Test jeu vidéo

Two Point Campus - L'école des fades

Pour savoir si un poisson est frais, c'est connu, il suffit d'en donner un bout à un chat : s'il fonce dessus, tout va bien. S'il renâcle, il faut le jeter. C'est pourquoi, lorsque le nom de Two Point Campus a été évoqué en conférence de rédaction et qu'ackboo, pourtant du genre à se ruer sur n'importe quel builder, a plissé le nez et dit « mmhhh non, prenez-le », j'aurais dû me douter de quelque chose.

Urbek City Builder - Ma cité à croquer

Cela fait trente ans que je réfléchis à la ville idéale que je construirai lorsque je serai enfin élu Président de la République et que je raserai Paris. Ackboo-sur-Seine sera une cité paradisiaque faite de petites ruelles serpentant dans des écoquartiers, et il y aura un aéroport géant en plein centre-ville parce que j'adore regarder décoller les avions. Avec Urbek City Builder, j'ai pensé que mon rêve était à portée de main.

Gwent : Rogue Mage - Bien lire le Doc avant usage

Il fait un soleil magnifique sur cette plage de sable blanc. Bercé par le va-et-vient des eaux turquoises, je découvre Rogue Mage avec un inconnu, à l'ombre d'un palmier. Il sirote son cocktail dans une noix de coco, pose une carte et d'un coup, tout devient flou. Des lumières dansantes apparaissent et j'émerge dans le monde réel pendant qu'un type me gifle et m'appelle en boucle.

As Dusk Falls - Braquage à l'américaine

M'enquiller huit heures d'un jeu narratif façon Telltale me fait toujours le même effet : j'ai l'impression, ensuite, d'être encore dans un jeu narratif. À la boulangerie, je propose à la vendeuse de garder la monnaie. Elle sourit et, à côté d'elle, apparaît en lettres de feu : « Monique se souviendra de cette décision ».

Raft - Un constat doux à mer

Après deux ans de bêta sur itch.io puis quatre ans d’accès anticipé sur Steam, on n’avait plus beaucoup d’espoir de poser un jour les mains sur la version 1.0 de Raft. Elle est pourtant arrivée par surprise mi-juin, et avec elle une excellente question : un petit jeu de survie démarré en 2016 vaut-il encore le coup aujourd’hui ?

PowerWash Simulator - Qu'est-ce qu'on se fshhhhhhhh

BRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR... Pshhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh PSHHH PSHHHH Ouais c'est bon Jean-Mi ça marche ! On fait quoi, je prends le toit et tu fais l'allée ? Non Jean-Mi, t'es interdit de hauteur, tu vas encore te casser la gueule. Allez va bosser. Pshhhhhhhh

Stray - Demain les chats

Mais qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Que Stray est bien ? Que Stray n'est pas bien ? Qu'il faut y jouer ? Qu'il ne faut pas y jouer ? Soyez un peu honnête : vous allez y jouer, quand bien même tout le monde vous dirait que c'est nul. C'est un jeu dont le héros est un chat. Sinon oui, au passage, ça tombe bien : Stray est excellent.

American Theft 80s - ♫ C'est le plus naze des voleurs… ♪

Billy Joe a du mal à enfoncer un clou. Je le vois agiter son marteau en l'air, de droite à gauche, comme un encensoir. Au moins, pendant ce temps, il est occupé. J'en profite pour escalader la clôture du parking où est garée sa caravane et piquer sa vieille télé. La nuit va être longue.

Neon White - La route du run

C'est si bon d'avoir raison. J'entends encore leurs voix absurdes pendant l'émission de Canard PC consacrée au Summer Game Fest. Les Louis-Ferdinand Sébum, les Kahn Lusth, les Ellen Replay : « Héhéhé Noël Malware, c'est un jeu pour toi, ça ^^. Hihihi, y'a des images mangas. Hihihi, t'aimes ça les mangas, non, hihihi. » Et aujourd'hui, à peine un mois plus tard, je peux sucer les larmes qui coulent de leurs joues grasses et informes.

The Looker - Passage de témoin

Il n’y a rien de plus fatigant que le génie. Les grands esprits comme Jonathan Blow et moi passent leur temps à devoir répondre aux critiques de gens, la plupart du temps jaloux, qui ne comprennent pas que chaque minute dépensée à raisonner un imbécile est une minute de moins utilisée pour changer le monde.

Vous pouvez lire aussi

Aliens: Dark Descent - Xéno le guerrier

On pense valoir mieux que les autres. On se dit qu'on n'est pas un gros naïf, qu'on ne se laissera pas avoir par une marque, qu'on ne se tapera pas dix heures imbitables de The Book of Boba Fett simplement parce qu'il y a écrit Star Wars sur l'étiquette. Et puis on réalise que, de tous les jeux de SF gore sur lesquels s'est ouvert le Summer Game Fest, on ne se souvient que d'un seul un mois plus tard : celui avec des xénomorphes.

Shadows of Doubt - Cité de démesure

Quand j’étais jeune, la ville de GTA III m’impressionnait beaucoup. En me baladant dans les rues, la tête levée vers les gratte-ciel, je rêvais aux mégapoles des jeux vidéo du futur, où l’on pourrait forcément rentrer dans chaque immeuble et pénétrer dans chaque appartement. Shadows of Doubt réalise enfin ce fantasme, avec une mission à la hauteur : retrouver et démasquer un tueur en série.

Astro Colony - Le Factorio de (pas) Varsovie

Les développeurs indés polonais sont partout, ils doivent publier quelque chose comme trois cents jeux par semaine sur Steam et sont bien décidés à montrer qu'ils ne resteront pas cantonnés pour toujours sur le créneau des « petits jeux pétés avec une idée rigolote ». Tenez, là par exemple, ils s'attaquent à un monument : Factorio.

System Shock - Fin du choc sceptique

Autant l'avouer tout de suite : je n'avais pas une confiance immodérée dans le remake de System Shock. Et par « pas immodérée », je veux dire « convaincu qu'on fonçait vers l'incident industriel », d'autant que le dernier projet sur lequel Warren Spector avait eu un rôle de consultant était Underworld Ascendant, dont la légende dit qu'à chaque fois qu'on évoque son nom, un de ses développeurs éclate en sanglots.

 

Tactical Breach Wizards - RAID sur le côté

Je le répète depuis 1995 et le très regretté Cybermage : il y a dans ce monde trop de jeux où l'on tire avec un flingue et de jeux où l'on jette des boules de feu, mais pas assez de jeux où l'on tire avec un flingue tout en jetant des boules de feu. Tom Francis, semble-t-il, est du même avis, c'est pourquoi ce journaliste devenu développeur de jeux (on lui doit Gunpoint et Heat Signature) a décidé de faire d'une de ses blagues récurrentes de plumitif une réalité.