Test jeu vidéo

Deathloop - Et ça continue, encore et encore

D'accord, je l'avoue : j'ai lancé Deathloop avec l'esprit fermé. Puisque c'est une production Arkane, je demandais, j'exigeais un jeu à la Dishonored. Alors quand les développeurs lyonnais ont mis de gros flingues pétaradants dans mes petites mains sensibles de poète furtif, je me suis senti trompé, trahi, humilié. Je voulais un jeu d'infiltration hardcore, et Deathloop n'en est pas un. Ce test doit donc commencer par un travail de deuil.

Road 96 - C’est un road-like

J’étais assis devant mon pote, au milieu de la place, une pinte à la main. Il a commencé à moins articuler, et j’ai vu toute la soirée défiler devant mes yeux, avant même de l’avoir vécue : moi, tout seul dans un bar avec un ami qui n’articule plus parce qu’il n’a pas mangé depuis midi. Et puis, il a posé cette question, et la nuit a été sauvée : et toi, si tu avais un budget illimité, qu’est-ce que tu ferais comme jeu vidéo ?

Behind the Frame - Paint and click

S'il y a bien un truc que j'aime avec les jeux vidéo, c'est qu'il y en a toujours un pour n'importe quelle occasion – que l'on se sente d'humeur à gérer une colonie en zone hostile, à rouler à 130 km/h dans les rues d'un monde ouvert ou à tirer sur des ennemis avec un mauvais accent russe. Aujourd'hui, j'avais envie de me détendre, de regarder des jolis trucs et d'éventuellement résoudre des énigmes peu exigeantes, et Behind the Frame est arrivé à point nommé.

Pathfinder : Wrath of the Righteous - Danse avec l'élu

Il a toujours déployé beaucoup d’énergie pour me charmer. La première fois, c’était une nuit de 1998, en plein été indien. Il faisait chaud, on a dansé un slow. Pas le plus fusionnel de ma vie. On s’est revus ; tous les deux ou trois ans ça recommençait. Mais rien à faire, il m’a toujours laissé de marbre. Alors aujourd’hui, il peut être fier, l’infinity engine, d’avoir réussi à me séduire.

Clone Drone in the Danger Zone - Sabre au clair

Quand j'ai rencontré Izual, c'était un homme brisé. « Jamais, me dit-il avec des sanglots dans la voix et le nez qui coulait dans sa cannette de bière de clochard, je ne retrouverai les combats au sabre laser de Jedi Knight, qui étaient la plus grande source de joie de mes tendres années. – Erreur jeune Izual, lui dis-je en essuyant sous son nez tout encroûté de morve, car il existe Clone Drone in the Danger Zone, qui va changer ta vie. »

Hoa - Le ciel, les oiseaux et galère

C’est chiant, les bandes-annonces de jeux vidéo qui ne montrent rien. Parfois c’est juste un logo. Parfois c’est un long plan à la grue virtuelle sur un environnement. Parfois, c’est une cinématique qui ne donne aucune idée de ce à quoi ressemblera vraiment le jeu.

Jupiter Hell - Tour par tour de magie

Bonjour et bienvenue dans notre cours « ce qu'il ne faut pas faire quand on est développeur indé. » Première leçon : ne violez pas la propriété intellectuelle d'une franchise archi-célèbre, vous auriez des ennuis. Deuxième leçon : de grâce, ne codez pas votre moteur 3D vous-même, vous perdriez des années à réinventer la roue. Troisième leçon : ne faites pas attention à Kornel Kisielewicz, qui a tout réussi en faisant exactement le contraire.

Lake - La vie est un grand lac tranquille

Nous vivons dans une société impitoyable où La Poste propose désormais un service payant pour que les facteurs rendent régulièrement visite aux personnes âgées qui se sentent seules. Moyennant 20 euros par mois, ce service offre un moyen de « préserver et enrichir le lien social », et c'est sans doute l'une des choses les plus cyniques que j'ai vues de toute ma vie. Heureusement, Lake nous ramène en septembre 1986, à l'époque où tout semblait plus simple, dans la peau d'une factrice qui a encore le temps de discuter avec tout le monde pendant sa tournée.

12 Minutes - Mise en boucle

J'attends 12 Minutes depuis sa deuxième annonce à l'E3, soit depuis le 12 juin 2019, ce qui fait pas mal d'attente – environ 47 160 boucles de douze minutes, pour être plus précise. Il m'a fallu quelque chose comme six heures, soit 30 boucles de douze minutes, pour venir à bout du jeu. Et tout ce que j'aimerais maintenant, c'est récupérer les 47 130 boucles d'attente que j'ai l'impression d'avoir perdues.

Hell Architect - Condamné à rester au Purgatoire

N'essayez jamais Oxygen Not Included. C'est l'héroïne du jeu vidéo. La première fois, vous passerez cent heures de pur plaisir. Puis le restant de votre vie, vous essayerez de retrouver ce high, cette sensation incroyable de la première base, qui ne reviendra vraiment jamais. Alors vous finirez par vous mettre n'importe quoi dans les veines, comme moi lorsque j'ai dit « Tiens, Hell Architect, ça a l'air pas mal, je vais le tester ».