Test jeu vidéo

Happy Game - Arrête Papa, tu me fais peur

J'imagine que tout le monde n'a pas vécu le confinement de la même manière. Pour certains, ça a été l'occasion de trouver du temps pour soi. Pour d'autres, ça a été un peu plus difficile : une période de remise en question, d'angoisse et de glande devant la télévision. Il y a eu ceux qui ont dû traverser un deuil, un divorce, des déchirements. Et puis il y a les gens d'Amanita Design. Aucun doute : c'est pour eux que ça a été le pire.

Next Space Rebels - Les fusées de la casse

Durant cette année 2021 bien morne, Next Space Rebels trônait en haut de la liste des jeux que j'attendais le plus. Pensez donc : de la construction de fusée façon Kerbal Space Program, doublée d'une simulation d'influenceur YouTube. Impossible de se tromper avec une telle formule.

The Eternal Cylinder - Au bout du rouleau

Au commencement, ACE Team créa Zeno Clash, un jeu au monde peuplé de créatures étranges, et c'était pas mal. Puis ACE Team créa Rock of Ages, un jeu dans lequel un gros machin écrasait tout sur son passage, et c'était pas mal. Enfin, ACE Team créa The Eternal Cylinder, un jeu dans lequel un gros machin écrase un monde peuplé de créatures étranges, et c'était super bien. Preuve que la recette du succès, comme toujours, est la persévérance.

Sherlock Holmes : Chapter One - De sang-chaud

L'île méditerranéenne de Cordona est baignée de mystère. J'aimerais vous dire que c'est à cause des affaires qu'il faut y résoudre, de ses bâtisses remplies de secrets et de sa population hostile à l'égard des détectives britanniques dans mon genre. Mais non, c'est surtout parce que derrière sa grandeur apparente se cache une armée de clones qui répètent tous inlassablement les mêmes phrases.

Call of Duty : Vanguard - Les aventuriers du Reich

Depuis la nuit des temps (et plus précisément depuis la sortie de Call of Duty 2), les rédacteurs de Canard PC pleurent à chaudes larmes lorsqu'ils se voient attribuer le test d'un épisode de Call of Duty, avant de lui coller un 5/10 (voire 6 quand ils se sentent d'humeur clémente). Pour ma part, j'étais plutôt enthousiaste quand je me suis portée volontaire pour tester Vanguard, prête à déjouer tout déterminisme social. Ça a duré approximativement dix minutes.

Forza Horizon 5 - Drifter sur du Berlioz

New York, Manhattan, un samedi matin. Vêtu d'un smoking Armani, un verre de champagne aux lèvres, je descends de l'hélicoptère VIP et me dirige vers l'hôtel sept étoiles qui accueille le congrès annuel de la simulation vidéoludique. J'y retrouve tous mes amis pratiquant la simulation de vol : des prix Nobel, des anciens présidents, des grands noms des médias. Le gratin de la société, évidemment.

Battlefield 2042 - Rebours vers le futur

Même lorsque des hordes de joueurs ressortaient furieux de sa bêta ; même quand les premières plaintes sont tombées lors de sa sortie : j'ai voulu croire en ce nouveau Battlefield. Et puis tout à coup, j'ai vu un aéroglisseur grimper le long des parois d'un gratte-ciel et je me suis mis à douter. Comme quoi, la lucidité d'un homme, ça tient à peu de choses.

Vagrus - The Riven Realms - Des pourris et des Rome

En haut de la page Steam de Vagrus - The Riven Realms figure cet avertissement solennel : « ATTENTION, POUR COLLER À SON UNIVERS HORRIBLE ET CRUEL, CE JEU EST TRÈS DIFFICILE. » C’est à la fois clair et mystérieux, à la fois repoussant et attirant. J’adore. Et puis quelle transparence. Vous imaginez si on décidait de faire pareil pour tout ? « Attention, pour coller à cette époque zinzin, votre magazine est bourré d’idioties. »

Jurassic World Evolution 2 - C’pas fossile tous les jours

Superbe galerie de dinosaures mais médiocre jeu de gestion, le premier Jurassic World Evolution avait été mal reçu par la critique (il a pris 5/10 chez nous). Trois ans après, sa suite tente de redorer le blason et évoque ce dialogue entre John Hammond et Ian Malcolm au début du second film Jurassic Park :
« Ne vous inquiétez pas, je ne refais pas les mêmes erreurs.
- Non, vous en faites de nouvelles. »

Unpacking - Remue-ménage

J'aime sincèrement les déménagements, si on enlève toute la partie passée à porter des trucs lourds : le plaisir de ranger et de trier, le sentiment du devoir accompli une fois les cartons remplis (soigneusement classés par pièce bien entendu, avec le classique « Divers » qui permet d'accumuler tous les bibelots, lettres poussiéreuses et autres petites merdes à valeur sentimentale), et le sentiment étrange de voir l'équivalent d'une vie entassée dans un camion. Autant dire qu'Unpacking semblait tout indiqué pour moi.