis que Slay the Spire nous a montré l'immense force des parties de cartes solitaires, ce constat a changé. Au fond, c'était prévisible : il suffit de rajouter « tout seul » à n'importe quelle activité pour que son intérêt soit multiplié par mille. Si si, essayez. Le cinéma tout seul. Le sexe tout seul. Les transports en commun tout seul. Le barbecue, la course automobile, la chirurgie dentaire tout seul. Bon sang, mais pourquoi on continue à faire des trucs à plusieurs au juste ?

Factorio - Requiem pour une usine

Si Factorio était un morceau de musique, il lui faudrait tout un orchestre. Car Factorio est l’apothéose du jeu d’usine et de création de base, et à moins de quatre-vingts musiciens, on ne rendrait pas justice à la profondeur vertigineuse de son contenu. Il faudrait aussi que tous les instrumentistes soient des virtuoses, car Factorio sonne juste du début à la fin, sans aucune fausse note. Sauf qu’au lieu d’un air triomphal, il fait entendre une symphonie de tristesse.

Carl Therrien - L’histoire du jeu vidéo : à la chasse aux distorsions

Professeur adjoint à l’Université de Montréal, au Québec, Carl Therrien appartient à la première génération de chercheurs à avoir pu s’intéresser aux jeux vidéo dès le début de sa carrière universitaire. L’ancien étudiant en histoire de l’art et en cinéma, que Hamlet and the Holodeck de Janet H. Murray, en 1997, a conduit à considérer les jeux comme son objet d’étude, fait maintenant partie, avec ses collègues Bernard Perron et Dominic Arsenault, des piliers des game studies au Canada. Il travaille tout particulièrement la notion d’immersion ainsi que la manière dont s’écrit l’histoire des jeux vidéo.

Dans les coulisses de Marvel Studios - Dix ans de Marvel Cinematic Universe

Qu’on aime ou pas les films du « Marvel Cinematic Universe », l’histoire du studio derrière ce succès assez incroyable est fascinante à bien des égards. Producteur indépendant à ses débuts en 2008 (avec la sortie d’Iron Man), intégré ensuite à l’empire Disney, Marvel Studios est devenu en une dizaine d’années l’un des acteurs les plus importants du paysage hollywoodien. Son univers partagé, qui a engrangé plus de 15 milliards de dollars à ce jour, a bien évidemment suscité moult vocations parmi la concurrence. Sans que personne ne parvienne encore à renouveler l’exploit jusqu’ici… Cette année, pour fêter les 10 ans de cette grande aventure (et près d’une vingtaine de films à succès), Marvel Studios a décidé de marquer le coup, avec la sortie d’un blockbuster au gigantisme inédit : le troisième opus des aventures des Avengers, Infinity War.

Hydroneer - Petites pépites et gros bugs

Durant le confinement, j'ai découvert l'émission de téléréalité Yukon Gold : l'or à tout prix, diffusée sur les chaînes-poubelles de la TNT. Je vous résume chaque épisode : des tarés massacrent à coups de pelleteuses les rivières du Grand Nord canadien pour y trouver un peu d'or, tout en se plaignant que leurs machines tombent en panne. C'est fascinant, et Hydroneer transpose avec un certain charme ce concept télévisuel en jeu vidéo.

Métier : Level Designer - Histoire d'élever le niveau

Vous avez passé des centaines d'heures sur un éditeur de niveau de FPS ? Bravo, vous avez eu un aperçu de la fonction de level designer. Bien sûr, c'est un peu plus complexe et profond, mais cela peut commencer comme ça.

Et aussi en jeux coopératifs

Generation Zero - Le Suédois dans l'engrenage

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les jeux de survie ne nous emmènent jamais dans des endroits très chouettes. Difficile de se sentir en vacances dans la Tchéquie moribonde de DayZ, l'île terne de The Forest ou la steppe gelée de The Long Dark. Niveau dépaysement, on a vu mieux : la pluie, le gris et l'espérance de vie réduite, je connais bien, j'habite à Paris, merci. Heureusement, certains développeurs n'ont pas peur de nous emmener dans des contrées plus riantes. En Suède, au moins, l'air est vivifiant, les lacs sont splendides et les robots tueurs déchiquettent joyeusement.

Rust - Laisse pas traîner ton vice

L'année 2018 est là, et avec elle le sentiment que tout a été fait question jeux de survie en accès anticipé. À force de voir passer des clones de DayZ et de The Forest, on connaît la chanson : il faut couper du bois, fabriquer un arc, se faire bouffer par un loup et grelotter près d'un feu de camp pendant la nuit froide. Oui, tout ça s'est bien ancré dans nos têtes. Mais au fond, on ignore tout de la survie, la vraie. Celle qui appelle à trahir ses amis pour manger leur chair, celle qui légitime le meurtre pour le vol d'une babiole, celle qui demande de courir nu dans la forêt un arc à la main. Celle qui tord le ventre, trouble le sommeil et fait germer la folie. Celle qui transforme en monstre. Celle-là, on ne la trouve que dans Rust.

Saïda « Siam » Mirzoeva - Social justice producer

Parce que les jeux vidéo sont fabriqués par beaucoup de salariés anonymes de studios plus ou moins connus et qu’il n’existe pour l’heure pas vraiment de syndicat pour les représenter, nous avons voulu rencontrer l’une de ces salariés, Saïda « Siam » Mirzoeva. Productrice associée chez Dontnod Eleven depuis mars 2016, elle a fait ses armes de graphiste puis de productrice chez Cyanide et Eugen Systems, mais elle est surtout l’une des rares personnes à porter publiquement la parole des petites mains du jeu vidéo. Un engagement qui a pris un nouveau tour en mars dernier avec la fondation du rassemblement inclusif du jeu vidéo (RIJV) dont elle a été l’un des moteurs.

Le paradis perdu du battle royale - Rencontre avec les pionniers du genre qui refusent encore de migrer vers PUBG

Tous les soirs, ils sont encore quelques dizaines à se parachuter au-dessus des plaines ensoleillées d’Altis, des forêts denses de Chernarus ou des eaux turquoise de l’atoll Wake. Voilà six ans qu’ils s’éclatent sur le mod Battle Royale d’Arma 3, celui qui a lancé la tendance la plus juteuse de la décennie. Un mod précurseur, génial, bancal et surtout tombé dans un oubli quasi complet, au grand dam de ses vétérans convaincus qu’il n’a rien à envier à PUBG ou Apex Legends. À raison.

Gizmos - Machin (très) chouette

Le tour du gadget

Flyin' Goblin - Fils de catapulte

L’univers de Lovecraft dans les jeux de société - Le plateau bouffé par le Mythe

Outre d’avoir tous deux engendré des batraciens qui rendent fou, les univers de Lovecraft et de George Lucas ont pour point commun d’avoir donné indirectement naissance à des jeux, non seulement de société mais également de rôles, devenus immensément culte. Mais connaissez-vous la différence majeure entre les deux ? Profusion de tentacules chez l’un et absence de sexualité chez l’autre ? Manichéisme béat opposé à misanthropie farouche ? Tout cela se discute. Je parle plutôt d’une différence bien plus terre à terre et qui ne souffre d’aucune contradiction.

Le jeu de l’évasion

Les questions fiscales sont rarement abordées quand on cause du jeu vidéo. C’est sans doute dû au léger déficit de fun qu’accuse le sujet. Mais puisque nous parlons des pratiques de l’industrie vidéoludique dans ce numéro, faisons un petit point sur ce que l’on sait des astuces d’optimisation fiscale des multinationales du jeu vidéo.

Square Off NEO / SWAP (InfiVention Technologies)
Le tour du gadget