Mes bien chers frères, mes bien chères sœurs, nous sommes réunis pour constater la glorieuse réussite de Battlerite. Je sais que certains parmi vous murmurent que ce titre ressemble énormément à Bloodline Champions, le premier moba de Stunlock qui avait oublié d'inclure d'autres couleurs que le marron, le brun et le beige à sa direction artistique centro-centrée sur un style tribal. Mais, tel Djizousse distribuant les pains avant de dire « amenez-vous, je vous le dis ! », le studio n'a pas eu peur de l'adversité et vient de revoir toute sa copie. Oui, cela vous semblera peut-être incroyable mais le titre nous offre désormais des couleurs dignes des plus belles enluminures et un casting de quinze héros qui, sans quitter le tribal, nous offre plus qu'une bande de sauvages avec des colliers d'os qui attendent une évangélisation expresse. Mais Battlerite n'abandonne pas pour autant ses origines, puisque ses affrontements consistent toujours en l'opposition de deux équipes de deux ou trois joueurs, dans de petites arènes où il faut gagner trois rounds pour être déclaré « grand vainqueur ». Ça vous la coupe, hein ?