J'ai tout de suite senti que Piece of Cake Studios et moi éprouvions le même amour pour l'écran partagé. Comme le montrent avec brio les captures d'écran qui ornent cet article, Hacktag se sert du split-screen pour faire coexister deux personnages très différents : d'une part le voleur, qui se trouve physiquement dans les bureaux qu'il doit cambrioler, et d'autre part le hacker, qui explore les systèmes informatiques des mêmes bureaux. Mais Hacktag ne réunit pas deux jeux en un seul à l'unique fin d'améliorer son rapport qualité-prix : les deux joueurs doivent coopérer en permanence afin de réussir leur casse. Par exemple, le voleur peut neutraliser une partie de la sécurité informatique du réseau s'il accède au bon boîtier, tandis que le hacker (c'est lui qui voit tout en bleu, sur les captures) peut faire sonner les téléphones pour éloigner les vigiles qui menacent son acolyte. Les niveaux sont plutôt linéaires et les joueurs ne croulent pas sous les possibilités d'action, mais il faut admettre que le concept fonctionne fort bien et il convient de surveiller avec la plus grande vigilance l'écran du complice pour voir si l'on ne pourrait pas lui prêter main-forte – le cambrioleur a souvent besoin qu'on lui ouvre des portes sans traîner, tandis que le hacker se retrouve parfois devant des réseaux un peu trop sécurisés pour les infiltrer sans aide extérieure. Ne vous laissez pas endormir par les graphismes tout mignons du jeu : Hacktag punira la moindre erreur avec sévérité.