Peter Molyneux abandonne toute prétention et se lance dans le pur free-to-play, le genre de jeu dont tous les détails sont conçus pour vous pousser à lâcher des thunes. Dans The Trail, vous dirigez un immigrant à peine sorti du bateau. Votre but : suivre le chemin (« the trail ») pour traverser le pays et vous installer dans je ne sais quel bled. Sur la route, il faut ramasser tout ce qu'on peut, car The Trail est avant tout un jeu de craft. On fabrique de tout : des vêtements (sinon on meurt, sauf si on paye) qui s’abîment (sauf si on paye), des armes pour chasser et des breloques à revendre. Pour amasser assez d'argent pour passer à la section de chemin suivante, il faut refaire le même bout de sentier des dizaines de fois (sauf si on paye). Et une fois arrivé en ville, on continue de faire la même chose, parce qu'un free-to-play ne s'arrête jamais. Il y a quelques années, Molyneux s'était plaint de la version mobile (certes atroce) de Dungeon Keeper par Electronic Arts. The Trail parvient à être encore plus cynique. Chapeau l'artiste.